| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






mardi 3 juillet 2012

"Je suis libre", une incantation magique censée nous libérer des structures oppressives

par Virginia Pele






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Sexisme politique, sexe social
Révolution féministe : site féministe universaliste et laïc
Il faut abolir les prisons pour femmes
Le féminisme islamique est-il un pseudo-féminisme ?
Pour un féminisme pluriel
Cachez-moi ce vilain féminisme
Féminisme - Le Groupe des treize veut rencontrer la ministre à la Condition féminine Lise Thériault
Combattre le patriarcat pour la dignité des femmes et le salut du monde
Martine Desjardins parle du Sommet des femmes à Montréal
Banaliser la misogynie, c’est dangereux
Féminisme - Faut-il faire le jeu du "Diviser pour régner" ?
Je suis blanche et vous me le reprochez !
La pensée binaire du féminisme intersectionnel ne peut que mener à l’incohérence
Lutter contre la pauvreté des femmes et la violence des hommes envers elles
"Du pain et des roses" - Le 26 mai 1995, une grande aventure débutait
Portrait des Québécoises en 2015 - L’égalité ? Mon œil !
Je plaide pour un féminisme qui n’essaie pas de s’édulcorer
La Maison de Marthe, première récipiendaire du Prix PDF Québec
Ensemble, réussir la 4ième Marche Mondiale des Femmes ! Tant que toutes les femmes ne seront pas libres, nous resterons en marche !
Des "Déchaînées" aux genoux du patriarcat !
L’intervention féministe intersectionnelle – Troquer un idéal pour une idéologie trompeuse ?
Ce que révèle l’alliance de certains musulmans avec la droite réactionnaire
Au cœur de la division du mouvement féministe québécois : deux visions
Désaccord sur le virage de la Fédération des femmes du Québec
Féminisme islamique - Quand la confusion politique ne profite pas au féminisme
États généraux du féminisme - Des sujets importants écartés : "De qui ou de quoi avons-nous peur ?"
PDF Québec est lancé ! - Une voix pour les droits des femmes
États généraux et FFQ - Un féminisme accusateur source de dissension
Ignorer et défendre la domination masculine : le piège de l’intersectionnalité
Comment les hommes peuvent appuyer le féminisme
Le féminisme contemporain dans la culture porno : ni le playboy de papa, ni le féminisme de maman
Refuser d’être un homme. Pour en finir avec la virilité
Les micro-identités et le "libre choix" érigé en système menacent les luttes féministes
La misogynie n’a pas sa place dans le féminisme
L’écriture équitable - La féminisation des textes est un acte politique
Réfutation de mensonges au sujet d’Andrea Dworkin
Une éducation féministe donne de meilleurs fils
"Rien n’a encore pu me détruire" : entretien avec Catharine A. MacKinnon
France - La mainmise des hommes sur le monde de la radio
États généraux sur le féminisme au Québec/FFQ - Des exclusions fondées sur des motifs idéologiques et des faussetés
Le mouvement des « droits des hommes », la CAFE et l’Université de Toronto
Mensonges patriarcaux - Le mouvement des « droits des hommes » et sa misogynie sur nos campus
Féministes, gare à la dépolitisation ! Les féminismes individualiste et postmoderne
"Les femmes de droite", une oeuvre magistrale d’Andrea Dworkin
Trans, queers et libéraux font annuler une conférence féministe radicale à Londres
« Le féminisme ou la mort »
"Des paradis vraiment bizarres" - "Reflets dans un œil d’homme ", un essai de Nancy Huston
Quand les stéréotypes contrôlent nos sens
"Agentivité sexuelle" et appropriation des stratégies sexistes
Cessons de dire que les jeunes femmes ne s’identifient pas au féminisme !
Un grand moment de féminisme en milieu universitaire
Beauté fatale. Les nouveaux visages d’une aliénation féminine
Résistance au sexe en contexte hétérosexuel
La CHI - Un humour dégradant et complice de l’injustice sociale
"Heartbreak", une autobiographie d’Andrea Dworkin
Hockey, suicide et construction sociale de la masculinité
Polémique sur l’enseignement du genre dans les manuels scolaires en France
Le "Gender" à l’américaine - Un verbiage qui noie la réalité du pouvoir patriarcal
2011-2015 - Un plan d’action pour un Québec égalitaire
NousFemmes.org
L’égalité inachevée
Journée internationale des femmes 2011 - Briser le silence sur toutes les formes de sexisme
En France et ailleurs, 2010, une mauvaise année pour les femmes
Ce qu’est le féminisme radical
Polygamie - Le Comité de réflexion sur la situation des femmes immigrées et “racisées” appuie l’avis du CSF
Il y a trois ans, mon cher Léo...
La Fédération des femmes du Québec représente-t-elle toutes les femmes ?
Tout est rentable dans le corps des femmes... pour ceux qui l’exploitent
Incessante tyrannie
Comment le patriarcat et le capitalisme renforcent-ils conjointement l’oppression des femmes ?
Égalité ou différence ? Le féminisme face à ses divisions
Le "gender gap" dans les Technologies de l’information et de la communication
La Marche mondiale des femmes dix ans plus tard
Azilda Marchand : une Québécoise qui fut de tous les combats pour les femmes !
Les hommes proféministes : compagnons de route ou faux amis ?
Prostitution et voile intégral – Sisyphe censuré par le réseau féministe NetFemmes
Regard sur l’égalité entre les femmes et les hommes : où en sommes-nous au Québec ?
Féminisme en ménopause ?
Ce n’est pas la France des NOBELS !
Écarter d’excellentes candidates en médecine ? Inadmissible !
Trois mousquetaires au féminin : Susan B. Anthony, Elizabeth Cady Stanton et Matilda Joslyn Gage
La question des privilèges - Le réalisateur Patric Jean répond à des critiques
Lettre à Patric Jean, réalisateur de "La domination masculine", et à bien d’autres...
Une grande féministe, Laurette Chrétien-Sloan, décédée en décembre 2009
Le travail, tant qu’il nous plaira !
Comme une odeur de misogynie
La patineuse
Invasion du sexisme dans un lycée public
Magazines, anorgasmie et autres dysfonctions
"Toutes et tous ensemble pour les droits des femmes !"
Cent ans d’antiféminisme
MLF : "Antoinette Fouque a un petit côté sectaire"
Des femmes : Une histoire du MLF de 1968 à 2008
Qui est déconnectée ? Réponse à Nathalie Collard
Manifeste du rassemblement pancanadien des jeunes féministes
Pour une Charte des droits des femmes
Andy Srougi perd sa poursuite en diffamation
La lesbienne dans Le Deuxième Sexe
Le livre noir de la condition des femmes
La percée de la mouvance masculiniste en Occident
Procès du féminisme
Humanisme, pédocriminalité et résistance masculiniste
Une critique des pages sur le viol du livre "Le Plaisir de tuer"
Mise au point sur la suspension d’un article critiquant le livre du Dr Michel Dubec
Pour éviter de se noyer dans la (troisième) vague : réflexions sur l’histoire et l’actualité du féminisme radical
L’égalité des femmes au Québec, loin de la coupe aux lèvres !
Je suis féministe !
Écoféminisme et économie
Poursuite contre Barbara Legault et la revue "À Bâbord !" - Mise à jour
Biographie de Léo Thiers-Vidal
Vivement le temps de prendre son temps !
Séances d’information pour le projet d’une Politique d’égalité à la Ville de Montréal
Florence Montreynaud fait oeuvre d’amour et de mémoire
Magazines pour filles, changement de ton !
Un 30e anniversaire de la JIF sous la fronde conservatrice
L’égalité des femmes au Québec est-elle plus qu’une façade ?
Colloque sur Antigone
Prostitution et trafic sexuel - Dossier principal sur Sisyphe.org
Golf : "Gentlemen only, ladies forbidden" ?
Méchant ressac ou KIA raison ?
Dégénération de "Mes aïeux", un engouement questionnant
Les « Gender Studies », un gruyère confortable pour les universitaires
Réflexions "scientifiques" du haut du Mont Grey Lock
Madame, s’il vous plaît !
Annie Leclerc, philosophe
Des arguments de poids...
Pour hommes seulement
Andrea Dworkin ne croit pas que tout rapport sexuel hétéro est un viol
Peau d’Âme ou Beautés désespérées ?
Réflexions et questionnement d’une féministe en mutation
Mais pourquoi est-elle si méchante ?
Le concours « Les Jeudis Seins » s’inscrit dans le phénomène de l’hypersexualisation sociale
Aux femmes qui demandent - sans plus y croire - justice. Qu’elles vivent !
Jeux olympiques 2006 : félicitations, les filles !
7e Grève mondiale des femmes - Le Venezuela donne l’exemple
Évolution des droits des Québécoises et parcours d’une militante
2005, l’année de l’homme au Québec
Mes "problèmes de sexe" chez le garagiste !
Brèves considérations autour des représentations contemporaines du corps
OUI à la décriminalisation des personnes prostituées, NON à la décriminalisation de la prostitution
"Femmes, le pouvoir impossible", un livre de Marie-Joseph Bertini
L’AFEAS veut la représentation égalitaire à l’Assemblée nationale du Québec
Elles sont jeunes... eux pas
Dis-moi, « le genre », ça veut dire quoi ?
Quand donc les hommes ont-ils renoncé à la parole ?
Déconstruction du discours masculiniste sur la violence
Les hommes vont mal. Ah bon ?
La face visible d’un nouveau patriarcat
Quelle alternative au patriarcat ?
Le projet de loi du gouvernement Raffarin "relatif à la lutte contre les propos discriminatoires à caractère sexiste et homophobe" est indéfendable
L’influence des groupes de pères séparés sur le droit de la famille en Australie
Victoires incomplètes, avenir incertain : les enjeux du féminisme québécois
Retrouver l’élan du féminisme
Le droit d’éliminer les filles dans l’oeuf ?
Le système patriarcal à la base des inégalités entre les sexes
Des nouvelles des masculinistes
Masculinisme et système de justice : du pleurnichage à l’intimidation
Nouvelle donne féministe : de la résistance à la conquête
Les masculinistes : s’ouvrir à leurs réalités et répondre à leurs besoins
Nouvelles Questions féministes : "À contresens de l’égalité"
S’assumer pour surmonter sa propre violence
Sisyphe, que de rochers il faudra encore rouler !
Coupables...et fières de l’être !
Un rapport de Condition féminine Canada démasque un discours qui nie les inégalités de genre
De la masculinité à l’anti-masculinisme : penser les rapports sociaux de sexe à partir d’une position sociale oppressive
Les courants de pensée féministe
Quelques commentaires sur la domination patriarcale
Chroniques plurielles des luttes féministes au Québec
Qu’il est difficile de partir !
Deux cents participantes au premier rassemblement québécois des jeunes féministes
Le féminisme : comprendre, agir, changer
Le féminisme, une fausse route ? Une lutte secondaire ?
À l’ombre du Vaaag : retour sur le Point G
L’identité masculine ne se construit pas contre l’autre
Les hommes et le féminisme : intégrer la pensée féministe
La misère au masculin
Le Nobel de la paix 2003 à la juriste iranienne Shirin Ebadi
Hommes en désarroi et déroutes de la raison
Le « complot » féministe
Christine de Pisan au coeur d’une querelle antiféministe avant la lettre
Masculinisme et suicide chez les hommes
Le féminisme, chèvre émissaire !
L’autonomie de la FFQ, véritable enjeu de l’élection à la présidence
Les défis du féminisme d’aujourd’hui
Les arguments du discours masculiniste
Nouvelle présidente à la FFQ : changement de cap ?
La stratégie masculiniste, une offensive contre le féminisme
Le discours masculiniste dans les forums de discussion







    « Patriarcat (permanence) : Le seul système de domination (se manifestant dans tous les ‘champs’ : politique, économique, juridique, artistique, symbolique) qui ait perduré et se soit adapté à tous les autres : esclavagiste, féodal, capitaliste, communiste, socialiste, libéral... Le plus ancien, le plus durable, le moins combattu. Le plus violent : plus grave, sa violence n’est toujours pas reconnue comme telle. Toute analyse qui n’intègre pas cette antériorité dans sa permanence historique en perpétue le déni. » - Marie-Victoire Louis (1)
***

Les femmes sont libres. Elles peuvent librement être prostituées, faire 80% des tâches ménagères, la double journée, être femmes au foyer, intégrer dans la plus grande complaisance le système phallocrate, tant qu’elles ne pensent pas à défendre les intérêts de leur classe, tout va bien. Elles peuvent aussi (ou devraient pouvoir !) jouer les incubateurs pour les couples homosexuels, et tous ceux qui se sentent bien dans les institutions patriarcales, les femmes portent le voile et la burqa par conviction, elles défendent tout ce qui les oppriment. Parce qu’en fait, tout est relatif, non ? Je suis opprimée, uniquement si je me sens opprimée, la subjectivité est la clé de la libération ; pardon, de l’émancipation individuelle !

On a du mal à envisager politiquement la question des femmes. Par défendre les droits des femmes, on entend, tradition libérale oblige, intégrer le système dominant. Conformément à l’idée de discrimination, tout ce qui n’est pas appliqué aux hommes est discriminatoire ; il paraît donc ridicule de concevoir une transformation structurelle se fondant sur la critique de la subordination des femmes. Or précisément, en prenant l’exemple de la démocratie, et du "Contrat social", fondateur de celle-ci, la sphère privée, distincte de la sphère publique, conditionne cette dernière puisqu’elle suppose la sujétion des femmes. Ainsi, « les femmes ont le droit d’accéder aux choses telles qu’elles sont, mais aussi de les changer en tenant compte de leur expérience de subordonnées » (2). Autrement dit, bénéficier des mêmes droits que les hommes doit nous permettre de changer le système, de critiquer ses fondements, et non de les légitimer.

Pourtant, il semble que proclamer des principes libéraux tels que « liberté, égalité, fraternité » (je ne peux m’empêcher ici de citer la remarque de Carole Pateman : « La liberté, l’égalité et la fraternité constituent la trilogie révolutionnaire car la liberté et l’égalité sont des attributs de la fraternité qui exerce la loi du droit sexuel masculin », principes qui n’analysent pas l’inégale répartition du pouvoir), soit suffisant pour affranchir les femmes de l’oppression patriarcale.

À cet égard, on assiste à des arguments devenus quasi hiératiques : « C’est mon choix », « Je suis libre », tout n’est que question d’interprétation. Il est une atteinte à la liberté individuelle de parler de structures oppressives à combattre, car cela implique la responsabilité, la prise de conscience que les actions des un-e-s sont déterminées (la détermination n’implique pas le déterminisme) par l’organisation sociale : « Ce n’est pas la conscience des hommes qui détermine leur être, c’est inversement leur être social qui détermine leur conscience » (Marx). Il n’y a donc pas de liberté hors de la réalité matérielle pour les opprimées. Ou, comme Catharine Mackinnon le suggère, « la réalité des groupes opprimés existe indépendamment de ce qu’ils pensent. L’organisation sociale qui contrôle leur vie souvent n’a pas été établie de leur proper chef » (3).

De plus, on connaît bien la tactique du système phallocrato-capitaliste consistant à nous plonger dans l’immobilisme par des principes universels. Il s’agit de lutter pour arriver à la liberté et l’égalité : « Les féministes affirment que les femmes ne sont pas des individues. Rétorquer que nous le sommes n’y changera rien ; cela va dissimuler la nécessité de lutter pour y parvenir. » (4) Prétendre le contraire, c’est soutenir le système qui nous opprime, le défendre. Quant aux oppresseurs, ils dorment mieux la nuit, puisqu’ils ne sont ni coupables, ni responsables de rien. Il est plus simple de se dire « elle a choisi d’être prostituée », plutôt que d’admettre « je contribue au système prostitueur, je suis un agent de l’oppression patriarcale ».

La liberté ne tombe pas du ciel. Elle n’est qu’un concept du reste, mais pour le rendre matériel, si je puis dire, il faut en établir un autre à partir d’une analyse purement féministe, tant le patriarcat se manifeste « dans tous les champs : politique, économique, juridique, artistique, symbolique ».

Le fléau du postmodernisme

Nous assistons cependant à un autre fléau : le postmodernisme, qui est largement inspiré de cette logique libérale.

Voilà de grandes rebelles, les féministes du XXIème siècle prennent en compte la « race », la classe et le « sexe », l’intersectionalité des oppressions : une vraie révolution dans l’analyse. Nous n’avons jamais connu cela, surtout pas dans le féminisme radical. Chers gens, vous allez pouvoir affirmer votre identité, transgresser le genre contre ces vieux chnoques conservateurs ! Femmes, portez le voile, prostituez-vous ! Faites trembler l’ordre moral ! Je le répète, ceci est une véritable R-E-V-O-L-U-T-I-O-N.

Plus sérieusement, les postmodernistes sont définitivement anti-essentialistes. Poussant la déclaration de Simone de Beauvoir « on ne naît pas femme, on le devient » à son paroxysme, être femme ne veut plus rien dire, cela n’a pas de signification politique. Ce qui importe c’est comment on se sent, tout est dans la tête (petit coucou à Marcela Iacub). De fait, il y a une négation totale de la réalité des femmes comme femmes. Qu’on m’explique dès lors comment les femmes battues ou violées sont supposées transgresser le genre ! Par le sadomasochisme ? Certainement. La reproduction des pratiques dominant/dominée : « Les postmodernistes veulent battre le système dominant à son propre jeu, généralement on appelle ça dominer ». (5)

On qualifie souvent le féminisme radical de « victimaire ». C’est vrai que proposer aux femmes de s’organiser pour conquérir leur liberté, et construire un autre système politique contre le système patriarcal dont les premiers agents sont les hommes, - oui les hommes, pas des chèvres -, encourage les femmes à pleurnicher dans leur coin. Être victime de violences masculines n’est pas une honte. Les associations féministes sont là pour soutenir les victimes et les aider à se reconstruire. (6) Alors on préfère faire comme si de rien n’était. On se débrouille comme on peut, avec ce que l’on a dans un système patriarcal. Le but est d’être subversif.

L’intersectionalité est aussi un argument mis en avant. Les femmes sont victimes de racisme, et/ou d’exploitation capitaliste. Tenez-vous bien : il ne faut en aucun cas envisager le racisme comme émanant de l’idéologie patriarcale, jamais ! Non, il faut défendre le multiculturalisme. Or comme l’explique Mackinnon : « Ce que les postmodernistes nous proposent à la place est une défense multiculturelle de la violence masculine. » (7) Croyez-vous lutter contre le système capitaliste et la division sexuelle du travail ? Bien sûr que non, dans quel monde vivez-vous ! Il faut légaliser la prostitution, profession comme une autre, les prostituées sont des travailleuses qui doivent avoir les mêmes droits que les autres travailleurs. Faites-moi signe si Marx a une seule fois fait l’apologie du salariat.

Au regard de toutes ces contradictions, il n’existe pas de classe des femmes : « Autrement dit, si les femmes n’existent pas, puisqu’elles forment un ensemble hétérogène, peut-être que les Noirs n’existent pas non plus, parce qu’il/elles sont divisé-e-s par les questions de “sexe”. Les lesbiennes n’existent probablement pas non plus, parce qu’elles sont divisées par la « race » et la classe sociale ; si les femmes n’existent pas, les femmes qui subissent un traitement sexiste à cause de leur sexe n’existent pas, si ce n’est dans leur tête. Nous sommes réduites à une somme d’individues, ce vers quoi nous mène le libéralisme politique. » (8)

Et qu’est-ce que ne feraient pas les phallocrates pour éviter la résistance des femmes ! L’engouement pour ce type de féminisme, qui n’en est pas, ne m’étonne guère. Les femmes s’unissent finalement à la classe des hommes, au patriarcat, en s’appuyant sur leur concept.

Je ne reviens pas sur leur conception du genre, qui est une performance, un jeu. Les féministes radicales le conçoivent comme un système d’oppression. On ne multiplie pas les genres, on les éradique car le système repose sur une inégalité des sexes dans son fondement même.

Dire « je suis libre », lorsqu’on ne l’est pas, ne relève pas de la politique, mais de la magie. Ou plus clairement, on se voile la face. La lutte politique doit nous permettre d’accéder à une liberté et à une émancipation, collective autant qu’individuelle. Je conclurai par les mots de Catharine Mackinnon : « Les postmodernistes ont récupéré des éléments de l’analyse féministe et socialiste, les vidant complètement de leur substance, conduisant à un marxisme sans classe ouvrière, et à un féminisme sans femme. » (9)

* Blogue Beyourownwoman-feminism.

Notes

1. Voir lien.
2. « Women are entitled to access to things as they are and also to change them into something worth us having », Catharine Mackinnon. Lien PDF.
3. « The reality of people who don’t have power exists independently of what they think. The social constructs that control their lives very often are not their construct ».
4. « Feminists say women are not individuals. To retort that we « are » will not make it so ; i twill obscure the need to make change so that it can be so » (Catharine Mackinnon, In Feminism Unmodified, p.59.)
5. « [Postmodernists] want to beat dominance at its own game, which is usually called dominating ».
6. Cf « Le féminisme ou la mort ».
7. « What postmodernists give us instead is a multicultural defense of male violence. » (cf Voir lien.
8. « Put another way, if women don’t exist, because they are only particular women, maybe Black people don’t exist either, because they are divided by sex. Probably lesbians can’t exist either, because they are divided by race and class ; if women don’t exist, woman-identified women don’t exist except in their heads. We are reduced to individuals, which of all coincidences, is where liberalism places us” ».
9. « Postmodernism’s analysis of the social construction of reality is stolen from feminism and the left but gutted of substantive content-producing Marxism without the working class, feminism without women. »

Mis en ligne sur Sisyphe, le 27 juin 2012


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Virginia Pele



Plan-Liens Forum

  • "Je suis libre", une incantation magique censée nous libérer des structures oppressives
    (1/1) 27 juin 2012 , par aubeclaire

    rép: Maire-Julie
    rép: Virginia Pele




  • "Je suis libre", une incantation magique censée nous libérer des structures oppressives
    27 juin 2012 , par aubeclaire   [retour au début des forums]

    Je trouvais le titre de cet article prometteur. Cependant je suis déçue du contenu.
    Jargon de théoricienne des féminismes sur fond de débat sur la prostitution.

    Finalement je n’ai pas saisi où l’auteure voulait en venir. ..

    Bref, ce qui se conçoit bien.....

    • "Je suis libre", une incantation magique censée nous libérer des structures oppressives
      28 juin 2012 , par Maire-Julie
        [retour au début des forums]

      "Ce qui se conçoit bien..."

      Ce n’est pas parce que vous ne le comprenez pas que d’autres ne le comprennent pas. Pour moi, il est très clair. Il faut toutefois avoir quelques connaissances dans les divers courants féministes.

      [Répondre à ce message]

    • "Je suis libre", une incantation magique censée nous libérer des structures oppressives
      30 juin 2012 , par
      Virginia Pele   [retour au début des forums]

      Chère Aube ,

      D’une part , j’apprécie que vous ayez pris le temps de commenter cet article.

      Le monde n’est pas fait au hasard. Le monde est compliqué , croyez-vous que le patriarcat s’est construit au hasard , comme ça au feeling ?! Non ! La rigueur dans la réflexion est très importante .Pour avoir son mot à dire , il faut comprendre. Sinon , on laisse le pouvoir aux dominants.D’où la nécessité de l’éducation populaire féministe.J’ajoute , tous les Queers&Co qui monopolisent le débat , qui se font passer pour des gens qui se préocupent des plus démuni-e-s , ont des théories alambiquées , qui ne tiennent absolument pas compte de la réalité des femmes en l’occurence. Pour contrer ces discours postmodernistes, il me semble qu’il ne faut rien négliger et fournir des arguments assez rigoureux pour leur faire face.

      De plus , mon blog est censé rendre ces concepts plus accessibles , il y a des ouvrages féministes beaucoup plus compliqués. J’essaie d’expliquer et vous pouvez me poser les questions qui vous turlupinent j’y répondrez avec plaisir. Mais le féminisme ce n’est pas un truc qui ne mérite pas de la rigueur , le féminisme c pas au feeling , c pas ce qu’on veut.

      Le but de cet article était de montrer l’impact des discours libéraux et d’en formuler ainsi une critique. Quand vous êtes face à des manifestes du style "Nous , féministes" , se prétendant féministes et faisant l’éloge de l’oppression, il est plus que nécessaire de réagir vite et de montrer l’arnaque intellectuel de ces discours.

      [Répondre à ce message]


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2012
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin