| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






vendredi 12 janvier 2007

Dégénération de "Mes aïeux", un engouement questionnant

par Lori Anne Briggs, sociologue et féministe






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


#8mars - Les "étincelles" de Sophie Grégoire Trudeau
Désolée, vous n’êtes pas égales
Élaine Audet et Micheline Carrier, récipiendaires du Prix PDF QUÉBEC 2016
Vous avez dit "mauvais genre" ?
Lorraine Pagé trace un tableau de la situation des femmes dans le monde
Sexisme politique, sexe social
Révolution féministe : site féministe universaliste et laïc
Il faut abolir les prisons pour femmes
Le féminisme islamique est-il un pseudo-féminisme ?
Pour un féminisme pluriel
Cachez-moi ce vilain féminisme
Féminisme - Le Groupe des treize veut rencontrer la ministre à la Condition féminine Lise Thériault
Combattre le patriarcat pour la dignité des femmes et le salut du monde
Martine Desjardins parle du Sommet des femmes à Montréal
Banaliser la misogynie, c’est dangereux
Féminisme - Faut-il faire le jeu du "Diviser pour régner" ?
Je suis blanche et vous me le reprochez !
La pensée binaire du féminisme intersectionnel ne peut que mener à l’incohérence
Lutter contre la pauvreté des femmes et la violence des hommes envers elles
"Du pain et des roses" - Le 26 mai 1995, une grande aventure débutait
Portrait des Québécoises en 2015 - L’égalité ? Mon œil !
Je plaide pour un féminisme qui n’essaie pas de s’édulcorer
La Maison de Marthe, première récipiendaire du Prix PDF Québec
Ensemble, réussir la 4ième Marche Mondiale des Femmes ! Tant que toutes les femmes ne seront pas libres, nous resterons en marche !
Des "Déchaînées" aux genoux du patriarcat !
L’intervention féministe intersectionnelle – Troquer un idéal pour une idéologie trompeuse ?
Ce que révèle l’alliance de certains musulmans avec la droite réactionnaire
Au cœur de la division du mouvement féministe québécois : deux visions
Désaccord sur le virage de la Fédération des femmes du Québec
Féminisme islamique - Quand la confusion politique ne profite pas au féminisme
États généraux du féminisme - Des sujets importants écartés : "De qui ou de quoi avons-nous peur ?"
PDF Québec est lancé ! - Une voix pour les droits des femmes
États généraux et FFQ - Un féminisme accusateur source de dissension
Ignorer et défendre la domination masculine : le piège de l’intersectionnalité
Comment les hommes peuvent appuyer le féminisme
Le féminisme contemporain dans la culture porno : ni le playboy de papa, ni le féminisme de maman
Refuser d’être un homme. Pour en finir avec la virilité
Les micro-identités et le "libre choix" érigé en système menacent les luttes féministes
La misogynie n’a pas sa place dans le féminisme
L’écriture équitable - La féminisation des textes est un acte politique
Réfutation de mensonges au sujet d’Andrea Dworkin
Une éducation féministe donne de meilleurs fils
"Rien n’a encore pu me détruire" : entretien avec Catharine A. MacKinnon
France - La mainmise des hommes sur le monde de la radio
États généraux sur le féminisme au Québec/FFQ - Des exclusions fondées sur des motifs idéologiques et des faussetés
Le mouvement des « droits des hommes », la CAFE et l’Université de Toronto
Mensonges patriarcaux - Le mouvement des « droits des hommes » et sa misogynie sur nos campus
Féministes, gare à la dépolitisation ! Les féminismes individualiste et postmoderne
"Les femmes de droite", une oeuvre magistrale d’Andrea Dworkin
"Je suis libre", une incantation magique censée nous libérer des structures oppressives
Trans, queers et libéraux font annuler une conférence féministe radicale à Londres
« Le féminisme ou la mort »
"Des paradis vraiment bizarres" - "Reflets dans un œil d’homme ", un essai de Nancy Huston
Quand les stéréotypes contrôlent nos sens
"Agentivité sexuelle" et appropriation des stratégies sexistes
Cessons de dire que les jeunes femmes ne s’identifient pas au féminisme !
Un grand moment de féminisme en milieu universitaire
Beauté fatale. Les nouveaux visages d’une aliénation féminine
Résistance au sexe en contexte hétérosexuel
La CHI - Un humour dégradant et complice de l’injustice sociale
"Heartbreak", une autobiographie d’Andrea Dworkin
Hockey, suicide et construction sociale de la masculinité
Polémique sur l’enseignement du genre dans les manuels scolaires en France
Le "Gender" à l’américaine - Un verbiage qui noie la réalité du pouvoir patriarcal
2011-2015 - Un plan d’action pour un Québec égalitaire
NousFemmes.org
L’égalité inachevée
Journée internationale des femmes 2011 - Briser le silence sur toutes les formes de sexisme
En France et ailleurs, 2010, une mauvaise année pour les femmes
Ce qu’est le féminisme radical
Polygamie - Le Comité de réflexion sur la situation des femmes immigrées et “racisées” appuie l’avis du CSF
Il y a trois ans, mon cher Léo...
La Fédération des femmes du Québec représente-t-elle toutes les femmes ?
Tout est rentable dans le corps des femmes... pour ceux qui l’exploitent
Incessante tyrannie
Comment le patriarcat et le capitalisme renforcent-ils conjointement l’oppression des femmes ?
Égalité ou différence ? Le féminisme face à ses divisions
Le "gender gap" dans les Technologies de l’information et de la communication
La Marche mondiale des femmes dix ans plus tard
Azilda Marchand : une Québécoise qui fut de tous les combats pour les femmes !
Les hommes proféministes : compagnons de route ou faux amis ?
Prostitution et voile intégral – Sisyphe censuré par le réseau féministe NetFemmes
Regard sur l’égalité entre les femmes et les hommes : où en sommes-nous au Québec ?
Féminisme en ménopause ?
Ce n’est pas la France des NOBELS !
Écarter d’excellentes candidates en médecine ? Inadmissible !
Trois mousquetaires au féminin : Susan B. Anthony, Elizabeth Cady Stanton et Matilda Joslyn Gage
La question des privilèges - Le réalisateur Patric Jean répond à des critiques
Lettre à Patric Jean, réalisateur de "La domination masculine", et à bien d’autres...
Une grande féministe, Laurette Chrétien-Sloan, décédée en décembre 2009
Le travail, tant qu’il nous plaira !
Comme une odeur de misogynie
La patineuse
Invasion du sexisme dans un lycée public
Magazines, anorgasmie et autres dysfonctions
"Toutes et tous ensemble pour les droits des femmes !"
Cent ans d’antiféminisme
MLF : "Antoinette Fouque a un petit côté sectaire"
Des femmes : Une histoire du MLF de 1968 à 2008
Qui est déconnectée ? Réponse à Nathalie Collard
Manifeste du rassemblement pancanadien des jeunes féministes
Pour une Charte des droits des femmes
Andy Srougi perd sa poursuite en diffamation
La lesbienne dans Le Deuxième Sexe
Le livre noir de la condition des femmes
La percée de la mouvance masculiniste en Occident
Procès du féminisme
Humanisme, pédocriminalité et résistance masculiniste
Une critique des pages sur le viol du livre "Le Plaisir de tuer"
Mise au point sur la suspension d’un article critiquant le livre du Dr Michel Dubec
Pour éviter de se noyer dans la (troisième) vague : réflexions sur l’histoire et l’actualité du féminisme radical
L’égalité des femmes au Québec, loin de la coupe aux lèvres !
Je suis féministe !
Écoféminisme et économie
Poursuite contre Barbara Legault et la revue "À Bâbord !" - Mise à jour
Biographie de Léo Thiers-Vidal
Vivement le temps de prendre son temps !
Séances d’information pour le projet d’une Politique d’égalité à la Ville de Montréal
Florence Montreynaud fait oeuvre d’amour et de mémoire
Magazines pour filles, changement de ton !
Un 30e anniversaire de la JIF sous la fronde conservatrice
L’égalité des femmes au Québec est-elle plus qu’une façade ?
Colloque sur Antigone
Prostitution et trafic sexuel - Dossier principal sur Sisyphe.org
Golf : "Gentlemen only, ladies forbidden" ?
Méchant ressac ou KIA raison ?
Les « Gender Studies », un gruyère confortable pour les universitaires
Réflexions "scientifiques" du haut du Mont Grey Lock
Madame, s’il vous plaît !
Annie Leclerc, philosophe
Des arguments de poids...
Pour hommes seulement
Andrea Dworkin ne croit pas que tout rapport sexuel hétéro est un viol
Peau d’Âme ou Beautés désespérées ?
Réflexions et questionnement d’une féministe en mutation
Mais pourquoi est-elle si méchante ?
Le concours « Les Jeudis Seins » s’inscrit dans le phénomène de l’hypersexualisation sociale
Aux femmes qui demandent - sans plus y croire - justice. Qu’elles vivent !
Jeux olympiques 2006 : félicitations, les filles !
7e Grève mondiale des femmes - Le Venezuela donne l’exemple
Évolution des droits des Québécoises et parcours d’une militante
2005, l’année de l’homme au Québec
Mes "problèmes de sexe" chez le garagiste !
Brèves considérations autour des représentations contemporaines du corps
OUI à la décriminalisation des personnes prostituées, NON à la décriminalisation de la prostitution
"Femmes, le pouvoir impossible", un livre de Marie-Joseph Bertini
L’AFEAS veut la représentation égalitaire à l’Assemblée nationale du Québec
Elles sont jeunes... eux pas
Dis-moi, « le genre », ça veut dire quoi ?
Quand donc les hommes ont-ils renoncé à la parole ?
Déconstruction du discours masculiniste sur la violence
Les hommes vont mal. Ah bon ?
La face visible d’un nouveau patriarcat
Quelle alternative au patriarcat ?
Le projet de loi du gouvernement Raffarin "relatif à la lutte contre les propos discriminatoires à caractère sexiste et homophobe" est indéfendable
L’influence des groupes de pères séparés sur le droit de la famille en Australie
Victoires incomplètes, avenir incertain : les enjeux du féminisme québécois
Retrouver l’élan du féminisme
Le droit d’éliminer les filles dans l’oeuf ?
Le système patriarcal à la base des inégalités entre les sexes
Des nouvelles des masculinistes
Masculinisme et système de justice : du pleurnichage à l’intimidation
Nouvelle donne féministe : de la résistance à la conquête
Les masculinistes : s’ouvrir à leurs réalités et répondre à leurs besoins
Nouvelles Questions féministes : "À contresens de l’égalité"
S’assumer pour surmonter sa propre violence
Sisyphe, que de rochers il faudra encore rouler !
Coupables...et fières de l’être !
Un rapport de Condition féminine Canada démasque un discours qui nie les inégalités de genre
De la masculinité à l’anti-masculinisme : penser les rapports sociaux de sexe à partir d’une position sociale oppressive
Les courants de pensée féministe
Quelques commentaires sur la domination patriarcale
Chroniques plurielles des luttes féministes au Québec
Qu’il est difficile de partir !
Deux cents participantes au premier rassemblement québécois des jeunes féministes
Le féminisme : comprendre, agir, changer
Le féminisme, une fausse route ? Une lutte secondaire ?
À l’ombre du Vaaag : retour sur le Point G
L’identité masculine ne se construit pas contre l’autre
Les hommes et le féminisme : intégrer la pensée féministe
La misère au masculin
Le Nobel de la paix 2003 à la juriste iranienne Shirin Ebadi
Hommes en désarroi et déroutes de la raison
Le « complot » féministe
Christine de Pisan au coeur d’une querelle antiféministe avant la lettre
Masculinisme et suicide chez les hommes
Le féminisme, chèvre émissaire !
L’autonomie de la FFQ, véritable enjeu de l’élection à la présidence
Les défis du féminisme d’aujourd’hui
Les arguments du discours masculiniste
Nouvelle présidente à la FFQ : changement de cap ?
La stratégie masculiniste, une offensive contre le féminisme
Le discours masculiniste dans les forums de discussion







Récemment, une chroniqueuse d’une émission de la radio de Radio-Canada invitait l’auditoire à écouter attentivement les paroles de la chanson Dégénération, du groupe musical « Mes Aïeux », qu’elle s’apprêtait à faire jouer. Férue que je suis de ces groupes qui allient musique traditionnelle aux paroles qui nous racontent notre histoire, et ne m’étant jamais arrêtée à l’écouter au complet, je me suis volontiers prêtée à cet exercice. Mais c’était aussi pour tenter de comprendre ce qu’il y a de plus dans cette chanson, qui lui vaut cet engouement ces derniers temps et qui, selon la chroniqueuse, est attribuable au réalisme des paroles.

J’ai été un peu déçue. Non pas de la chanson en tant que telle puisque le parolier est quelqu’un qui écrit avec son bagage de connaissances et ses interprétations de la vie. Mais j’ai été plutôt déçue de l’engouement qu’elle suscite puisque celui-ci témoigne d’une identification étendue à ce qui est dit dans cette chanson. Et, ce qui est dit dans cette chanson, d’une part, occulte des éléments de l’histoire et de la réalité actuelle et d’autre part, véhicule un ensemble de stéréotypes sexuels très marqué et constitue une [autre] attaque lancée aux baby boomers.

Les aïeux, parlons-en, mais des aïeules itou ! Il faudrait peut-être que les filles et les garçons sachent qu’en plus d’avoir accouché et élevé une douzaine d’enfants, leurs aïeules ont, elles aussi, participé à défricher et à labourer la terre avec leurs aïeux. Ce, en plus de cuisiner hiver comme été sur le poêle à bois et de faire la lessive de la trâlée et du mari, incluant les couches et les mouchoirs non jetables, avec comme seul soutien technique une planche à laver.

Pas plus fous que les autres, de cette misère-là, leurs grands-parents n’ont pas voulu et se sont dotés des appareils qui leur ont permis de s’alléger la vie. Aussi, ceux-ci ont bien dû abdiquer devant l’arrivée des denrées bon marché venues de nos voisins du sud qui coûtaient moins cher aux marchands que ce que les fermiers d’ici produisaient. Incapables de faire face à la concurrence, manquant de moyens pour agrandir leur terre et pour acheter la machinerie nécessaire à la rentabiliser, la plupart ont été forcés de vendre. De plus, c’est le grand-père lui-même qui a incité son fils à étudier pour qu’il devienne fonctionnaire et puisse ainsi assurer son avenir.

Les stéréotypes

Par ailleurs, en ce qui a trait aux stéréotypes, la première chose qui étonne, c’est qu’on s’adresse au « p’tit gars » par rapport à deux aspects de sa vie : son logis et ses perspectives professionnelles. Alors qu’à la « p’tite fille », on lui parle essentiellement de son rôle de procréatrice. En plus, le « p’tit gars » est en quelque sorte une victime à geler dans son 3, et qu’il peine à payer parce que son père n’a pas su lui transmettre l’héritage de ses aïeux. La fille, elle, est coupable de s’envoyer en l’air avec tout un chacun, et en plus, irresponsable qu’elle est, elle n’utilise pas de moyen contraceptif ; elle tombe donc enceinte et se fait avorter. Sa mère, elle, est coupable de ne pas l’avoir souhaitée.

Si c’est ça la réalité des jeunes qui entourent le parolier et ses admirateurs, ce n’est certes pas celle des jeunes qui m’entourent. Ce que je vois parmi ceux qui ont des problèmes, ce sont des jeunes hommes qui ont décroché de l’école, qui vivent chez leur parents, fument leur joint en jouant au jeu vidéo et vivotent en passant d’un boulot non payant à un autre encore moins payant, et ce, entrecoupés de périodes de chômage. Je vois leurs parents désemparés par tant d’inertie et qui feraient tout pour les aider. Les filles, elles, cumulent souvent études et travail, elles s’en vont rapidement en appartement, soit pour échapper au joug de leurs parents ou tout simplement pour accéder à leur indépendance. Une indépendance chèrement acquise par leurs mères et leurs grands-mères. Si elle ne peut ou ne veut prendre des contraceptifs, intrusifs et non sans conséquences sur sa santé, la p’tite fille est prise pour se fier au condom et au chum qui voudra bien le porter. Faute de collaboration, elle tombe enceinte, son chum ne travaillant pas, elle ne veut surtout pas vivre ce que sa mère a vécu, c’est-à-dire la monoparentalité « sur le b.s. ». Elle se fait donc avorter.

La nostalgie du bon vieux temps

Après avoir permis la mise en place de tout ce qu’il faut pour inciter les filles à devenir des objets sexuels et à adopter des comportements sexuels libertaires, on vient maintenant le leur reprocher. Un peu partout, on sent rejaillir depuis peu un mouvement de droite des plus conservateurs. Entre autres, on reproche aux jeunes de ne plus faire d’enfants, on remet en question l’avortement et on coupe le financement alloué pour continuer à avancer vers l’égalité.

Les théories essentialistes ont un regain de popularité. La nostalgie du bon vieux temps refait surface. Sinon, pourquoi tant d’engouement et d’identification à des paroles qui ne donnent qu’une vision partielle de l’histoire et de la réalité, qui confine le gars paumé dans sa léthargie et qui reproche à la fille ses comportements sexuels en la renvoyant à un unique rôle de reproductrice ? Certain-es et, parmi eux, pas mal de jeunes, semblent regretter, consciemment ou non, l’époque où les hommes et les femmes avaient des rôles sociaux bien campés : l’homme pourvoyeur et propriétaire, et la femme mère et ménagère.

Les comportements stéréotypés en rassure plusieurs et rendent la lutte au sexisme difficile. Il est à espérer un retour des analyses féministes fouillées pour contrer cette tendance.

Dégénération, du groupe « Mes aïeux »

Ton arrière-arrière-grand-père, il a défriché la terre
Ton arrière-grand-père, il a labouré la terre
Et pis ton grand-père a rentabilisé la terre
Pis ton père, il l’a vendue pour devenir fonctionnaire

Et pis toé mon p’tit gars, tu sais pu ce que tu vas faire
Dans ton p’tit 3 1/2 ben trop cher, frette en hiver
Il te vient des envies de devenir propriétaire
Et tu rêves la nuit...d’avoir ton petit lopin de terre

Ton arrière-arrière-grand-mère, elle a eu 14 enfants
Ton arrière-grand-mère en a eus quasiment autant
Et pis ta grand-mère en a trois c’était suffisant
Pis ta mère en voulait pas, toé t’était un accident

Et pis toé, ma p’tite fille, tu changes de partenaire tout le temps
Quand tu fais des conneries, tu t’en sauves en avortant
Mais y’a des matins, tu te réveilles en pleurant
Quand tu rêves la nuit... d’une grande table entourée d’enfants

Ton arrière-arrière-grand-père a vécu la grosse misère
Ton arrière-grand-père, il ramassait des cennes noires
Et pis ton grand-père, miracle, est devenu millionnaire
Ton père en a hérité, il l’a toute mis dans ses RÉER

Et pis toé, p’tite jeunesse, tu dois ton cul au Ministère
Pas moyen d’avoir un prêt dans une institution bancaire
Pour calmer tes envies de hold-upper la caissière
Tu lis des livres qui parlent...de simplicité volontaire

Tes arrière-arrière-grands-parents, ils savaient comment fêter
Tes arrière-grand-parents, ça swignait fort dans les veillées
Pis tes grands-parents ont connu l’époque yéyé
Tes parents c’était les discos, c’est là qu’ils se sont rencontrés

Et pis toé, mon ami, qu’est-ce que tu fais de ta soirée
Éteinds dont ta TV, faut pas rester encabané
Heureusement que dans vie, certaines choses refusent de changer
Enfile tes plus beaux habits... car nous allons ce soir danser-er-eR-ER

Mis en ligne sur Sisyphe, le 15 janvier 2007


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Lori Anne Briggs, sociologue et féministe



Plan-Liens Forum

  • bien vu !
    (1/8) 23 février 2008 , par

  • Un engouement concordant...
    (2/8) 13 octobre 2007 , par

  • > Dégénération, une chanson qui reflète son temps
    (3/8) 9 avril 2007 , par

  • Pétain, Mes aïeux !
    (4/8) 31 mars 2007 , par

  • > Dégénération de "Mes aïeux", un engouement questionnant
    (5/8) 18 février 2007 , par

  • la roue tourne...
    (6/8) 22 janvier 2007 , par

  • > Dégénération de "Mes aïeux", un engouement questionnant
    (7/8) 20 janvier 2007 , par

  • > Dégénération de "Mes aïeux", un engouement questionnant
    (8/8) 18 janvier 2007 , par





  • bien vu !
    23 février 2008 , par   [retour au début des forums]

    Bravo et merci pour ce commentaire lucide et éclairé !!

    Un engouement concordant...
    13 octobre 2007 , par   [retour au début des forums]

    Taux de suicide élevé, quêtes d’identité, dépression et maladies mentales, solitude, hyper-consommation, accroissement de la pauvreté.

    Nouvelles technologies, gratuité des soins de santé, accès à l’éducation, programmes divers d’accès à presque tout (de l’égalité à la propriété, accomodements raisonnables et chirurgies au laser.

    Entre le bon grain et l’ivraie, c’est parfois difficile de choisir le mieux d’autant que maintenant on nous fait souvent croire que le transgénique, c’est pas de l’ivraie.

    En fait, nos repères et nos modes de vie ont changé trop vite, trop fort. Ça laisse des trous et de la nostalgie...

    Je pense que c’est ça quelle dit la chanson, c’est tout...

    > Dégénération, une chanson qui reflète son temps
    9 avril 2007 , par   [retour au début des forums]

    Cet article est intéressant, mais il me semble que celui qui a écrit cet article n’a pas compris le sens profond de cette chanson.
    Pourtant il suffit de voir le désespoir qui règne dans notre génération pour comprendre ces paroles.Le femme est faite pour avoir des enfants et s’épanouir en les éduquant, et tous les homme souffrent, même si leurs parents ont cru être heureux en se passant de leurs racines, de se sentir inutiles et ballotés dans un monde sans repères. Cette chanson reflète le désir profond d’une nouvelle génération de retrouver une vie faite de liens et de racines, et c’est le constat de l’échec de toute une génération pétrie d’idéologie qui a fait passer des lois qui tuent et qui a vidé la vie de toute vraie forme d’amour. Il est temps de revenir en arrière, c’est la vrai progrès que de reconnaitre ses erreurs. Ce n’est pas en continuant à vouer un culte au corps, et à rejeter la vie parce qu’elle n’arrive pas quand égoïstement on la souhaitait que les hommes iront mieux. Le canada est en avance sur la France puisque les jeunes de ce pays commencent à en prendre conscience !

    Pétain, Mes aïeux !
    31 mars 2007 , par   [retour au début des forums]
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Hi%C3%...

    Ces paroles sont épouvantables : hiératiques, culpabilisantes, et surtout sans perspective d’avenir. Elles renvoient à un idéal de société, le monde rural, dont nos ancètres ont tout fait pour se défaire. Il doit bien y avoir une raison. Respect pour leur âme, nos aïeux avaient surtout le droit de se taire et de faire ce que leur disaient les curés.

    La génération 68 a commis bien des erreurs. Avec son histoire, sa culture, elle nous a légué des richesses plus intéressantes et plus utiles qu’un carré de terre.

    > Dégénération de "Mes aïeux", un engouement questionnant
    18 février 2007 , par   [retour au début des forums]

    Le progressisme tue le Québec. On n’y fait plus d’enfants. Montréal redevient de plus anglais.

    J’espère que l’engouement pour cette chanson représente une prise de conscience du cul-de-sac stérile du progressisme, de la solitude, du manque de liens charnels qu’il engendre. Triste Québec de la Révolution tranquille qui a brisé l’élan démographique du Québec, nous devenons de moins en moins important au Canada, nous n’aurons sans doute plus jamais une majorité au Canada (alors qu’une génération de plus avec 4 à 5 enfants par femme l’aurait assurer) ni même l’indépendance d’un plus petit pays (le Québec avec de plus en plus d’immigrants qui n’ont aucune raison charnelle de se séparer du plus beau pays du monde, le Kénédeu).

    • Archaïsme démagogique.
      31 mars 2007 , par
        [retour au début des forums]

      Les femmes ne vous appartiennent pas : elles ne sont pas l’outil de vos ambitions démographiques.

      Cette chanson n’est rien d’autre que de l’archaïsme démagogique, pas très éloigné de l’idéologie clérico-nationaliste de la première moitié du 20e siècle, ni non plus de l’ultramontanisme. En fait, tout ce qui manque à cette chanson, c’est une référence au catholicisme — quoique le groupe ne fut pas assez stupide pour l’inclure, l’Église n’étant guère populaire auprès des jeunes de nos jours...

      Un peuple, une nation, doit évoluer. Si cette nation ne se reconnaît que dans le dialecte et les traditions démodées, elle ne mérite pas de devenir un pays.

      Le Québec sera un pays de gauche, ou il ne sera pas. Vos comportements réactionnaires de droitistes frustrés, xénophobes et anti-féministes ne vous mèneront nulle part, sinon à un nouveau Duplessis, à l’ignorance et au conservatisme. Choisissez bien l’avenir auquel vous aspirez.

      [Répondre à ce message]

    la roue tourne...
    22 janvier 2007 , par   [retour au début des forums]

    Cette chanson n’est pas une remise en valeur du passé ; c’est une remise en question du présent. Les parents de ces jeunes ont attaqué le conservatisme des vieux ; comment leur progéniture pourrait-elle les attaquer à son tour si ce n’est en contestant la valeur et même la réalité des "hauts faits" de leurs aînés immédiats ? Les enfants d’aujourd’hui et de demain seraient-ils la première génération de l’histoire à ne pas avoir le droit de dire n’importe quoi à leur âge ? Les baby-boomers auraient-ils interdit la contestation après eux ?

    > Dégénération de "Mes aïeux", un engouement questionnant
    20 janvier 2007 , par   [retour au début des forums]

    Merci d’avoir pris le temps de mettre par écrit une analyse du contenu de cette chanson, que j’ai souvent écoutée, appréciée pour sa musique entraînante mais dont je ne pouvais plus d’entendre les paroles sexistes. Je partage tout à fait l’opinion de l’auteure : l’espèce de nostalgie facile qui se répand dans la culture populaire est faite de clichés complaisants qui n’ont rien à voir avec la réalité vécue de nos aieulles et aieux. Et les discours moralisateurs sur la réalité actuelle sont tout aussi réducteurs. Ce n’est certainement pas avec de tels préjugés et de telles idéalisations nostalgiques qu’on améliorera notre sort individuel et collectif, ni qu’on se donnera une société plus égalitaire et plus épanouissante. Qu’on se le dise !

    > Dégénération de "Mes aïeux", un engouement questionnant
    18 janvier 2007 , par   [retour au début des forums]

    Y’a-t-il un moyen de lire les commentaires des internautes sur ce sujet ? Si oui, comment ?


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2007
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin