| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

  Hébergé par                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       Éditions Sisyphe






lundi 1er décembre 2008

Des femmes : Une histoire du MLF de 1968 à 2008

par Élaine Audet



Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texte Imprimer ce texte


Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Des "Déchaînées" aux genoux du patriarcat !
L’intervention féministe intersectionnelle – Troquer un idéal pour une idéologie trompeuse ?
Ce que révèle l’alliance de certains musulmans avec la droite réactionnaire
Au cœur de la division du mouvement féministe québécois : deux visions
Désaccord sur le virage de la Fédération des femmes du Québec
Féminisme islamique - Quand la confusion politique ne profite pas au féminisme
États généraux du féminisme - Des sujets importants écartés : "De qui ou de quoi avons-nous peur ?"
PDF Québec est lancé ! - Une voix pour les droits des femmes
États généraux et FFQ - Un féminisme accusateur source de dissension
Ignorer et défendre la domination masculine : le piège de l’intersectionnalité
Comment les hommes peuvent appuyer le féminisme
Le féminisme contemporain dans la culture porno : ni le playboy de papa, ni le féminisme de maman
Refuser d’être un homme. Pour en finir avec la virilité
Les micro-identités et le "libre choix" érigé en système menacent les luttes féministes
La misogynie n’a pas sa place dans le féminisme
L’écriture équitable - La féminisation des textes est un acte politique
Réfutation de mensonges au sujet d’Andrea Dworkin
Une éducation féministe donne de meilleurs fils
"Rien n’a encore pu me détruire" : entretien avec Catharine A. MacKinnon
France - La mainmise des hommes sur le monde de la radio
États généraux sur le féminisme au Québec/FFQ - Des exclusions fondées sur des motifs idéologiques et des faussetés
Le mouvement des « droits des hommes », la CAFE et l’Université de Toronto
Mensonges patriarcaux - Le mouvement des « droits des hommes » et sa misogynie sur nos campus
Féministes, gare à la dépolitisation ! Les féminismes individualiste et postmoderne
"Les femmes de droite", une oeuvre magistrale d’Andrea Dworkin
"Je suis libre", une incantation magique censée nous libérer des structures oppressives
Trans, queers et libéraux font annuler une conférence féministe radicale à Londres
« Le féminisme ou la mort »
"Des paradis vraiment bizarres" - "Reflets dans un œil d’homme ", un essai de Nancy Huston
Quand les stéréotypes contrôlent nos sens
"Agentivité sexuelle" et appropriation des stratégies sexistes
Cessons de dire que les jeunes femmes ne s’identifient pas au féminisme !
Un grand moment de féminisme en milieu universitaire
Beauté fatale. Les nouveaux visages d’une aliénation féminine
Résistance au sexe en contexte hétérosexuel
La CHI - Un humour dégradant et complice de l’injustice sociale
"Heartbreak", une autobiographie d’Andrea Dworkin
Hockey, suicide et construction sociale de la masculinité
Polémique sur l’enseignement du genre dans les manuels scolaires en France
Le "Gender" à l’américaine - Un verbiage qui noie la réalité du pouvoir patriarcal
2011-2015 - Un plan d’action pour un Québec égalitaire
NousFemmes.org
L’égalité inachevée
Journée internationale des femmes 2011 - Briser le silence sur toutes les formes de sexisme
En France et ailleurs, 2010, une mauvaise année pour les femmes
Ce qu’est le féminisme radical
Polygamie - Le Comité de réflexion sur la situation des femmes immigrées et “racisées” appuie l’avis du CSF
Il y a trois ans, mon cher Léo...
La Fédération des femmes du Québec représente-t-elle toutes les femmes ?
Tout est rentable dans le corps des femmes... pour ceux qui l’exploitent
Incessante tyrannie
Comment le patriarcat et le capitalisme renforcent-ils conjointement l’oppression des femmes ?
Égalité ou différence ? Le féminisme face à ses divisions
Une vision féministe de l’économie
Le "gender gap" dans les Technologies de l’information et de la communication
La Marche mondiale des femmes dix ans plus tard
Azilda Marchand : une Québécoise qui fut de tous les combats pour les femmes !
Les hommes proféministes : compagnons de route ou faux amis ?
Prostitution et voile intégral – Sisyphe censuré par le réseau féministe NetFemmes
Regard sur l’égalité entre les femmes et les hommes : où en sommes-nous au Québec ?
Féminisme en ménopause ?
Ce n’est pas la France des NOBELS !
Écarter d’excellentes candidates en médecine ? Inadmissible !
Trois mousquetaires au féminin : Susan B. Anthony, Elizabeth Cady Stanton et Matilda Joslyn Gage
La question des privilèges - Le réalisateur Patric Jean répond à des critiques
Lettre à Patric Jean, réalisateur de "La domination masculine", et à bien d’autres...
Une grande féministe, Laurette Chrétien-Sloan, décédée en décembre 2009
Le travail, tant qu’il nous plaira !
Comme une odeur de misogynie
La patineuse
Invasion du sexisme dans un lycée public
Magazines, anorgasmie et autres dysfonctions
"Toutes et tous ensemble pour les droits des femmes !"
Cent ans d’antiféminisme
MLF : "Antoinette Fouque a un petit côté sectaire"
Qui est déconnectée ? Réponse à Nathalie Collard
Manifeste du rassemblement pancanadien des jeunes féministes
Pour une Charte des droits des femmes
Andy Srougi perd sa poursuite en diffamation
La lesbienne dans Le Deuxième Sexe
Le livre noir de la condition des femmes
La percée de la mouvance masculiniste en Occident
Procès du féminisme
Humanisme, pédocriminalité et résistance masculiniste
Une critique des pages sur le viol du livre "Le Plaisir de tuer"
Mise au point sur la suspension d’un article critiquant le livre du Dr Michel Dubec
Pour éviter de se noyer dans la (troisième) vague : réflexions sur l’histoire et l’actualité du féminisme radical
L’égalité des femmes au Québec, loin de la coupe aux lèvres !
Je suis féministe !
Écoféminisme et économie
Poursuite contre Barbara Legault et la revue "À Bâbord !" - Mise à jour
Biographie de Léo Thiers-Vidal
Vivement le temps de prendre son temps !
Florence Montreynaud fait oeuvre d’amour et de mémoire
Magazines pour filles, changement de ton !
Un 30e anniversaire de la JIF sous la fronde conservatrice
L’égalité des femmes au Québec est-elle plus qu’une façade ?
Golf : "Gentlemen only, ladies forbidden" ?
Méchant ressac ou KIA raison ?
Dégénération de "Mes aïeux", un engouement questionnant
Les « Gender Studies », un gruyère confortable pour les universitaires
Réflexions "scientifiques" du haut du Mont Grey Lock
Madame, s’il vous plaît !
Annie Leclerc, philosophe
Des arguments de poids...
Pour hommes seulement
Andrea Dworkin ne croit pas que tout rapport sexuel hétéro est un viol
Peau d’Âme ou Beautés désespérées ?
Réflexions et questionnement d’une féministe en mutation
Mais pourquoi est-elle si méchante ?
Le concours « Les Jeudis Seins » s’inscrit dans le phénomène de l’hypersexualisation sociale
Aux femmes qui demandent - sans plus y croire - justice. Qu’elles vivent !
Jeux olympiques 2006 : félicitations, les filles !
7e Grève mondiale des femmes - Le Venezuela donne l’exemple
Évolution des droits des Québécoises et parcours d’une militante
2005, l’année de l’homme au Québec
Mes "problèmes de sexe" chez le garagiste !
Brèves considérations autour des représentations contemporaines du corps
OUI à la décriminalisation des personnes prostituées, NON à la décriminalisation de la prostitution
"Femmes, le pouvoir impossible", un livre de Marie-Joseph Bertini
L’AFEAS veut la représentation égalitaire à l’Assemblée nationale du Québec
Elles sont jeunes... eux pas
Dis-moi, « le genre », ça veut dire quoi ?
Quand donc les hommes ont-ils renoncé à la parole ?
IN MEMORIAM ANDREA DWORKIN ou La passion de la justice
Déconstruction du discours masculiniste sur la violence
Les hommes vont mal. Ah bon ?
La face visible d’un nouveau patriarcat
Quelle alternative au patriarcat ?
Le projet de loi du gouvernement Raffarin "relatif à la lutte contre les propos discriminatoires à caractère sexiste et homophobe" est indéfendable
L’influence des groupes de pères séparés sur le droit de la famille en Australie
Victoires incomplètes, avenir incertain : les enjeux du féminisme québécois
Retrouver l’élan du féminisme
Le droit d’éliminer les filles dans l’oeuf ?
Le système patriarcal à la base des inégalités entre les sexes
Des nouvelles des masculinistes
Masculinisme et système de justice : du pleurnichage à l’intimidation
Nouvelle donne féministe : de la résistance à la conquête
Les masculinistes : s’ouvrir à leurs réalités et répondre à leurs besoins
Nouvelles Questions féministes : "À contresens de l’égalité"
S’assumer pour surmonter sa propre violence
Sisyphe, que de rochers il faudra encore rouler !
Coupables...et fières de l’être !
Un rapport de Condition féminine Canada démasque un discours qui nie les inégalités de genre
De la masculinité à l’anti-masculinisme : penser les rapports sociaux de sexe à partir d’une position sociale oppressive
Les courants de pensée féministe
Quelques commentaires sur la domination patriarcale
Chroniques plurielles des luttes féministes au Québec
Qu’il est difficile de partir !
Deux cents participantes au premier rassemblement québécois des jeunes féministes
Le féminisme : comprendre, agir, changer
Le féminisme, une fausse route ? Une lutte secondaire ?
À l’ombre du Vaaag : retour sur le Point G
L’identité masculine ne se construit pas contre l’autre
Les hommes et le féminisme : intégrer la pensée féministe
La misère au masculin
Le Nobel de la paix 2003 à la juriste iranienne Shirin Ebadi
Hommes en désarroi et déroutes de la raison
Le « complot » féministe
Christine de Pisan au coeur d’une querelle antiféministe avant la lettre
Masculinisme et suicide chez les hommes
Le féminisme, chèvre émissaire !
L’autonomie de la FFQ, véritable enjeu de l’élection à la présidence
Les défis du féminisme d’aujourd’hui
Les arguments du discours masculiniste
Nouvelle présidente à la FFQ : changement de cap ?
La stratégie masculiniste, une offensive contre le féminisme
Le discours masculiniste dans les forums de discussion




Les éditions françaises Des femmes viennent de nous faire un magnifique cadeau en publiant Génération MLF - de 1968 à 2008, un livre de 615 pages qui retrace, dans une première partie, les événements qui ont marqué chaque année ainsi que les témoignages de celles qui les ont vécues. Années intenses de réflexion commune, de créativité, de prise de parole audacieuse, de dénonciation active et inventive, de manifestations contre toutes les formes de discrimination envers les femmes. Témoignages d’une cinquantaine de femmes, venues de tous les milieux, de tous les horizons, de divers pays, qui avaient entre 16 et 30 ans en 1968 lorsqu’elles ont créé ou rejoint le MLF. Un mouvement inoubliable qui a profondément transformé leur vie et la société entière.

Dans une deuxième et troisième partie, on trouve en ordre chronologique des photos et des documents d’époque retraçant les multiples activités du mouvement. On suit l’engagement des militantes dans les luttes pour la légalisation de l’avortement, la criminalisation du viol et de la violence conjugale, l’abolition de la toute puissance paternelle, l’égalité professionnelle, la parité et la solidarité agissante avec les femmes persécutées dans plusieurs pays : Iran, Algérie, Birmanie, Russie, Bangladesh et d’autres.

Selon les témoignages, l’histoire du MLF commence dans la foulée de mai 68 par une première réunion en octobre 68, dans un petit studio de la rue Vaugirard prêté par Marguerite Duras, quand Antoinette Fouque, Monique Wittig, Josiane Chanel et une dizaine d’autres femmes décident de créer ce qu’elles nomment "le mouvement de libération des femmes", un mouvement dont la particularité est de refuser la mixité, dans le but de donner la parole aux femmes, de combattre la misogynie, et d’articuler la lutte des femmes avec la lutte des classes.

La longue lutte pour l’avortement libre et gratuit

Dans son témoignage, Marie-Catherine Marchini raconte :

    À partir de ce moment (1968), j’ai participé à ma façon, d’un peu loin mais de tout cœur, au MLF. Avant la naissance de ce mouvement, beaucoup de femmes (j’en ai connu plusieurs) se cachaient pour avorter. Elles le faisaient dans des conditions très douloureuses et très difficiles. C’était l’après-guerre, avec sa rigueur économique : impossibilité de se loger décemment, d’avoir une salle de bain, le confort minimum.
    Grâce à la mobilisation de milliers de femmes, nous avons obtenu justice. Je dis nous, parce que si je travaillais depuis l’âge de 19 ans, c’était la première fois, en 1971, que je descendais dans la rue pour manifester. Nous voulions que l’avortement ne soit plus un délit. Une faiseuse d’anges avait été exécutée pendant la guerre. Nous voulions que l’avortement soit non seulement libre, mais aussi gratuit, c’est-à-dire accessible aux plus modestes d’entre nous. J’ai manifesté avec ma mère dans la rue. Elle, qui est née en 1899, avait plus de 70 ans, et 83 ans pour la dernière manifestation. Je suis descendue dans la rue à Marseille et à Paris, grâce à Antoinette et ses amies. Mais pour moi, le MLF ce n’est pas que l’avortement. Ce sont des visages de femmes, des personnalités fortes qui surgissent partout aux côtés des éternelles ambassadrices de la beauté : mannequins, actrices. Les nouvelles femmes qu’on rencontre dans les magazines féminins sont, depuis le MLF, intelligentes, actives, créatrices, savantes ; partout et souvent en tête des livres, des films, des actions et des exploits sportifs.

L’importance de la non-mixité

Comme plusieurs femmes, Judith C. souligne l’importance de la non-mixité dès le début du MLF :

    La non-mixité, pierre d’achoppement dans les milieux particulièrement machistes de l’extrême gauche (car ayant depuis lors beaucoup voyagé dans la société, je crois, pouvoir affirmer que les intellectuels de gauche détenaient à l’époque la panacée en matière de mépris des femmes), m’est apparue d’emblée comme une évidence et une libération, d’abord à partir de mes sentiments personnels, car j’avais toujours adoré me retrouver dans un milieu exclusivement féminin, et ensuite par raisonnement : il était bien évident que la mixité aurait rétabli les réflexes conditionnés d’une parole monopolisée par les hommes (ce qui est d’ailleurs souvent encore le cas dans les milieux intellectuels). […] Je trouvais là enfin un lieu où m’exprimer, hors de tout dogmatisme et de toute doctrine préétablie. Rien n’était encore organisé ni structuré ; en somme, une grande aventure que nous étions en train de créer ensemble.

Le MLF à l’Université de Vincennes

Christiane Dufrancatel rappelle que les études universitaires sur les femmes ont commencé à Vincennes en 1969 :

    Ces débuts sont occultés parce que les femmes qui se sont fait connaître par leurs productions intellectuelles dans ce domaine à la fin des années 70 appartenaient à d’autres institutions et qu’elles ont fait la même chose que dans l’histoire des mouvements politiques : se poser en pionnières ; il ne s’est rien passé avant, c’est la nouvelle naissance. L’enseignement de Vincennes - Paris 8 supposait évidemment une implication personnelle des femmes qui enseignaient à propos des femmes. C’était l’époque où il y avait un besoin d’histoire, de recherches sur l’histoire des femmes en France, car le Mouvement faisait apparaître que celle-ci avait été complètement négligée.
    […] Au bout d’un moment. les insupportables rivalités entre femmes, dans le Mouvement et dans les milieux universitaires, la compétition pour les postes m’ont complètement découragée. Je ne supporte pas la rivalité entre femmes. Avec des hommes, ça ne me gêne pas : je n’ai pas une mentalité de guerrière, mais je peux cogner si je suis attaquée. Chez les femmes, je trouvais que ça rejoignait les comportements traditionnels. On a vu celles qui voulaient prendre leur place professionnelle à propos des femmes, qui n’avaient pas été au Mouvement, ni au début, ni au milieu, et qui s’y mettaient quand ça commençait à devenir "intéressant".

Les divergences

Dans les années 70, même si les nombreux groupes de l’époque collaborent pour plusieurs manifestations, les divergences se multiplient notamment entre la tendance lutte de classe, les féministes révolutionnaires autour de Christine Delphy et Simone de Beauvoir, le MLF-Psychanalyse et politique. Cette tendance refuse le slogan "les femmes sont des hommes comme les autres" et l’objectif d’égalité avec les hommes. Pour elles, libérer l’identité réelle des femmes, en finir avec la femme patriarcale, est prioritaire d’où les mots "libération" et "femmes" au lieu de "féministes" (considéré comme une idéologie faisant des hommes la mesure de toutes choses) et "révolutionnaires" (avec l’insertion dans les mouvements mixtes de l’époque). En 1979, Antoinette Fouque et son groupe enregistrent le nom "MLF" et son sigle comme association selon la loi de 1901 afin, disent-elles, d’en empêcher la disparition ou la récupération, s’attirant les foudres de la plupart des féministes.

Trente ans plus tard, on ne leur a toujours pas pardonné. En dépit de ce choix contestable, on ne peut nier le rôle majeur qu’ont joué dans notre histoire les éditions et les librairies Des femmes, ni les groupes de conscience et d’action nés dans leur sillage, tant à Paris qu’en régions, ni les luttes menées par Antoinette Fouque sur tous les fronts et jusqu’au parlement européen où elle a siégé. Aujourd’hui, plus de 600 titres, 150 livres-audio lus par leurs auteures ou par des artistes et une nouvelle collection de DVD témoignent de la créativité des femmes.

Génération MLF nous rappelle d’où nous venons et constitue une inspiration pour toutes les luttes qu’il nous reste à mener afin d’en finir avec toutes les formes de misogynie, de discrimination, d’exploitation, d’oppression et de violence. Un ouvrage de référence indispensable sur ces années de grandes turbulences, d’engagement, de mobilisation et de remise en question politique et intellectuelle où les femmes ont su faire entendre leur voix.

Génération MLF – 1968-2008, Paris, Des femmes, 2008.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 23 novembre 2008.

  • Des lectrices en colère, l’Alliance des Femmes pour la Démocratie.
  • "Generation MLF 1968-2008", par Marina Geat, il Giornale Europeo, février 2009 (trad. française).

                            Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer         Nous suivre sur Twitter       Nous suivre sur Facebook

  • Élaine Audet

    Élaine Audet a publié, au Québec et en Europe, des recueils de poésie et des essais, et elle a collaboré à plusieurs ouvrages collectifs. Depuis 2002, elle est l’une des deux éditrices de Sisyphe.
    Ses plus récentes publications sont :
    - Prostitution - perspectives féministes, (éditions Sisyphe, 2005).
    - La plénitude et la limite, poésie, (éditions Sisyphe, 2006).
    - Prostitution, Feminist Perspectives, (éditions Sisyphe, 2009).
    - Sel et sang de la mémoire, Polytechnique, 6 décembre 1989, poésie, (éditions Sisyphe, 2009).
    - L’épreuve du coeur, poésie, (éditions Sisyphe, 2014).

    On peut lire ce qu’en pensent les critiques et se procurer les livres d’Élaine Audet ICI.



       Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © Sisyphe 2002-2013
    Sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2011 | |Retour à la page d'accueil |Admin