| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






lundi 6 juin 2005

Dis-moi, « le genre », ça veut dire quoi ?

par Marie-Victoire Louis, chercheuse au CNRS






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Lorraine Pagé trace un tableau de la situation des femmes dans le monde
Sexisme politique, sexe social
Révolution féministe : site féministe universaliste et laïc
Il faut abolir les prisons pour femmes
Le féminisme islamique est-il un pseudo-féminisme ?
Pour un féminisme pluriel
Cachez-moi ce vilain féminisme
Féminisme - Le Groupe des treize veut rencontrer la ministre à la Condition féminine Lise Thériault
Combattre le patriarcat pour la dignité des femmes et le salut du monde
Martine Desjardins parle du Sommet des femmes à Montréal
Banaliser la misogynie, c’est dangereux
Féminisme - Faut-il faire le jeu du "Diviser pour régner" ?
Je suis blanche et vous me le reprochez !
La pensée binaire du féminisme intersectionnel ne peut que mener à l’incohérence
Lutter contre la pauvreté des femmes et la violence des hommes envers elles
"Du pain et des roses" - Le 26 mai 1995, une grande aventure débutait
Portrait des Québécoises en 2015 - L’égalité ? Mon œil !
Je plaide pour un féminisme qui n’essaie pas de s’édulcorer
La Maison de Marthe, première récipiendaire du Prix PDF Québec
Ensemble, réussir la 4ième Marche Mondiale des Femmes ! Tant que toutes les femmes ne seront pas libres, nous resterons en marche !
Des "Déchaînées" aux genoux du patriarcat !
L’intervention féministe intersectionnelle – Troquer un idéal pour une idéologie trompeuse ?
Ce que révèle l’alliance de certains musulmans avec la droite réactionnaire
Au cœur de la division du mouvement féministe québécois : deux visions
Désaccord sur le virage de la Fédération des femmes du Québec
Féminisme islamique - Quand la confusion politique ne profite pas au féminisme
États généraux du féminisme - Des sujets importants écartés : "De qui ou de quoi avons-nous peur ?"
PDF Québec est lancé ! - Une voix pour les droits des femmes
États généraux et FFQ - Un féminisme accusateur source de dissension
Ignorer et défendre la domination masculine : le piège de l’intersectionnalité
Comment les hommes peuvent appuyer le féminisme
Le féminisme contemporain dans la culture porno : ni le playboy de papa, ni le féminisme de maman
Refuser d’être un homme. Pour en finir avec la virilité
Les micro-identités et le "libre choix" érigé en système menacent les luttes féministes
La misogynie n’a pas sa place dans le féminisme
L’écriture équitable - La féminisation des textes est un acte politique
Réfutation de mensonges au sujet d’Andrea Dworkin
Une éducation féministe donne de meilleurs fils
"Rien n’a encore pu me détruire" : entretien avec Catharine A. MacKinnon
France - La mainmise des hommes sur le monde de la radio
États généraux sur le féminisme au Québec/FFQ - Des exclusions fondées sur des motifs idéologiques et des faussetés
Le mouvement des « droits des hommes », la CAFE et l’Université de Toronto
Mensonges patriarcaux - Le mouvement des « droits des hommes » et sa misogynie sur nos campus
Féministes, gare à la dépolitisation ! Les féminismes individualiste et postmoderne
"Les femmes de droite", une oeuvre magistrale d’Andrea Dworkin
"Je suis libre", une incantation magique censée nous libérer des structures oppressives
Trans, queers et libéraux font annuler une conférence féministe radicale à Londres
« Le féminisme ou la mort »
"Des paradis vraiment bizarres" - "Reflets dans un œil d’homme ", un essai de Nancy Huston
Quand les stéréotypes contrôlent nos sens
"Agentivité sexuelle" et appropriation des stratégies sexistes
Cessons de dire que les jeunes femmes ne s’identifient pas au féminisme !
Un grand moment de féminisme en milieu universitaire
Beauté fatale. Les nouveaux visages d’une aliénation féminine
Résistance au sexe en contexte hétérosexuel
La CHI - Un humour dégradant et complice de l’injustice sociale
"Heartbreak", une autobiographie d’Andrea Dworkin
Hockey, suicide et construction sociale de la masculinité
Polémique sur l’enseignement du genre dans les manuels scolaires en France
Le "Gender" à l’américaine - Un verbiage qui noie la réalité du pouvoir patriarcal
2011-2015 - Un plan d’action pour un Québec égalitaire
NousFemmes.org
L’égalité inachevée
Journée internationale des femmes 2011 - Briser le silence sur toutes les formes de sexisme
En France et ailleurs, 2010, une mauvaise année pour les femmes
Ce qu’est le féminisme radical
Polygamie - Le Comité de réflexion sur la situation des femmes immigrées et “racisées” appuie l’avis du CSF
Il y a trois ans, mon cher Léo...
La Fédération des femmes du Québec représente-t-elle toutes les femmes ?
Tout est rentable dans le corps des femmes... pour ceux qui l’exploitent
Incessante tyrannie
Comment le patriarcat et le capitalisme renforcent-ils conjointement l’oppression des femmes ?
Égalité ou différence ? Le féminisme face à ses divisions
Le "gender gap" dans les Technologies de l’information et de la communication
La Marche mondiale des femmes dix ans plus tard
Azilda Marchand : une Québécoise qui fut de tous les combats pour les femmes !
Les hommes proféministes : compagnons de route ou faux amis ?
Prostitution et voile intégral – Sisyphe censuré par le réseau féministe NetFemmes
Regard sur l’égalité entre les femmes et les hommes : où en sommes-nous au Québec ?
Féminisme en ménopause ?
Ce n’est pas la France des NOBELS !
Écarter d’excellentes candidates en médecine ? Inadmissible !
Trois mousquetaires au féminin : Susan B. Anthony, Elizabeth Cady Stanton et Matilda Joslyn Gage
La question des privilèges - Le réalisateur Patric Jean répond à des critiques
Lettre à Patric Jean, réalisateur de "La domination masculine", et à bien d’autres...
Une grande féministe, Laurette Chrétien-Sloan, décédée en décembre 2009
Le travail, tant qu’il nous plaira !
Comme une odeur de misogynie
La patineuse
Invasion du sexisme dans un lycée public
Magazines, anorgasmie et autres dysfonctions
"Toutes et tous ensemble pour les droits des femmes !"
Cent ans d’antiféminisme
MLF : "Antoinette Fouque a un petit côté sectaire"
Des femmes : Une histoire du MLF de 1968 à 2008
Qui est déconnectée ? Réponse à Nathalie Collard
Manifeste du rassemblement pancanadien des jeunes féministes
Pour une Charte des droits des femmes
Andy Srougi perd sa poursuite en diffamation
La lesbienne dans Le Deuxième Sexe
Le livre noir de la condition des femmes
La percée de la mouvance masculiniste en Occident
Procès du féminisme
Humanisme, pédocriminalité et résistance masculiniste
Une critique des pages sur le viol du livre "Le Plaisir de tuer"
Mise au point sur la suspension d’un article critiquant le livre du Dr Michel Dubec
Pour éviter de se noyer dans la (troisième) vague : réflexions sur l’histoire et l’actualité du féminisme radical
L’égalité des femmes au Québec, loin de la coupe aux lèvres !
Je suis féministe !
Écoféminisme et économie
Poursuite contre Barbara Legault et la revue "À Bâbord !" - Mise à jour
Biographie de Léo Thiers-Vidal
Vivement le temps de prendre son temps !
Séances d’information pour le projet d’une Politique d’égalité à la Ville de Montréal
Florence Montreynaud fait oeuvre d’amour et de mémoire
Magazines pour filles, changement de ton !
Un 30e anniversaire de la JIF sous la fronde conservatrice
L’égalité des femmes au Québec est-elle plus qu’une façade ?
Colloque sur Antigone
Prostitution et trafic sexuel - Dossier principal sur Sisyphe.org
Golf : "Gentlemen only, ladies forbidden" ?
Méchant ressac ou KIA raison ?
Dégénération de "Mes aïeux", un engouement questionnant
Les « Gender Studies », un gruyère confortable pour les universitaires
Réflexions "scientifiques" du haut du Mont Grey Lock
Madame, s’il vous plaît !
Annie Leclerc, philosophe
Des arguments de poids...
Pour hommes seulement
Andrea Dworkin ne croit pas que tout rapport sexuel hétéro est un viol
Peau d’Âme ou Beautés désespérées ?
Réflexions et questionnement d’une féministe en mutation
Mais pourquoi est-elle si méchante ?
Le concours « Les Jeudis Seins » s’inscrit dans le phénomène de l’hypersexualisation sociale
Aux femmes qui demandent - sans plus y croire - justice. Qu’elles vivent !
Jeux olympiques 2006 : félicitations, les filles !
7e Grève mondiale des femmes - Le Venezuela donne l’exemple
Évolution des droits des Québécoises et parcours d’une militante
2005, l’année de l’homme au Québec
Mes "problèmes de sexe" chez le garagiste !
Brèves considérations autour des représentations contemporaines du corps
OUI à la décriminalisation des personnes prostituées, NON à la décriminalisation de la prostitution
"Femmes, le pouvoir impossible", un livre de Marie-Joseph Bertini
L’AFEAS veut la représentation égalitaire à l’Assemblée nationale du Québec
Elles sont jeunes... eux pas
Quand donc les hommes ont-ils renoncé à la parole ?
Déconstruction du discours masculiniste sur la violence
Les hommes vont mal. Ah bon ?
La face visible d’un nouveau patriarcat
Quelle alternative au patriarcat ?
Le projet de loi du gouvernement Raffarin "relatif à la lutte contre les propos discriminatoires à caractère sexiste et homophobe" est indéfendable
L’influence des groupes de pères séparés sur le droit de la famille en Australie
Victoires incomplètes, avenir incertain : les enjeux du féminisme québécois
Retrouver l’élan du féminisme
Le droit d’éliminer les filles dans l’oeuf ?
Le système patriarcal à la base des inégalités entre les sexes
Des nouvelles des masculinistes
Masculinisme et système de justice : du pleurnichage à l’intimidation
Nouvelle donne féministe : de la résistance à la conquête
Les masculinistes : s’ouvrir à leurs réalités et répondre à leurs besoins
Nouvelles Questions féministes : "À contresens de l’égalité"
S’assumer pour surmonter sa propre violence
Sisyphe, que de rochers il faudra encore rouler !
Coupables...et fières de l’être !
Un rapport de Condition féminine Canada démasque un discours qui nie les inégalités de genre
De la masculinité à l’anti-masculinisme : penser les rapports sociaux de sexe à partir d’une position sociale oppressive
Les courants de pensée féministe
Quelques commentaires sur la domination patriarcale
Chroniques plurielles des luttes féministes au Québec
Qu’il est difficile de partir !
Deux cents participantes au premier rassemblement québécois des jeunes féministes
Le féminisme : comprendre, agir, changer
Le féminisme, une fausse route ? Une lutte secondaire ?
À l’ombre du Vaaag : retour sur le Point G
L’identité masculine ne se construit pas contre l’autre
Les hommes et le féminisme : intégrer la pensée féministe
La misère au masculin
Le Nobel de la paix 2003 à la juriste iranienne Shirin Ebadi
Hommes en désarroi et déroutes de la raison
Le « complot » féministe
Christine de Pisan au coeur d’une querelle antiféministe avant la lettre
Masculinisme et suicide chez les hommes
Le féminisme, chèvre émissaire !
L’autonomie de la FFQ, véritable enjeu de l’élection à la présidence
Les défis du féminisme d’aujourd’hui
Les arguments du discours masculiniste
Nouvelle présidente à la FFQ : changement de cap ?
La stratégie masculiniste, une offensive contre le féminisme
Le discours masculiniste dans les forums de discussion







J’ai alors cherché à voir comment ce mot était actuellement employé, essentiellement dans le domaine des recherches en sciences sociales, mais aussi dans le domaine politique, les deux n’étant pas - en l’occurrence - dissociables.

Et voici ce que j’ai - notamment - lu :

I. J’ai lu que pour certain-es le genre était un concept (1) ; pour d’autres, un appareillage, une approche, une base, un catalyseur, une composante, une catégorie d’analyse, une condition, une dimension, un domaine, un enjeu, une épistémologie, une idéologie, un langage, un mécanisme, une notion, un outil analytique, un paradigme, une perspective, une problématique, une question, un révélateur, un rôle, un système, une thématique, une variable, un vecteur de valeur…

II. J’ai lu que l’on distinguait les études/recherches genre, de genre et sur le genre ; que l’on parlait de genre ou du genre ; que le mot était au singulier et/ou au pluriel.

J’ai lu aussi qu’il y avait des études/recherches sur les rapports de sexe et de genre, sur les rapports sociaux de genre, sur les gender studies et les gender studies à la française…

III. J’ai lu qu’il y avait des recherches :

- Concernant le genre du monde, le genre de la nation, le genre de la politique, le genre des lettres, le genre en Mauritanie, le genre aux Etats-Unis, le genre des politiques publiques, le genre de l’emploi de proximité, le genre des politiques du temps de travail, le genre du capital social, le genre des territoires, le travail du genre

- Mais aussi sur : genre et action politique, genre et bioéthique, genre et citoyenneté, genre et commerce, genre et création, genre et culture, genre et droit de la famille, genre et eau, genre et économie, genre et égalité, genre et emploi, genre et empowerment, genre et espaces publics, genre et fait religieux, genre et familles, genre et grammaire, genre et justice sociale, genre et marché du travail, genre et militantisme, genre et mode d’entrée dans l’action collective, genre et mondialisation, genre et mort de la culture chrétienne, genre et multiculturalisme, genre et mutations, genre et pauvreté, genre et politique, genre et pouvoir, genre et publicité, genre et rapports sociaux, genre et rapports sociaux de sexe, genre et société, genre et relations internationales, genre et retraite, genre et sexisme, genre et temps de travail, genre et trafic d’êtres humains, genre et transition, genre et transport rural, genre et ville, genre et violences…

- Et, enfin sur des articulations plus complexes telles que : Emploi, genre et migration ; genre, socialités et santé ; savoir, genre et rapports sociaux de sexe ; société, famille et genre ; femmes, genre et sociétés ; genre, violences et santé ; travail, genre et société ; changement social, genre et population ; démographie, genre et société ; genres, art et création ; genre, action humanitaire et développement ; culture, religion et genre ; genre, violences sexuelles et justice ; immigration, féminisme et genre ; violences, insécurité et genre ; genres, violences et crises…

- J’ai lu que de nombreuses recherches traitaient du genre social et genre sexuel, beaucoup moins de classes et genre, et, plus récemment, que la question des rapports entre race et genre était posée : on traite ainsi de race, genre et sexe ; race, genre et classes ; races, castes et genre

IV. J’ai lu qu’il fallait penser le genre ; accepter les prémisses d’une influence de l’appartenance du genre sur la vision du monde ; que le genre devait être analysé, compris, exploré, exploité, intégré, théorisé ; qu’il fallait chausser les lunettes du genre ; avoir une attention spécifique au genre ; promouvoir les questions relatives au genre ; transmettre les études genre

J’ai lu que le genre oblige à repenser les catégories et schémas d’analyse ; que les rapports de genre traversent tous les domaines ; que les problématiques de genre se succèdent, se chevauchent, se croisent et s’affrontent ; que le genre avait des vertus heuristiques ; que les représentations de genre participent à la création des réalités sociales et économiques ; que le droit de penser le genre s’était affirmé ; que nul-le n’est censé-e ignorer le genre

V. J’ai lu que l’on se posait de nombreuses questions sur le genre : La recherche peut-elle faire l’économie du genre ? Comment corréler le sexe au genre ? Quel genre pour l’égalité ? Le genre a t-il un impact sur les politiques ? Quels sont les effets du genre ? Quels recoupements peut-on faire entre le sexe et le genre ? Quel avenir pour le genre ? Faut-il parler d’identité de sexe, d’identité sexuée ou d’identité de genre ? Peut - on penser la science sans conscience de genre ? genre ou sexe, à qui ça profite ? …

VI. J’ai lu qu’il y avait des activités, des banques de données, des bibliographies, des bureaux, des catalogues, une charte internationale, des éditions, des expert-es, des formations, des formateurs/trices, des fonds, des forums internationaux, des indicateurs, des initiatives, des ingénieur-es du concept, des instituts, des pôles, un portail, des programmes, des réseaux, des revues, des sites internet, des statistiques, des unités… genre, en genre, de genre, du genre, sur le genre, au singulier ou au pluriel…

J’ai lu que le genre a permis de quitter le ghetto des études sur les femmes…

VI. J’ai lu que l’histoire était saisie par le genre ; que toute mutation historique s’accompagne d’un ajustement du genre ; que le genre propose une relecture sexuée des évènements et phénomènes historiques ; que l’histoire des femmes a conduit à l’histoire des genres ; que l’histoire des genres s’est substituée à l’histoire des femmes…

J’ai lu qu’il en était peu ou prou de même en sociologie, en philosophie, en anthropologie, en grammaire, en analyse littéraire, en économie, en arts visuels…

J’ai lu que le droit devait introduire le genre dans sa structuration ; qu’inclure l’identité de genre dans les textes juridiques était un devoir incontournable ; que le genre était lié aux inégalités en matière de droits ; que les lois étaient aveugles au genre ; qu’il y a une justice de genre ; qu’il y avait une équité de genre ; qu’il fallait définir l’égalité des genres ; qu’il y avait des recherches sur la science du droit et des politiques du genre ; que la question du genre et de l’état de droit était posée…

VII. J’ai lu qu’il y avait des appartenances de genre, des conflits de genre, des consciences de genre, des discriminations de genre, une hiérarchie de genre, des inégalités de genre, des pratiques de genre, des privilèges de genre, des rapports de genre, des représentations de genre, des rôles de genre, des sentiments d’appartenance au genre

J’ai lu qu’il y avait des identités de genre ; que l’identité de genre est à la source de l’identité de soi ; que l’identité de genre est qui permet à l’enfant de se dire garçon ou fille ; que l’identité de genre, c’est se savoir appartenir à un sexe précis ; que l’identité de genre, c’est se savoir mâle ou femelle ; que la discrimination liée à l’identité de genre s’intitule la transphobie…

VIII. J’ai lu que les femmes sont un genre parce qu’elles ont un sexe ; que le genre implique qu’il n’y a pas de sexe que féminin ; que les femmes précèdent le genre et le genre précède les femmes ; que le genre invite à réfléchir sur les différences entre les femmes…

J’ai lu que le genre permet de comprendre comment les sociétés différencient les hommes et les femmes…

J’ai lu que l’on parlait de sexe et/ou de genre ; de système sexe/genre ; des femmes, du sexe et du genre ; de : ’femmes, sexes ou genre’ ; de différences de sexe et du genre

J’ai lu qu’il fallait distinguer entre sexe et genre ; que le genre coïncide avec le sexe ; que le genre produit le sexe ; que le genre colle au sexe avant même que le sexe n’existe réellement ; que le sexe des individus s’est transformé en genre ; qu’il y avait des effets pervers à la distinction entre sexe et genre ; que le sexe n’exprime pas le genre mais aussi que le genre n’exprime pas le sexe ; que le genre dénaturalise la différence des sexes ; qu’il faut dénaturaliser le lien entre sexe et genre ; que le genre construit le sexe biologique ; que le genre n’est pas la conséquence du sexe biologique…

J’ai lu que les genres concernent les sexes et, de ce fait, la sexualité ; qu’il y a un lien dialectique entre genre et sexualité ; qu’il y a des sexualités de genre ; que la sexualité était évincée dans les études de genre

J’ai lu qu’il y avait des rapports de genre et des rapports de couple dans la vie sexuelle…

IX. J’ai lu que le genre est le sexe social ; que le genre est la construction sociale des sexes ; que le genre est le savoir sur la différence sexuelle ; que le genre est la construction sociale d’une identité sexuelle à partir du sexe biologique ; que le genre est le système qui organise la différence hiérarchisée entre les sexes ; que le genre est l’élément constitutif des rapports sociaux fondé sur des différences perçues entre les sexes…

J’ai lu que le genre a permis de sortir d’une vision jusqu’alors tronquée des réalités sociales ; que le genre est indissociable de la classe sociale ; qu’il y avait des intérêts de classe et de genre ; que l’on a introduit les femmes - et le genre - dans le social…

X. J’ai lu que le genre est la différence des sexes construite socialement et culturellement ; que le genre est le caractère culturel des relations entre les sexes…

XI. J’ai lu que le genre est une façon première de signifier les rapports de pouvoirs ; que le genre est au croisement d’autres rapports de pouvoirs…

XII. J’ai lu que les politiques doivent être fondées sur le genre ; qu’il fallait intégrer la notion de genre dans les programmes, les projets sur le terrain et les structures internes des organisations…

XIII. J’ai lu que le mot genre était polymorphe ; que l’on s’interroge sur la validité du mot genre ; que les études genre sont traversées de débats, de controverses et de polémiques ; qu’il y a des conceptions distinctes de la notion de genre ; que cohabitent diverses explications du genre comme concept explicatif, central ou incident ; que le genre ne peut se comprendre que dans la diversité de ses usages ; que le sens du mot genre n’est pas encore fixé et que des désaccords persistent ; que le genre avait subi de profondes transformations dans sa conception…

J’ai lu que l’on critique les barrières de genre, la binarité du genre, la bicatégorisation du genre, l’abstraction du genre, la dépolitisation induite par l’emploi du mot genre, l’euphémisation du genre, l’essentialisme du genre, l’inflation du mot genre et son usage routinier, l’institutionnalisation des études sur le genre, la théâtralisation du genre, la manipulation du genre, la normativité du genre, le terrorisme de genre ; que le mot genre était trop académique, aseptisé, poli ; que le genre était une fiction…

J’ai lu que l’on reproche au genre de se glisser dans l’opposition nature/culture et de mélanger débat philosophique et débat politique, notamment entre égalité et différence…

XIV. J’ai lu que le mot genre cohabite encore avec :
- le mot ’femme’ : études sur les femmes, études sur le genre ; femmes, genre et sociétés ; histoire des femmes et du genre
- le mot ’féminisme’ : études féministes, genre et sexualités, études et recherches féministes sur le genre ; le genre du féminisme ; genre et féminisme…

J’ai lu que la perspective féministe a eu pour effet un renforcement social de l’identité de genre

XV. J’ai lu qu’il y a toujours un genre humain ; qu’il y a toujours eu deux genres humains : celui de l’homme et celui de la femme ; que le genre pouvait concerner les hommes et les femmes, les hommes ou les femmes, le masculin ou le féminin ; que le genre, masculin ou féminin est l’ensemble des attributs qu’une société attache aux individus selon qu’ils soient hommes ou femmes à la naissance ; que le genre est le processus de définition du masculin et du féminin dans une société donnée...

J’ai lu qu’il y avait un nouveau genre masculin/féminin...

J’ai lu que les femmes sont devenues un genre humain distinct…

J’ai lu que le genre masculin n’est pas neutre ; que l’homme était le genre dominant, mais que certains s’interrogeaient sur le fait de savoir s’il était un genre en péril ou un genre à éliminer, et même sur le fait de savoir s’ils appartenaient au genre humain…

J’ai lu qu’il y avait des couples du même genre

J’ai lu que la question de l’articulation entre la virilité, la féminité et le genre était mal connue…

XVI. J’ai lu qu’il y avait des rapports genrés, des analyses genrées, des pouvoirs genrés, un mainstreaming genré, des rapports genrés de sexe…

XVII. J’ai lu que la construction du genre a permis l’invention de l’hétérosexualité…

J’ai lu que l’orientation sexuelle relève du genre - mais aussi - : n’a rien à voir avec le genre ; que le sexe, le genre et l’orientation sexuelle sont liés ; qu’il y a des questions, des inégalités, des discriminations relatives à - ou en raison de, ou fondées sur - l’orientation sexuelle et/ou l’identité de genre ; que le genre signifiait les rapports conflictuels entre personnes d’orientation sexuelle différente ; que l’orientation sexuelle signifiait le choix du genre des partenaires érotiques ; que des lesbiennes, des gais, des bi, des trans s’interrogent sur leur orientation sexuelle ou leur identité de genres ; que personne ne doit être tué en raison de son orientation sexuelle ou de son identité de genre

J’ai lu que, dans une bibliothèque, sous l’intitulé : Service des Droits de l’homme, il y avait un fonds ’sexe, genre et orientation sexuelle’.

J’ai lu que les lesbiennes sont doublement discriminées par leur sexualité et par leur genre ; qu’elles restent fortement tributaires du système de genre ; que certaines lesbiennes sont hostiles au genre masculin ; qu’il y avait une catégorie de genre lesbien, mais aussi des genres lesbiens et gais…

J’ai lu qu’il était exigé un traitement égalitaire des discriminations fondées sur le sexe, l’orientation sexuelle et l’identité de genre et que celui-ci devait être aligné sur celui combattant les discriminations racistes et antisémites…

XVIII. J’ai lu qu’il y avait des femmes trans-genre, des hommes trans-genre, des personnes trans-genres, des personnes transsexuelles et transgenres, une communauté transgenre ; qu’il y a une oppression des transgenres, une libération des transgenres ; un transgenrisme ; que les transgenres sont des personnes vivant - avec ou sans opération - un genre différent de celui assigné par la société au regard de leur sexe biologique ; que les trans (2) ne sont pas caractérisables par l’orientation sexuelle, que les discriminations dont ils/elles font l’objet étant fondées sur leur identité de genre

XIX. J’ai lu que la pensée queer permettait de poser la question de la place relative du genre à partir de l’orientation sexuelle ; que la théorie queer relativise la sexualité et le genre ; que les queer étaient la politique d’un nouveau genre ; que la théorie queer est attirée par le transgenre ; que la théorie queer est une possibilité de penser le sexe et le genre vitale pour toutes les personnes en questionnement sur leur identité ou confrontés à la répression hétéro normative…

XX. J’ai lu que la liberté d’expression de l’identité de genre devrait inclure le droit à l’ambiguïté de genre et à la contradiction de genre ; qu’il y avait des variations intragenre

XXI. J’ai lu qu’il fallait rejeter le genre, faire et défaire le genre, déconstruire le genre ; qu’il y avait des contre-discours sur le genre, des troubles dans le genre ; que l’on réfléchissait sur l’inversion du genre ; que la question de la déconstruction de toute catégorie (ni ’sexe’, ni ’genre’) était posée…

XXII. Enfin, j’ai cru, ici, utile de relever l’emploi - disons ’ordinaire’(3) - de ce terme dans la presse récente : ce genre de propos, un genre louche, un mauvais genre, mon genre préféré, une carrière d’un nouveau genre, des insultes de tous genres, ce genre de lectures, le genre ’gars’ et le genre ’fille’, être unique en son genre, une photo de ce genre, une photo de genre

***

Je ne pense pas nécessaire de prolonger plus avant ce - partiel - recensement.

Si j’ai voulu procéder à ce petit travail, c’est parce que, depuis des années, je ressens un grand malaise concernant l’emploi de ce mot.

Aujourd’hui, j’éprouve donc le besoin de dire ce que je sentais, ce que je savais depuis longtemps sans m’être plus avant investie dans la déconstruction et donc dans la critique de ce terme - et ce que beaucoup pensent sans oser le dire, tant ce mot a envahi les institutions, les politiques et les recherches depuis des années - à savoir que ce mot en lui-même ne veut [plus ?] rien dire…

Mon malaise est devenu confirmation : les tentatives de faire du « genre » un concept ont échoué. Le genre n’est pas un concept, ce terme étant pris dans la signification - minimale - d’une « élaboration intelligible et opératoire dans un champ théorique défini ».

Mais plus profondément et sans pour autant qu’il soit nécessaire de partager mon analyse critique - c’est-à-dire au seul constat de l’extrême confusion que l’emploi de ce terme a permis, justifié et entretenu - il me semble qu’il est grand temps de s’interroger sur :

* Les raisons politiques de la disparition d’autres problématiques, concepts, mots [’femmes’, ’féminisme’ et ’patriarcat’ étant sans doute les plus signifiants] auxquels il s’est progressivement mais rapidement et si efficacement substitué…

* Le rôle, la fonction politique qu’a joué son introduction dans le domaine de la pensée, dans le domaine politique…

Comment ne pas voir - sans être ni épistémologue, ni même féministe - ce qui se joue dans le passage de l’analyse fondée sur la substitution du mot genre à une analyse fondée sur la reconnaissance que les violences masculines à l’encontre des femmes sont indissociables de la prise en compte de leur codification politique et juridique patriarcale ?

Comment ne pas voir que parler de genre et violences à l’encontre des femmes, femmes victimes de violences de genre, violence domestique et de genre, violences liées aux discriminations de genre, genre et violences faites aux femmes, violences de genre, violences liées au genre, violences basées sur le genre, violence de genre, le genre des violences… évacue la question du sexe des auteurs de ces violences ?

Qu’il en est de même des analyses évoquant la dévalorisation par les violences du genre féminin ; considérant que les violences envers les femmes sont une question centrale des études de genre ; affirmant la nécessité de penser la violence à partir des femmes et du genre ; déclarant que la violence fondée sur le genre est synonyme de violence exercée contre une - ou des - femme-s …

En conclusion, pour répondre à ceux et à celles qui répondent à cette critique - qui n’est pas neuve et dont je n’ai pas, tant s’en faut, le monopole - qu’en utilisant ce terme, ils/elles n’ont pas pour autant abandonné la prise en compte dans leurs analyses, du patriarcat, de la domination masculine, des rapports de domination entre les sexes, de [la critique de] l’égalité entre les hommes et les femmes… - ce qui est incontestable - je dis que la question ne me paraît pas devoir être posée en ces termes.

Je considère que la question théorique, politique, centrale est que l’emploi de ce terme permet de produire des analyses qui font abstraction des rapports de domination patriarcaux. Plus encore, dès lors que l’on reconnaît - ce qui est difficilement niable - que tous les rapports de domination ont été construits sur l’évidence de la domination patriarcale, alors l’emploi du mot genre permet non seulement de faire abstraction des dits rapports, mais aussi de tous les autres.

En conséquence, dès lors que ce mot est légitimé - et ce quel qu’en soit l’articulation avec d’autres outils d’analyse - l’analyse du monde peut ainsi être conceptuellement libérée de toute prise en compte non seulement du système patriarcal mais, en sus, de tous les systèmes de dominations fondés et structurés par lui.

Le mot genre peut donc être employé - et il l’est, incontestablement - pour justifier, légitimer l’absence de tout rapport de domination, de tout système de domination, de toute pensée de la domination, de toute domination. Et donc de tout pouvoir. (4)

Notes

1. Position que j’ai, moi aussi, un temps, affirmée : […] « Quant au concept de « genre », c’est à dire l’ensemble des règles selon lesquelles les sociétés transforment les conditions biologiques de la différence en normes sociales, très prégnant aux Etats-Unis, il commence à pénétrer en France […] ». Marie-Victoire Louis, Recherches sur les femmes, recherches féministes. [….] In : L’Etat des Sciences sociales en France. Sous la direction de Marc Guillaume. Éditions La Découverte. 1986. p. 460.
2. Concernant les personnes qui ont, à la naissance, un sexe physiologique ambigu ; dont l’identité, le vécu, le ressenti ne coïncide pas avec les rôles, les fonctions historiquement attribuées aux hommes et aux femmes ; qui veulent changer de sexe physiologique en recourant à la chirurgie…les questions de leur malaise, leur ambivalence, de leur mal être, de leurs revendications sont posées et doivent trouver des solutions. Mais ce qui n’est pas acceptable - et, bien entendu, erroné - c’est que ces personnes - dans certains textes, seules, significativement, identifiées au genre - deviennent le pivot théorique sur le fondement duquel tous les rapports sexuels - et donc tous les rapports politiques - soient repensés et refondés.
3. Voici les définitions qu’en donnent Le Littré : genre : 1° ) caractère commun à diverses espèces ; ce qui comprend plusieurs espèces. Sous le genre être vivant, il y a deux espèces comprises, l’animal et le végétal * genre supérieur, celui qui a plus d’extension qu’un autre. Animal est un genre supérieur à vertébré. genre suprême, celui qui ne peut plus devenir espèce relativement à un genre supérieur. Etres vivants est le genre supérieur par rapport à animal et à végétal. 2°) Terme d’histoire naturelle[ …] 3°) Par extension, genre prend, dans le langage, ordinaire, le sens d’espèce, de famille, d’ordre, de classe. Il y a divers genre d’animaux, de plantes. * Le genre humain, l’ensemble des hommes considérés collectivement. […] 4°) Sorte, manière. [ …] 5°) Mode. Goût. […] 6°) Terme de littérature et de beaux arts. […] 7°) Espèce de composition littéraire ; partie, subdivision dans les beaux arts […] 8°) genres rythmiques [ …] 9°) Terme de grammaire. Propriété qu’ont les noms de représenter les sexes, et, dans certaines langues, l’absence de sexe. Le genre masculin, le genre féminin, le genre neutre, celui qui n’appartient ni au mâle ni à la femelle. […] * genre commun, se dit quelque fois du genre des mots qui ont une même terminaison pour le masculin et le féminin [ …] * Adjectif des deux genres, qui n’a qu’une seule terminaison pour le masculin et le féminin. * Figuré. On ne sait de quel genre il est, s’il est mâle ou femelle, se dit d’un homme très caché, dont on ne connaît pas les sentiments. 10°) Dans le langage ordinaire, le genre nerveux, l’ensemble des nerfs, la sensibilité physique. […]
4. Une précision : Que le terme de « féminisme » - qui, lui, est cependant porteur d’une logique de lutte - soit lui-même porteur de nombreuses ambiguïtés, qu’il ait même pu être investi, approprié par les plus farouches anti-féministes - et même par ceux et celles qui défendent le bien fondé du système proxénète - ne saurait bien sûr être un argument qui puisse légitimement invalider le bien fondé de la critique de celui « genre ». Mais, bien plutôt, une invitation à rigoureusement re-définir tous les termes employés par les féministes et/ou par ceux et celles qui écrivent dans le domaine de, au sujet de, concernant les multiples relations institutionnelles, politiques, personnelles entre les hommes et les femmes.

- On peut télécharger ce texte en format word sur le site de l’auteure.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 23 mai 2005.

English version here, Translated by Sheila Malovany-Chevallier, October 23, 2005


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Marie-Victoire Louis, chercheuse au CNRS
http://www.marievictoirelouis.net/

Sociologue et chercheuse féministe, Marie-Victoire Louis est chargée de recherche au CNRS, Centre d’analyse et d’intervention sociologiques
et Fondatrice de l’Association AVFT, l’Association Européenne contre les Violences faites aux Femmes au travail. Site de Marie-Victoire Louis.



Plan-Liens Forum

  • > Dis-moi, « le genre », ça veut dire quoi ?
    (1/2) 14 mars 2008 , par Michèle DAYRAS

  • > Dis-moi, « le genre », ça veut dire quoi ?
    (2/2) 3 juin 2005 , par soi

    rép: MO




  • > Dis-moi, « le genre », ça veut dire quoi ?
    14 mars 2008 , par Michèle DAYRAS   [retour au début des forums]
    http://www.sos-sexisme.org

    Quand le mot "genre" évite de parler de SEXISME !!!

    Merci à Marie-Victoire d’avoir si bien analysé ce que je ressens depuis plusieurs années...

    Cette dérive linguistique "genrée" venue des Etats-unis, permet d’éliminer le ’SEXISME’ et de diluer l’oppression des femmes par les hommes, dans une phraséologie nébuleuse, incompréhensible par le commun des mortel-le-s, et surtout beaucoup moins traumatisante pour les bourreaux dont elle occulte la véritable responsabilité dans l’avènement et le maintien du système patriarcal !

    Michèle Dayras

    > Dis-moi, « le genre », ça veut dire quoi ?
    3 juin 2005 , par soi   [retour au début des forums]

    Bravo !
    Oui, J’ai constaté aussi le mouvement s’"autoregénérant" du "camouflage" rhétorique des termes qui mettent clairement et directement en accusation les systèmes qui doivent l’être, notamment le système patriarcal !

    A l’oral, j’ajoute fréquemment :"le patriarcat, oui ! le mot existe et je n’ai pas peur de l’utiliser, un chat est un chat !"

    Bien à vous.


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2005
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin