| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






lundi 5 mai 2008

Le livre noir de la condition des femmes

par Christine Ockrent






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


#8mars - Les "étincelles" de Sophie Grégoire Trudeau
Désolée, vous n’êtes pas égales
Élaine Audet et Micheline Carrier, récipiendaires du Prix PDF QUÉBEC 2016
Vous avez dit "mauvais genre" ?
Lorraine Pagé trace un tableau de la situation des femmes dans le monde
Sexisme politique, sexe social
Révolution féministe : site féministe universaliste et laïc
Il faut abolir les prisons pour femmes
Le féminisme islamique est-il un pseudo-féminisme ?
Pour un féminisme pluriel
Cachez-moi ce vilain féminisme
Féminisme - Le Groupe des treize veut rencontrer la ministre à la Condition féminine Lise Thériault
Combattre le patriarcat pour la dignité des femmes et le salut du monde
Martine Desjardins parle du Sommet des femmes à Montréal
Banaliser la misogynie, c’est dangereux
Féminisme - Faut-il faire le jeu du "Diviser pour régner" ?
Je suis blanche et vous me le reprochez !
La pensée binaire du féminisme intersectionnel ne peut que mener à l’incohérence
Lutter contre la pauvreté des femmes et la violence des hommes envers elles
"Du pain et des roses" - Le 26 mai 1995, une grande aventure débutait
Portrait des Québécoises en 2015 - L’égalité ? Mon œil !
Je plaide pour un féminisme qui n’essaie pas de s’édulcorer
La Maison de Marthe, première récipiendaire du Prix PDF Québec
Ensemble, réussir la 4ième Marche Mondiale des Femmes ! Tant que toutes les femmes ne seront pas libres, nous resterons en marche !
Des "Déchaînées" aux genoux du patriarcat !
L’intervention féministe intersectionnelle – Troquer un idéal pour une idéologie trompeuse ?
Ce que révèle l’alliance de certains musulmans avec la droite réactionnaire
Au cœur de la division du mouvement féministe québécois : deux visions
Désaccord sur le virage de la Fédération des femmes du Québec
Féminisme islamique - Quand la confusion politique ne profite pas au féminisme
États généraux du féminisme - Des sujets importants écartés : "De qui ou de quoi avons-nous peur ?"
PDF Québec est lancé ! - Une voix pour les droits des femmes
États généraux et FFQ - Un féminisme accusateur source de dissension
Ignorer et défendre la domination masculine : le piège de l’intersectionnalité
Comment les hommes peuvent appuyer le féminisme
Le féminisme contemporain dans la culture porno : ni le playboy de papa, ni le féminisme de maman
Refuser d’être un homme. Pour en finir avec la virilité
Les micro-identités et le "libre choix" érigé en système menacent les luttes féministes
La misogynie n’a pas sa place dans le féminisme
L’écriture équitable - La féminisation des textes est un acte politique
Réfutation de mensonges au sujet d’Andrea Dworkin
Une éducation féministe donne de meilleurs fils
"Rien n’a encore pu me détruire" : entretien avec Catharine A. MacKinnon
France - La mainmise des hommes sur le monde de la radio
États généraux sur le féminisme au Québec/FFQ - Des exclusions fondées sur des motifs idéologiques et des faussetés
Le mouvement des « droits des hommes », la CAFE et l’Université de Toronto
Mensonges patriarcaux - Le mouvement des « droits des hommes » et sa misogynie sur nos campus
Féministes, gare à la dépolitisation ! Les féminismes individualiste et postmoderne
"Les femmes de droite", une oeuvre magistrale d’Andrea Dworkin
"Je suis libre", une incantation magique censée nous libérer des structures oppressives
Trans, queers et libéraux font annuler une conférence féministe radicale à Londres
« Le féminisme ou la mort »
"Des paradis vraiment bizarres" - "Reflets dans un œil d’homme ", un essai de Nancy Huston
Quand les stéréotypes contrôlent nos sens
"Agentivité sexuelle" et appropriation des stratégies sexistes
Cessons de dire que les jeunes femmes ne s’identifient pas au féminisme !
Un grand moment de féminisme en milieu universitaire
Beauté fatale. Les nouveaux visages d’une aliénation féminine
Résistance au sexe en contexte hétérosexuel
La CHI - Un humour dégradant et complice de l’injustice sociale
"Heartbreak", une autobiographie d’Andrea Dworkin
Hockey, suicide et construction sociale de la masculinité
Polémique sur l’enseignement du genre dans les manuels scolaires en France
Le "Gender" à l’américaine - Un verbiage qui noie la réalité du pouvoir patriarcal
2011-2015 - Un plan d’action pour un Québec égalitaire
NousFemmes.org
L’égalité inachevée
Journée internationale des femmes 2011 - Briser le silence sur toutes les formes de sexisme
En France et ailleurs, 2010, une mauvaise année pour les femmes
Ce qu’est le féminisme radical
Polygamie - Le Comité de réflexion sur la situation des femmes immigrées et “racisées” appuie l’avis du CSF
Il y a trois ans, mon cher Léo...
La Fédération des femmes du Québec représente-t-elle toutes les femmes ?
Tout est rentable dans le corps des femmes... pour ceux qui l’exploitent
Incessante tyrannie
Comment le patriarcat et le capitalisme renforcent-ils conjointement l’oppression des femmes ?
Égalité ou différence ? Le féminisme face à ses divisions
Le "gender gap" dans les Technologies de l’information et de la communication
La Marche mondiale des femmes dix ans plus tard
Azilda Marchand : une Québécoise qui fut de tous les combats pour les femmes !
Les hommes proféministes : compagnons de route ou faux amis ?
Prostitution et voile intégral – Sisyphe censuré par le réseau féministe NetFemmes
Regard sur l’égalité entre les femmes et les hommes : où en sommes-nous au Québec ?
Féminisme en ménopause ?
Ce n’est pas la France des NOBELS !
Écarter d’excellentes candidates en médecine ? Inadmissible !
Trois mousquetaires au féminin : Susan B. Anthony, Elizabeth Cady Stanton et Matilda Joslyn Gage
La question des privilèges - Le réalisateur Patric Jean répond à des critiques
Lettre à Patric Jean, réalisateur de "La domination masculine", et à bien d’autres...
Une grande féministe, Laurette Chrétien-Sloan, décédée en décembre 2009
Le travail, tant qu’il nous plaira !
Comme une odeur de misogynie
La patineuse
Invasion du sexisme dans un lycée public
Magazines, anorgasmie et autres dysfonctions
"Toutes et tous ensemble pour les droits des femmes !"
Cent ans d’antiféminisme
MLF : "Antoinette Fouque a un petit côté sectaire"
Des femmes : Une histoire du MLF de 1968 à 2008
Qui est déconnectée ? Réponse à Nathalie Collard
Manifeste du rassemblement pancanadien des jeunes féministes
Pour une Charte des droits des femmes
Andy Srougi perd sa poursuite en diffamation
La lesbienne dans Le Deuxième Sexe
La percée de la mouvance masculiniste en Occident
Procès du féminisme
Humanisme, pédocriminalité et résistance masculiniste
Une critique des pages sur le viol du livre "Le Plaisir de tuer"
Mise au point sur la suspension d’un article critiquant le livre du Dr Michel Dubec
Pour éviter de se noyer dans la (troisième) vague : réflexions sur l’histoire et l’actualité du féminisme radical
L’égalité des femmes au Québec, loin de la coupe aux lèvres !
Je suis féministe !
Écoféminisme et économie
Poursuite contre Barbara Legault et la revue "À Bâbord !" - Mise à jour
Biographie de Léo Thiers-Vidal
Vivement le temps de prendre son temps !
Séances d’information pour le projet d’une Politique d’égalité à la Ville de Montréal
Florence Montreynaud fait oeuvre d’amour et de mémoire
Magazines pour filles, changement de ton !
Un 30e anniversaire de la JIF sous la fronde conservatrice
L’égalité des femmes au Québec est-elle plus qu’une façade ?
Colloque sur Antigone
Prostitution et trafic sexuel - Dossier principal sur Sisyphe.org
Golf : "Gentlemen only, ladies forbidden" ?
Méchant ressac ou KIA raison ?
Dégénération de "Mes aïeux", un engouement questionnant
Les « Gender Studies », un gruyère confortable pour les universitaires
Réflexions "scientifiques" du haut du Mont Grey Lock
Madame, s’il vous plaît !
Annie Leclerc, philosophe
Des arguments de poids...
Pour hommes seulement
Andrea Dworkin ne croit pas que tout rapport sexuel hétéro est un viol
Peau d’Âme ou Beautés désespérées ?
Réflexions et questionnement d’une féministe en mutation
Mais pourquoi est-elle si méchante ?
Le concours « Les Jeudis Seins » s’inscrit dans le phénomène de l’hypersexualisation sociale
Aux femmes qui demandent - sans plus y croire - justice. Qu’elles vivent !
Jeux olympiques 2006 : félicitations, les filles !
7e Grève mondiale des femmes - Le Venezuela donne l’exemple
Évolution des droits des Québécoises et parcours d’une militante
2005, l’année de l’homme au Québec
Mes "problèmes de sexe" chez le garagiste !
Brèves considérations autour des représentations contemporaines du corps
OUI à la décriminalisation des personnes prostituées, NON à la décriminalisation de la prostitution
"Femmes, le pouvoir impossible", un livre de Marie-Joseph Bertini
L’AFEAS veut la représentation égalitaire à l’Assemblée nationale du Québec
Elles sont jeunes... eux pas
Dis-moi, « le genre », ça veut dire quoi ?
Quand donc les hommes ont-ils renoncé à la parole ?
Déconstruction du discours masculiniste sur la violence
Les hommes vont mal. Ah bon ?
La face visible d’un nouveau patriarcat
Quelle alternative au patriarcat ?
Le projet de loi du gouvernement Raffarin "relatif à la lutte contre les propos discriminatoires à caractère sexiste et homophobe" est indéfendable
L’influence des groupes de pères séparés sur le droit de la famille en Australie
Victoires incomplètes, avenir incertain : les enjeux du féminisme québécois
Retrouver l’élan du féminisme
Le droit d’éliminer les filles dans l’oeuf ?
Le système patriarcal à la base des inégalités entre les sexes
Des nouvelles des masculinistes
Masculinisme et système de justice : du pleurnichage à l’intimidation
Nouvelle donne féministe : de la résistance à la conquête
Les masculinistes : s’ouvrir à leurs réalités et répondre à leurs besoins
Nouvelles Questions féministes : "À contresens de l’égalité"
S’assumer pour surmonter sa propre violence
Sisyphe, que de rochers il faudra encore rouler !
Coupables...et fières de l’être !
Un rapport de Condition féminine Canada démasque un discours qui nie les inégalités de genre
De la masculinité à l’anti-masculinisme : penser les rapports sociaux de sexe à partir d’une position sociale oppressive
Les courants de pensée féministe
Quelques commentaires sur la domination patriarcale
Chroniques plurielles des luttes féministes au Québec
Qu’il est difficile de partir !
Deux cents participantes au premier rassemblement québécois des jeunes féministes
Le féminisme : comprendre, agir, changer
Le féminisme, une fausse route ? Une lutte secondaire ?
À l’ombre du Vaaag : retour sur le Point G
L’identité masculine ne se construit pas contre l’autre
Les hommes et le féminisme : intégrer la pensée féministe
La misère au masculin
Le Nobel de la paix 2003 à la juriste iranienne Shirin Ebadi
Hommes en désarroi et déroutes de la raison
Le « complot » féministe
Christine de Pisan au coeur d’une querelle antiféministe avant la lettre
Masculinisme et suicide chez les hommes
Le féminisme, chèvre émissaire !
L’autonomie de la FFQ, véritable enjeu de l’élection à la présidence
Les défis du féminisme d’aujourd’hui
Les arguments du discours masculiniste
Nouvelle présidente à la FFQ : changement de cap ?
La stratégie masculiniste, une offensive contre le féminisme
Le discours masculiniste dans les forums de discussion







Ce livre est un événement considérable, une véritable somme de la condition des femmes dans le monde. Comme le montre Christine Ockrent, qui en a dirigé la publication, il touche tous les aspects de l’inégalité que vivent encore les femmes, en dépit de leurs nombreuses conquêtes au fil des siècles. Sisyphe publie ici la préface de C. Ockrent et la conclusion du texte de Malka Marcovich sur La traite des femmes dans le monde. Nous reviendrons sur ce livre indispensable et les réflexions que suscitent ses cinq thèmes : sécurité, intégrité, liberté, dignité, égalité.

Présentation

Le Livre noir de la condition des femmes nous offre, pour la première fois, la photographie de la condition des femmes dans le monde, aujourd’hui.

En préambule de sa Déclaration de 1993, l’ONU proclame l’urgence de l’application aux femmes des droits et principes du genre humain : SECURITÉ, INTEGRITÉ, LIBERTÉ, DIGNITÉ, EGALITÉ. Cinq mots pour résumer ce qui devrait être garanti aux femmes, en ce début de troisième millénaire.

C’est autour de ces mots que Christine Ockrent et Sandrine Treiner ont sélectionné des sujets dont elles ont confié le développement (sous forme d’articles, d’analyses transversales, de reportages mais aussi de portraits d’hommes et de femmes opérant sur le terrain) à quarante auteurs - experts mondialement connus, chercheurs, praticien, militants, journalistes, venus de tous les horizons. Dans cette recherche, elles ont bénéficié du concours de Françoise Gaspard, sociologue à l’École des Hautes Etudes en Sciences Sociales, qui représente la France au Comité CEDAW des Nations Unies, dont le rôle est de surveiller l’application de la Convention contre toutes les discriminations à l’égard des femmes. C’est ainsi que pendant deux ans, autour de leur trio, s’est constituée une communauté de travail internationale, passionnée, enthousiaste.

Comment et pourquoi les femmes sont-elles mutilées, enfermées, déplacées, négociées, marchandées, souvent avec la complicité tacite des États, même démocratiques ? Comment peut-il manquer quatre-vingt-dix millions de femmes en Asie ? Est-ce un hasard si le SIDA en Afrique tue aujourd’hui plus de femmes que d’hommes ? Pourquoi, en matière de viol et de violences conjugales, privilégie-t-on les explications culturelles ou religieuses dans les pays du Sud pour préférer les causes d’ordre psychologique et individuel dans les pays du Nord ? Pourquoi les femmes sont-elles davantage brutalisées lorsqu’elles sont instruites et qu’elles accèdent à l’autonomie ? Pourquoi, partout, les femmes sont-elles les plus pauvres d’entre les pauvres... ?

Autant de questions et de réponses possibles apportées dans cet ouvrage essentiel dont la lecture, à la fois bouleversante et édifiante, ne laissera personne indemne mais qui, au contraire, confortera chacun (chacune) dans une certitude : il faut faire du combat pour les femmes une affaire personnelle.

Préface de Christine Ockrent

Nous, peuples des Nations Unies, résolus à proclamer à nouveau notre foi dans les droits fondamentaux de l’homme, dans la dignité et la valeur de la personne humaine, dans l’égalité de droits des hommes et des femmes...

Certains principes universels, j’en ai la conviction, doivent être défendus, proclamés et promus, au-delà des cultures et des croyances. Parmi ceux-ci, la Charte des Droits de l’Homme est un texte fondateur pour l’humanité entière. Et l’humanité inclut les femmes - mieux, elle repose sur elles. Nous tous, les contributeurs de ce livre, pensons qu’aucune religion, aucune coutume ne justifie qu’on assassine, qu’on brûle, qu’on torture, qu’on lapide, qu’on viole une femme parce qu’elle est une femme. Aucune religion, aucune coutume ne justifie qu’on mutile les petites filles, qu’on les vende ou qu’on les prostitue. Aucune religion, aucune coutume ne justifie qu’on asservisse les femmes, qu’on les humilie, qu’on les prive des droits élémentaires de la personne.

En France, en Europe, dans nos sociétés occidentales, la condition des femmes a spectaculairement progressé au cours du XXe siècle. Les femmes ont conquis avec obstination leur place, et elles n’en ont pas terminé. Depuis deux générations, on peut contrôler la vie et être maître de son corps, et c’est une vraie révolution. Partout ou presque, la loi garantit à la femme la liberté de maîtriser sa procréation, partout elle proclame l’égalité.

Pourtant on voit aussitôt qu’à diplômes et compétences comparables, la différenciation des responsabilités hiérarchiques et des rémunérations demeure. Le choix des filières et des carrières n’est pas égalitaire, les conditions de la vie quotidienne telles qu’elles sont organisées et financées par nos sociétés non plus. Ici les partis politiques font fi de la parité, préférant payer l’amende plutôt que de concéder à des candidates des places éligibles. Là réseaux et confréries tissent de fils de verre le plafond invisible qui empêche les femmes d’atteindre les sommets. Dès que le pouvoir se montre, observez la photo : il reste en costume cravate. L’attention portée à l’ascension d’une Angela Merkel ou d’une Michelle Bachelet, les qualificatifs et les critères utilisés pour les décrire, démontrent l’anomalie plutôt que la règle.

Dès que l’on quitte la scène publique ou les pages glacées des magazines pour observer nos sociétés dans leur quotidien, la réalité s’assombrit.

Brimades, précarité, violences conjugales, prostitution, criminalité, chômage, sexisme : les femmes sont toujours les premières victimes. Pire, il existe chez nous des zones d’ombre où des femmes vivent en état de subordination totale, sinon d’esclavage, dans ces milieux immigrés où les coutumes défient la loi. Les filles ont beau fréquenter l’école de la République, elles sont excisées, voilées, mariées de force, violentées dans leurs choix les plus intimes. Pour celles-là comme pour les autres, l’exemple de la France et surtout des pays scandinaves le prouve, seule la loi et son imprégnation dans le tissu social améliorent le sort des femmes. Il reste néanmoins beaucoup à faire, ne serait-ce que pour exiger l’application effective de ce qui a été obtenu.

Voilà pour l’Occident. Et ailleurs ?

Ailleurs, plus de la moitié de l’humanité, hommes et femmes confondus, ploie sous la souffrance. La souffrance d’être pauvre, mal nourri, malade, illettré, exploité. Mais c’est d’abord la souffrance d’être née femme, qui aggrave toutes les autres. Partout la condition des femmes nous montre la face la plus noire des réalités contemporaines. Elles sont inférieures, tout simplement. Impures. Juste bonnes à être soumises, exploitées, frappées, violées, achetées, répudiées. Taillables et corvéables à merci. Destinées au silence, à l’oubli. Méprisables en somme, et indignes.

Cette condition d’être née femme et de vivre en tant que telle, nous avons voulu l’explorer à la manière d’un continent inconnu. L’ambition de cet ouvrage collectif, auquel ont contribué des experts, des écrivains, des journalistes de toutes disciplines et de tous continents, est d’amener à la lumière, dans la diversité des moeurs et des cultures, le sort des femmes aujourd’hui.

Livre noir : ce label, devenu générique, trouve tout son sens avec la condition des femmes. L’ingéniosité des civilisations humaines en matière de violences exercées contre les femmes est sans limites. Nous les avons parcourues dans leurs multiples dimensions : violences physiques, en temps de guerre comme de paix, violences collectives et individuelles, violences économiques, sociales, politiques, religieuses, violences psychologiques aussi.

Nous accusera-t-on d’arrogance et d’impérialisme culturel ? Certains, au nom de la liberté de penser ou du respect de toutes les traditions, veulent nous faire admettre les entorses aux principes universels qui affirment, notamment, l’égalité de l’homme et de la femme. Il conviendrait, pour eux, dans nos propres pays, de tolérer les infractions les plus criantes à nos lois, qu’il s’agisse d’excision ou de polygamie. Sous prétexte de combattre la mondialisation, il faudrait respecter et promouvoir le multiculturalisme jusque dans ses aspects archaïques et dégradants. Les puristes de l’ethnicisme qui frémissent en découvrant bracelets montres, téléphones portables et préservatifs féminins au coeur de l’Afrique, ne trouvent rien à redire aux pratiques les plus dégradantes à condition qu’elles soient ancestrales : chez les Zoulous, vérification publique de la virginité des filles, au Kerala brûlures ou immolation des femmes devenues inutiles... Certes il convient de protéger et de promouvoir la diversité culturelle qui fait la richesse du monde. Mais pas au prix des droits humains les plus élémentaires. Qu’est-ce qui compte le plus, la culture ou l’individu ? Et plus précisément, qu’est-ce qui doit l’emporter, la culture ou la femme ?

Promouvoir les femmes n’est pas une façon d’amoindrir les hommes, c’est pour nos sociétés la meilleure garantie d’équilibre et de progrès. Il a fallu trois millénaires pour parvenir à ce constat, partagé aujourd’hui par tous les acteurs du développement et appliqué, avec plus ou moins de constance ou d’hypocrisie, par les différents responsables de nos gouvernements et de nos sociétés. « Une chose est sûre, écrit Françoise Héritier, du Collège de France, les générations futures s’étonneront que nous n’ayons jamais pris vraiment conscience que le problème politique majeur est celui de l’égalité des sexes. Cette conscience-là signera le moment-clé de la révolution. » Les femmes sont leur propre espoir, elles ne peuvent compter que sur elles-mêmes pour changer la société. Chaque fois que nous faisons progresser nos droits à toutes, l’humanité fait un pas vers un monde plus juste. À travers ce livre, cette photographie de la condition des femmes aujourd’hui, chacune d’entre nous a l’occasion d’apprendre ce qu’elle ignore, de découvrir ce qu’elle ne peut ou ne veut pas voir, et de participer au combat pour un monde meilleur.

p. 7-10.

***

La traite des femmes dans le monde, par Malka Marcovitch (Extrait)

Seule une approche cohérente, rendant visible de façon égale tous les protagonistes de l’exploitation, et évaluant la responsabilité de chacun, permettra de lutter de manière globale contre la traite des femmes aux fins d’exploitation sexuelle. Le tourisme sexuel ne concerne pas que les enfants et les pays en voie de développement. Tous les grands centres urbains, dont une part importante des revenus provient du tourisme, sont aujourd’hui confrontés à ce sujet. Une ville comme Paris par exemple, dont les revenus ne proviennent plus de l’industrie du sexe, où fut inventé le concept de tourisme sexuel dans les jardins du Palais Royal à la fin du XVIIIème siècle, où s’est développé le mythe des « petites femmes », des grands boulevards et de Pigalle, qui a attiré des hommes du monde entier, ne pourra éviter d’aborder cette question de manière frontale. On sait aujourd’hui que les grandes rencontres sportives ou culturelles (Festival de Cannes, Jeux Olympiques, coupes du mondes (1) et même le Paris Dakar (2) impliquent « l’importation » de femmes aux fins de prostitution. Lors des sessions du Parlement Européen à Strasbourg, la police et les associations ont noté l’arrivée massive de femmes, dont nombreuses traversent à pied la frontière depuis l’Allemagne où les lois contre le proxénétisme sont moins sévères qu’en France et où certaines formes y sont légales. La traite des femmes ne peut plus être abordé uniquement sous l’angle de l’économie et de la mondialisation, c’est un sujet qui dépasse les clivages gauche/droite.

Comment en effet expliquer le silence des syndicats et des partis de gauche devant les abus qui sont commis par les travailleurs migrants exploités dans les mines d’Amazonie, à la frontière du Mexique ou le long du trajet de la construction de l’oléoduc reliant la mer Caspienne à la mer Méditerranée. En Georgie, des femmes sont amenées directement dans les campements des ouvriers travaillant à la construction du pipeline et le long de la frontière turque, les clubs et bars de prostitution prospèrent.

Au-delà d’une lutte cohérente policière et judiciaire contre ce système qui fait du corps humain un produit de consommations et doit impérativement prendre en compte la demande, le combat contre la traite des femmes aux fins d’exploitation sexuelle, doit en priorité tordre le cou aux clichés culturels puissants qui empêchent la pleine égalité sexuelle entre les femmes et les hommes. Sans doute est ce le défi le plus difficile en ce début de siècle. Comme le disait Aurora Javete de Dios (3) :

« La prostitution et la traite sont intrinsèquement liées. On ne pourra promouvoir les Droits des femmes dans le monde si ces deux questions ne sont pas affirmées avec force et conjointement par les gouvernements. Tant que nos sociétés n’impulseront pas des mesures énergiques pour l’égalité des femmes, pour leur renforcement économique et politique, il y aura de plus en plus de femmes qui se retrouveront dans la prostitution et l’industrie du sexe. Le combat contre la prostitution et la traite n’est rien d’autre que le combat pour la vision future que nous souhaitons pour nos sociétés. Est-ce un futur où l’on peut vendre et acheter les femmes et les hommes, quel que soit leur âge, et que l’être humain devienne objet commercial ? Non, la prostitution n’est pas glamour, elle ne peut être acceptée comme une profession acceptable pour les femmes. La prostitution est l’indicateur par excellence de l’inégalité entre les femmes et les hommes. Le combat contre la traite et la prostitution est le combat qu’il faut d’urgence mener pour les générations futures et que cesse la discrimination de genre qui engendre la prostitution. (4) »

Notes


1. Des baraques pour les prostituées et des parkings pour les clients sont déjà en cours de construction pour la coupe du monde de football 2006 en Allemagne.
2. Où des femmes sont acheminées jusque dans les tentes des coureurs.
3. Directrice de la Commission de la Femme pour le Gouvernement Philippin, représentante de la délégation philippine lors des négociations pour le Protocole de Palerme, Madrid II, Unesco, Juin 2001.
4.Conférence UNESCO/MAPP : « Madrid II, la guerre des mots », juin 2001, Paris.

p. 482-483.

Christine Ockrent (dir.), coordonné par Sandrine Treiner, postface de Françoise Gaspard, Le livre noir de la condition des femmes, Paris, éditions XO, 2006, 784 pages, ISBN : 2-84563-200-2.

Éditions XO
Courriel.
Site de l’éditeur.

Nous remercions chaleureusement l’éditeur qui nous a autorisées à publier ces extraits.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 18 avril 2006.


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Christine Ockrent

Christine Ockrent, journaliste et écrivaine, première femme à assumer en France la responsabilité du journal télévisé de 20 h, a écrit de nombreux ouvrages (Françoise Giroud, une ambition française, Bush-Kerry les deux Amérique, La double vie d’Hillary Clinton...). Elle anime actuellement l’émission politique France-Europe Express sur France 3 et une émission d’actualité internationale, « Une fois par mois », sur TV5Monde.



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2008
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin