| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






jeudi 2 février 2017

Je suis désolée, vous n’êtes pas égales

par Dina Leygerman






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Élaine Audet et Micheline Carrier, récipiendaires du Prix PDF QUÉBEC 2016
Vous avez dit "mauvais genre" ?
Lorraine Pagé trace un tableau de la situation des femmes dans le monde
Sexisme politique, sexe social
Révolution féministe : site féministe universaliste et laïc
Il faut abolir les prisons pour femmes
Le féminisme islamique est-il un pseudo-féminisme ?
Pour un féminisme pluriel
Cachez-moi ce vilain féminisme
Féminisme - Le Groupe des treize veut rencontrer la ministre à la Condition féminine Lise Thériault
Combattre le patriarcat pour la dignité des femmes et le salut du monde
Martine Desjardins parle du Sommet des femmes à Montréal
Banaliser la misogynie, c’est dangereux
Féminisme - Faut-il faire le jeu du "Diviser pour régner" ?
Je suis blanche et vous me le reprochez !
La pensée binaire du féminisme intersectionnel ne peut que mener à l’incohérence
Lutter contre la pauvreté des femmes et la violence des hommes envers elles
"Du pain et des roses" - Le 26 mai 1995, une grande aventure débutait
Portrait des Québécoises en 2015 - L’égalité ? Mon œil !
Je plaide pour un féminisme qui n’essaie pas de s’édulcorer
La Maison de Marthe, première récipiendaire du Prix PDF Québec
Ensemble, réussir la 4ième Marche Mondiale des Femmes ! Tant que toutes les femmes ne seront pas libres, nous resterons en marche !
Des "Déchaînées" aux genoux du patriarcat !
L’intervention féministe intersectionnelle – Troquer un idéal pour une idéologie trompeuse ?
Ce que révèle l’alliance de certains musulmans avec la droite réactionnaire
Au cœur de la division du mouvement féministe québécois : deux visions
Désaccord sur le virage de la Fédération des femmes du Québec
Féminisme islamique - Quand la confusion politique ne profite pas au féminisme
États généraux du féminisme - Des sujets importants écartés : "De qui ou de quoi avons-nous peur ?"
PDF Québec est lancé ! - Une voix pour les droits des femmes
États généraux et FFQ - Un féminisme accusateur source de dissension
Ignorer et défendre la domination masculine : le piège de l’intersectionnalité
Comment les hommes peuvent appuyer le féminisme
Le féminisme contemporain dans la culture porno : ni le playboy de papa, ni le féminisme de maman
Refuser d’être un homme. Pour en finir avec la virilité
Les micro-identités et le "libre choix" érigé en système menacent les luttes féministes
La misogynie n’a pas sa place dans le féminisme
L’écriture équitable - La féminisation des textes est un acte politique
Réfutation de mensonges au sujet d’Andrea Dworkin
Une éducation féministe donne de meilleurs fils
"Rien n’a encore pu me détruire" : entretien avec Catharine A. MacKinnon
France - La mainmise des hommes sur le monde de la radio
États généraux sur le féminisme au Québec/FFQ - Des exclusions fondées sur des motifs idéologiques et des faussetés
Le mouvement des « droits des hommes », la CAFE et l’Université de Toronto
Mensonges patriarcaux - Le mouvement des « droits des hommes » et sa misogynie sur nos campus
Féministes, gare à la dépolitisation ! Les féminismes individualiste et postmoderne
"Les femmes de droite", une oeuvre magistrale d’Andrea Dworkin
"Je suis libre", une incantation magique censée nous libérer des structures oppressives
Trans, queers et libéraux font annuler une conférence féministe radicale à Londres
« Le féminisme ou la mort »
"Des paradis vraiment bizarres" - "Reflets dans un œil d’homme ", un essai de Nancy Huston
Quand les stéréotypes contrôlent nos sens
"Agentivité sexuelle" et appropriation des stratégies sexistes
Cessons de dire que les jeunes femmes ne s’identifient pas au féminisme !
Un grand moment de féminisme en milieu universitaire
Beauté fatale. Les nouveaux visages d’une aliénation féminine
Résistance au sexe en contexte hétérosexuel
La CHI - Un humour dégradant et complice de l’injustice sociale
"Heartbreak", une autobiographie d’Andrea Dworkin
Hockey, suicide et construction sociale de la masculinité
Polémique sur l’enseignement du genre dans les manuels scolaires en France
Le "Gender" à l’américaine - Un verbiage qui noie la réalité du pouvoir patriarcal
2011-2015 - Un plan d’action pour un Québec égalitaire
NousFemmes.org
L’égalité inachevée
Journée internationale des femmes 2011 - Briser le silence sur toutes les formes de sexisme
En France et ailleurs, 2010, une mauvaise année pour les femmes
Ce qu’est le féminisme radical
Polygamie - Le Comité de réflexion sur la situation des femmes immigrées et “racisées” appuie l’avis du CSF
Il y a trois ans, mon cher Léo...
La Fédération des femmes du Québec représente-t-elle toutes les femmes ?
Tout est rentable dans le corps des femmes... pour ceux qui l’exploitent
Incessante tyrannie
Comment le patriarcat et le capitalisme renforcent-ils conjointement l’oppression des femmes ?
Égalité ou différence ? Le féminisme face à ses divisions
Le "gender gap" dans les Technologies de l’information et de la communication
La Marche mondiale des femmes dix ans plus tard
Azilda Marchand : une Québécoise qui fut de tous les combats pour les femmes !
Les hommes proféministes : compagnons de route ou faux amis ?
Prostitution et voile intégral – Sisyphe censuré par le réseau féministe NetFemmes
Regard sur l’égalité entre les femmes et les hommes : où en sommes-nous au Québec ?
Féminisme en ménopause ?
Ce n’est pas la France des NOBELS !
Écarter d’excellentes candidates en médecine ? Inadmissible !
Trois mousquetaires au féminin : Susan B. Anthony, Elizabeth Cady Stanton et Matilda Joslyn Gage
La question des privilèges - Le réalisateur Patric Jean répond à des critiques
Lettre à Patric Jean, réalisateur de "La domination masculine", et à bien d’autres...
Une grande féministe, Laurette Chrétien-Sloan, décédée en décembre 2009
Le travail, tant qu’il nous plaira !
Comme une odeur de misogynie
La patineuse
Invasion du sexisme dans un lycée public
Magazines, anorgasmie et autres dysfonctions
"Toutes et tous ensemble pour les droits des femmes !"
Cent ans d’antiféminisme
MLF : "Antoinette Fouque a un petit côté sectaire"
Des femmes : Une histoire du MLF de 1968 à 2008
Qui est déconnectée ? Réponse à Nathalie Collard
Manifeste du rassemblement pancanadien des jeunes féministes
Pour une Charte des droits des femmes
Andy Srougi perd sa poursuite en diffamation
La lesbienne dans Le Deuxième Sexe
Le livre noir de la condition des femmes
La percée de la mouvance masculiniste en Occident
Procès du féminisme
Humanisme, pédocriminalité et résistance masculiniste
Une critique des pages sur le viol du livre "Le Plaisir de tuer"
Mise au point sur la suspension d’un article critiquant le livre du Dr Michel Dubec
Pour éviter de se noyer dans la (troisième) vague : réflexions sur l’histoire et l’actualité du féminisme radical
L’égalité des femmes au Québec, loin de la coupe aux lèvres !
Je suis féministe !
Écoféminisme et économie
Poursuite contre Barbara Legault et la revue "À Bâbord !" - Mise à jour
Biographie de Léo Thiers-Vidal
Vivement le temps de prendre son temps !
Séances d’information pour le projet d’une Politique d’égalité à la Ville de Montréal
Florence Montreynaud fait oeuvre d’amour et de mémoire
Magazines pour filles, changement de ton !
Un 30e anniversaire de la JIF sous la fronde conservatrice
L’égalité des femmes au Québec est-elle plus qu’une façade ?
Colloque sur Antigone
Prostitution et trafic sexuel - Dossier principal sur Sisyphe.org
Golf : "Gentlemen only, ladies forbidden" ?
Méchant ressac ou KIA raison ?
Dégénération de "Mes aïeux", un engouement questionnant
Les « Gender Studies », un gruyère confortable pour les universitaires
Réflexions "scientifiques" du haut du Mont Grey Lock
Madame, s’il vous plaît !
Annie Leclerc, philosophe
Des arguments de poids...
Pour hommes seulement
Andrea Dworkin ne croit pas que tout rapport sexuel hétéro est un viol
Peau d’Âme ou Beautés désespérées ?
Réflexions et questionnement d’une féministe en mutation
Mais pourquoi est-elle si méchante ?
Le concours « Les Jeudis Seins » s’inscrit dans le phénomène de l’hypersexualisation sociale
Aux femmes qui demandent - sans plus y croire - justice. Qu’elles vivent !
Jeux olympiques 2006 : félicitations, les filles !
7e Grève mondiale des femmes - Le Venezuela donne l’exemple
Évolution des droits des Québécoises et parcours d’une militante
2005, l’année de l’homme au Québec
Mes "problèmes de sexe" chez le garagiste !
Brèves considérations autour des représentations contemporaines du corps
OUI à la décriminalisation des personnes prostituées, NON à la décriminalisation de la prostitution
"Femmes, le pouvoir impossible", un livre de Marie-Joseph Bertini
L’AFEAS veut la représentation égalitaire à l’Assemblée nationale du Québec
Elles sont jeunes... eux pas
Dis-moi, « le genre », ça veut dire quoi ?
Quand donc les hommes ont-ils renoncé à la parole ?
Déconstruction du discours masculiniste sur la violence
Les hommes vont mal. Ah bon ?
La face visible d’un nouveau patriarcat
Quelle alternative au patriarcat ?
Le projet de loi du gouvernement Raffarin "relatif à la lutte contre les propos discriminatoires à caractère sexiste et homophobe" est indéfendable
L’influence des groupes de pères séparés sur le droit de la famille en Australie
Victoires incomplètes, avenir incertain : les enjeux du féminisme québécois
Retrouver l’élan du féminisme
Le droit d’éliminer les filles dans l’oeuf ?
Le système patriarcal à la base des inégalités entre les sexes
Des nouvelles des masculinistes
Masculinisme et système de justice : du pleurnichage à l’intimidation
Nouvelle donne féministe : de la résistance à la conquête
Les masculinistes : s’ouvrir à leurs réalités et répondre à leurs besoins
Nouvelles Questions féministes : "À contresens de l’égalité"
S’assumer pour surmonter sa propre violence
Sisyphe, que de rochers il faudra encore rouler !
Coupables...et fières de l’être !
Un rapport de Condition féminine Canada démasque un discours qui nie les inégalités de genre
De la masculinité à l’anti-masculinisme : penser les rapports sociaux de sexe à partir d’une position sociale oppressive
Les courants de pensée féministe
Quelques commentaires sur la domination patriarcale
Chroniques plurielles des luttes féministes au Québec
Qu’il est difficile de partir !
Deux cents participantes au premier rassemblement québécois des jeunes féministes
Le féminisme : comprendre, agir, changer
Le féminisme, une fausse route ? Une lutte secondaire ?
À l’ombre du Vaaag : retour sur le Point G
L’identité masculine ne se construit pas contre l’autre
Les hommes et le féminisme : intégrer la pensée féministe
La misère au masculin
Le Nobel de la paix 2003 à la juriste iranienne Shirin Ebadi
Hommes en désarroi et déroutes de la raison
Le « complot » féministe
Christine de Pisan au coeur d’une querelle antiféministe avant la lettre
Masculinisme et suicide chez les hommes
Le féminisme, chèvre émissaire !
L’autonomie de la FFQ, véritable enjeu de l’élection à la présidence
Les défis du féminisme d’aujourd’hui
Les arguments du discours masculiniste
Nouvelle présidente à la FFQ : changement de cap ?
La stratégie masculiniste, une offensive contre le féminisme
Le discours masculiniste dans les forums de discussion







Une publication fait des vagues sur les réseaux sociaux, en réponse à la Marche des femmes du 21 janvier 2017. Elle va ainsi : « Je ne suis pas une disgrâce pour les femmes parce que je ne supporte pas la Marche des femmes. Je ne me sens pas comme une citoyenne de seconde classe parce que je suis une femme... »

Voici ma réponse à cette publication.

Dites merci

Dites merci.
Dites merci aux femmes qui vous donnent une voix.
Dites merci aux femmes qui ont été arrêtées et emprisonnées et battues et gazées pour que vous ayez une voix.
Dites merci aux femmes qui ont refusé de laisser tomber, aux femmes qui combattent sans relâche pour vous donner une voix.
Dites merci aux femmes qui ont mis leur vie en suspend, qui – une chance pour vous – n’avaient rien de mieux à faire que marcher, protester et s’unir pour votre voix.
Pour que vous ne vous sentiez pas comme une citoyenne de seconde zone.
Pour que vous vous sentiez égales.

Merci à Susan B. Anthony et Alice Paul pour votre droit de vote.
Merci à Elizabeth Stanton pour votre droit de travailler.
Merci à Maud Wood Park pour vos soins prénataux et une identité distincte de celle de votre mari.
Merci à Rose Schneiderman pour vos conditions de travail humaines
Merci à Eleanor Roosevelt et à Molly Dewson pour votre habilité à travailler en politique et à influencer les politiques.
Merci à Margaret Sanger pour la légalisation du contrôle des naissances.
Merci à Carol Downer pour votre droit à recevoir des soins relatifs à votre santé sexuelle.
Merci à Sarah Muller pour votre accès à l’éducation.
Merci à Ruth Bader Ginsburg, Shannon Turner, Gloria Steinem, Zelda Kingoff Nordlinger, Rosa Parks, Angela Davis, Malika Saada Saar, Wagatwe Wanjuki, Ida B. Wells, Malala Yousafzai.

Merci à votre mère, votre grand-mère, votre arrière-grand-mère qui n’avaient pas la moitié des droits que vous avez maintenant.

Vous pouvez faire vos propres choix, parler et être entendue, voter, travailler, contrôler votre corps, vous défendre, défendre votre famille, parce que des femmes ont marché. Vous n’avez rien fait pour mériter ces droits. Vous êtes nées avec ces droits. Vous n’avez rien fait, mais vous retirez les bénéfices de femmes, de femmes fortes, de femmes qui ont combattu la misogynie, fait reculer le patriarcat et qui se sont battues pour vous. Et vous restez assises sur votre piédestal, un piédestal que vous avez la chance d’avoir et de décrire. Une guerrière du clavier. Une combattante pour la complaisance. Une personne qui accepte ce qu’on lui donne. Une négatrice des faits. Enrobée dans votre illusion d’égalité.

Vous n’êtes pas égales

Même si vous avez l’impression de l’être. Vous continuez de gagner moins qu’un homme faisant le même travail. Vous faites moins comme directrice, comme athlète, comme actrice, comme docteure. Vous gagnez moins au gouvernement, dans l’industrie des technologies, dans les soins de santé.

Vous n’avez pas tous les droits sur votre propre corps. Les hommes continuent de débattre sur votre utérus. Sur les soins prénataux. Sur vos choix.

Vous devez continuer de payer des taxes pour vos besoins sanitaires de base.

Vous devez continuer de porter un marteau quand vous marchez seule le soir.

Vous devez encore expliquer en cour pourquoi vous aviez bu le soir où vous avez été violée.

Vous devez encore justifier votre comportement quand un homme s’impose à vous.

Vous n’avez pas encore de congé de maternité payé (voire de congé de maternité).

Vous devez encore retourner au travail alors que votre corps est brisé. Alors que vous souffrez en silence d’une dépression post-partum.

Vous devez encore vous battre pour allaiter en public. Vous devez encore prouver à d’autres femmes que c’est votre droit de le faire. Vous continuez d’offenser les gens à cause de vos seins.

Vous continuez à être objectivée. Vous êtes encore chahutée. Vous êtes encore sexualisée. Vous êtes trop maigre ou trop grosse. Vous vous faites encore dire que vous êtes trop vieille ou trop jeune. Vous êtes applaudie quand vous « vieillissez en beauté ».

On vous dit encore que les hommes vieillissent « mieux ». On vous dit encore de vous habiller comme une dame. Vous êtes encore jugée sur votre habillement et non sur ce qui se trouve dans votre tête. La marque du sac à main que vous portez à plus d’importance que votre niveau de scolarité.

Vous êtes encore abusée par votre conjoint, par votre petit ami. Vous êtes encore assassinée par votre partenaire. Battue par votre âme "soeur".
Vous êtes encore dénigrée si vous êtes une femme de couleur, une femme homosexuelle, une femme transgenre. Vous êtes encore harcelée, rabaissée et déshumanisée.

Vos filles continuent de se faire dire qu’elles sont belles avant de se faire dire qu’elles sont intelligentes. Vos filles se font dire de bien se tenir, que « les garçons seront toujours des garçons ». Vos filles se font dire qu’elles se font tirer les cheveux et pincer par les garçons parce qu’ils les aiment.

Vous n’êtes pas égale, vos filles ne sont pas égales. Vous êtes systématiquement opprimée.

L’Estonie permet aux parents de prendre un congé allant jusqu’à trois ans, entièrement payé pour les 435 premiers jours. Les États-Unis n’ont pas de politique sur les congés de maternité.

Les femmes de Singapour se sentent en sécurité quand elles marchent seules la nuit. Pas les femmes américaines.

Les écarts de salaire entre les femmes et hommes sont de 5.6% en Nouvelle-Zélande. Aux États-Unis l’écart est de 20%.

L’Islande compte le plus grand nombre de femmes chefs d’entreprise, soit 44%. Aux États-Unis ce taux est de 4,0%.

Les États-Unis occupent le 45e rang pour l’égalité des femmes. Derrière le Rwanda, Cuba, les Philippines et la Jamaïque.

Mais je comprends. Vous ne voulez pas l’admettre. Vous ne voulez pas être une victime. Vous pensez que le féminisme est un mot dépassé. Vous pensez que ce n’est pas chic de se battre pour l’égalité. Vous détestez le mot chatte. À moins, bien sûr, que vous l’utilisiez pour désigner un homme qui ne répond pas à vos standards de masculinité. Vous savez le type d’homme qui « laisse » « sa » femme faire tout ce qui peut bien lui plaire.

Je comprends. Vous croyez que les féministes sont émotives, irrationnelles, irraisonnables. Pourquoi les femmes ne sont-elles pas seulement satisfaites de leur vie, c’est ça ? Vous avez ce que vous avez et ça vous satisfait, n’est-ce pas ?

Je comprends. Vous voulez vous sentir puissante. Vous ne voulez pas croire que vous êtes opprimée. Parce que ça signifierait que vous êtes en fait une citoyenne de seconde classe. Vous ne voulez pas vous sentir comme elle, je le comprends.

Mais ne vous inquiétez pas, je vais marcher pour vous. Je vais marcher pour votre fille. Pour la fille de votre fille. Et peut-être continuerez-vous de croire que le monde n’a pas changé. Vous croirez que vous avez toujours eu les droits que vous avez aujourd’hui.

Et c’est correct. Parce que les femmes qui se préoccupent et supportent actuellement d’autres femmes se moquent de ce que vous pensez d’elles. Elles se préoccupent de leur avenir et des femmes qui viendront après elles.

Ouvrez les yeux, ouvrez-les grands. Parce que je suis ici pour vous dire, avec un million d’autres femmes, que vous n’êtes pas égale. Notre égalité est une illusion. Un tour de passe-passe de bons sentiments. Un truc de l’esprit.

Je suis désolée de te le dire, mais nous ne sommes pas égales. Ni d’ailleurs vos filles.

Mais ne vous inquiétez pas, nous allons marcher pour vous. Nous allons combattre pour vous. Nous allons nous tenir debout pour vous.

Et un jour, vous serez effectivement égales au lieu de simplement penser que vous l’êtes.

- Traduction libre, la version originale anglaise du texte peut-être consultée sur :https://medium.com/@dinachka82/about-your-poem-1f26a7585a6f#.kcrkpoydu
- Traduction diffusée avec l’autorisation de l’auteure.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 2 février 2017


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Dina Leygerman



Plan-Liens Forum

  • Je suis désolée, vous n’êtes pas égales
    (1/1) 12 février 2017 , par





  • Je suis désolée, vous n’êtes pas égales
    12 février 2017 , par   [retour au début des forums]

    Triste Dame de Sieur Fillon
    ................

    "L’épouse du candidat à l’élection présidentielle (... se décrivant, "dans la vidéo exhumée par « Envoyé spécial », avec une infinie mélancolie comme une épouse soumise obligée de faire des « choses horriblement ennuyeuses », elle jette une lumière crue sur l’envers du décor de cette droite patriarcale qu’incarne si bien François Fillon."
    .
    "Certes, cette assignation à résidence n’est pas toujours très épanouissante et Penelope Fillon le dit sans ambages. Elle qui assure vouloir reprendre des études pour montrer à ses cinq enfants qu’elle n’est pas « si stupide ». Seulement, dans le monde de François Fillon, qu’elle ait passé un diplôme d’avocat ne doit surtout pas l’empêcher de vivre pleinement son rôle de mère."
    .
    « Si je n’avais pas eu le dernier, je serais sans doute allée chercher un travail », dit-elle avec regrets. Dommage que dans ce monde les chefs de famille ne soient pas, « à titre personnel », pour le droit des femmes à disposer de leur corps."
    .....................
    6 février 2017 Par Lucie Delaporte https://www.mediapart.fr/journal/france/060217/la-droite-patriarcale-tombe-les-masques

    modération a priori

    Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

    Qui êtes-vous ?
    Votre message
    • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2017
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin