| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






vendredi 23 décembre 2005

2005, l’année de l’homme au Québec
L’année du mouvement "musculiniste" ?

par Francis Dupuis-Déri, chercheur et professeur de science politique






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


#8mars - Les "étincelles" de Sophie Grégoire Trudeau
Désolée, vous n’êtes pas égales
Élaine Audet et Micheline Carrier, récipiendaires du Prix PDF QUÉBEC 2016
Vous avez dit "mauvais genre" ?
Lorraine Pagé trace un tableau de la situation des femmes dans le monde
Sexisme politique, sexe social
Révolution féministe : site féministe universaliste et laïc
Il faut abolir les prisons pour femmes
Le féminisme islamique est-il un pseudo-féminisme ?
Pour un féminisme pluriel
Cachez-moi ce vilain féminisme
Féminisme - Le Groupe des treize veut rencontrer la ministre à la Condition féminine Lise Thériault
Combattre le patriarcat pour la dignité des femmes et le salut du monde
Martine Desjardins parle du Sommet des femmes à Montréal
Banaliser la misogynie, c’est dangereux
Féminisme - Faut-il faire le jeu du "Diviser pour régner" ?
Je suis blanche et vous me le reprochez !
La pensée binaire du féminisme intersectionnel ne peut que mener à l’incohérence
Lutter contre la pauvreté des femmes et la violence des hommes envers elles
"Du pain et des roses" - Le 26 mai 1995, une grande aventure débutait
Portrait des Québécoises en 2015 - L’égalité ? Mon œil !
Je plaide pour un féminisme qui n’essaie pas de s’édulcorer
La Maison de Marthe, première récipiendaire du Prix PDF Québec
Ensemble, réussir la 4ième Marche Mondiale des Femmes ! Tant que toutes les femmes ne seront pas libres, nous resterons en marche !
Des "Déchaînées" aux genoux du patriarcat !
L’intervention féministe intersectionnelle – Troquer un idéal pour une idéologie trompeuse ?
Ce que révèle l’alliance de certains musulmans avec la droite réactionnaire
Au cœur de la division du mouvement féministe québécois : deux visions
Désaccord sur le virage de la Fédération des femmes du Québec
Féminisme islamique - Quand la confusion politique ne profite pas au féminisme
États généraux du féminisme - Des sujets importants écartés : "De qui ou de quoi avons-nous peur ?"
PDF Québec est lancé ! - Une voix pour les droits des femmes
États généraux et FFQ - Un féminisme accusateur source de dissension
Ignorer et défendre la domination masculine : le piège de l’intersectionnalité
Comment les hommes peuvent appuyer le féminisme
Le féminisme contemporain dans la culture porno : ni le playboy de papa, ni le féminisme de maman
Refuser d’être un homme. Pour en finir avec la virilité
Les micro-identités et le "libre choix" érigé en système menacent les luttes féministes
La misogynie n’a pas sa place dans le féminisme
L’écriture équitable - La féminisation des textes est un acte politique
Réfutation de mensonges au sujet d’Andrea Dworkin
Une éducation féministe donne de meilleurs fils
"Rien n’a encore pu me détruire" : entretien avec Catharine A. MacKinnon
France - La mainmise des hommes sur le monde de la radio
États généraux sur le féminisme au Québec/FFQ - Des exclusions fondées sur des motifs idéologiques et des faussetés
Le mouvement des « droits des hommes », la CAFE et l’Université de Toronto
Mensonges patriarcaux - Le mouvement des « droits des hommes » et sa misogynie sur nos campus
Féministes, gare à la dépolitisation ! Les féminismes individualiste et postmoderne
"Les femmes de droite", une oeuvre magistrale d’Andrea Dworkin
"Je suis libre", une incantation magique censée nous libérer des structures oppressives
Trans, queers et libéraux font annuler une conférence féministe radicale à Londres
« Le féminisme ou la mort »
"Des paradis vraiment bizarres" - "Reflets dans un œil d’homme ", un essai de Nancy Huston
Quand les stéréotypes contrôlent nos sens
"Agentivité sexuelle" et appropriation des stratégies sexistes
Cessons de dire que les jeunes femmes ne s’identifient pas au féminisme !
Un grand moment de féminisme en milieu universitaire
Beauté fatale. Les nouveaux visages d’une aliénation féminine
Résistance au sexe en contexte hétérosexuel
La CHI - Un humour dégradant et complice de l’injustice sociale
"Heartbreak", une autobiographie d’Andrea Dworkin
Hockey, suicide et construction sociale de la masculinité
Polémique sur l’enseignement du genre dans les manuels scolaires en France
Le "Gender" à l’américaine - Un verbiage qui noie la réalité du pouvoir patriarcal
2011-2015 - Un plan d’action pour un Québec égalitaire
NousFemmes.org
L’égalité inachevée
Journée internationale des femmes 2011 - Briser le silence sur toutes les formes de sexisme
En France et ailleurs, 2010, une mauvaise année pour les femmes
Ce qu’est le féminisme radical
Polygamie - Le Comité de réflexion sur la situation des femmes immigrées et “racisées” appuie l’avis du CSF
Il y a trois ans, mon cher Léo...
La Fédération des femmes du Québec représente-t-elle toutes les femmes ?
Tout est rentable dans le corps des femmes... pour ceux qui l’exploitent
Incessante tyrannie
Comment le patriarcat et le capitalisme renforcent-ils conjointement l’oppression des femmes ?
Égalité ou différence ? Le féminisme face à ses divisions
Le "gender gap" dans les Technologies de l’information et de la communication
La Marche mondiale des femmes dix ans plus tard
Azilda Marchand : une Québécoise qui fut de tous les combats pour les femmes !
Les hommes proféministes : compagnons de route ou faux amis ?
Prostitution et voile intégral – Sisyphe censuré par le réseau féministe NetFemmes
Regard sur l’égalité entre les femmes et les hommes : où en sommes-nous au Québec ?
Féminisme en ménopause ?
Ce n’est pas la France des NOBELS !
Écarter d’excellentes candidates en médecine ? Inadmissible !
Trois mousquetaires au féminin : Susan B. Anthony, Elizabeth Cady Stanton et Matilda Joslyn Gage
La question des privilèges - Le réalisateur Patric Jean répond à des critiques
Lettre à Patric Jean, réalisateur de "La domination masculine", et à bien d’autres...
Une grande féministe, Laurette Chrétien-Sloan, décédée en décembre 2009
Le travail, tant qu’il nous plaira !
Comme une odeur de misogynie
La patineuse
Invasion du sexisme dans un lycée public
Magazines, anorgasmie et autres dysfonctions
"Toutes et tous ensemble pour les droits des femmes !"
Cent ans d’antiféminisme
MLF : "Antoinette Fouque a un petit côté sectaire"
Des femmes : Une histoire du MLF de 1968 à 2008
Qui est déconnectée ? Réponse à Nathalie Collard
Manifeste du rassemblement pancanadien des jeunes féministes
Pour une Charte des droits des femmes
Andy Srougi perd sa poursuite en diffamation
La lesbienne dans Le Deuxième Sexe
Le livre noir de la condition des femmes
La percée de la mouvance masculiniste en Occident
Procès du féminisme
Humanisme, pédocriminalité et résistance masculiniste
Une critique des pages sur le viol du livre "Le Plaisir de tuer"
Mise au point sur la suspension d’un article critiquant le livre du Dr Michel Dubec
Pour éviter de se noyer dans la (troisième) vague : réflexions sur l’histoire et l’actualité du féminisme radical
L’égalité des femmes au Québec, loin de la coupe aux lèvres !
Je suis féministe !
Écoféminisme et économie
Poursuite contre Barbara Legault et la revue "À Bâbord !" - Mise à jour
Biographie de Léo Thiers-Vidal
Vivement le temps de prendre son temps !
Séances d’information pour le projet d’une Politique d’égalité à la Ville de Montréal
Florence Montreynaud fait oeuvre d’amour et de mémoire
Magazines pour filles, changement de ton !
Un 30e anniversaire de la JIF sous la fronde conservatrice
L’égalité des femmes au Québec est-elle plus qu’une façade ?
Colloque sur Antigone
Prostitution et trafic sexuel - Dossier principal sur Sisyphe.org
Golf : "Gentlemen only, ladies forbidden" ?
Méchant ressac ou KIA raison ?
Dégénération de "Mes aïeux", un engouement questionnant
Les « Gender Studies », un gruyère confortable pour les universitaires
Réflexions "scientifiques" du haut du Mont Grey Lock
Madame, s’il vous plaît !
Annie Leclerc, philosophe
Des arguments de poids...
Pour hommes seulement
Andrea Dworkin ne croit pas que tout rapport sexuel hétéro est un viol
Peau d’Âme ou Beautés désespérées ?
Réflexions et questionnement d’une féministe en mutation
Mais pourquoi est-elle si méchante ?
Le concours « Les Jeudis Seins » s’inscrit dans le phénomène de l’hypersexualisation sociale
Aux femmes qui demandent - sans plus y croire - justice. Qu’elles vivent !
Jeux olympiques 2006 : félicitations, les filles !
7e Grève mondiale des femmes - Le Venezuela donne l’exemple
Évolution des droits des Québécoises et parcours d’une militante
Mes "problèmes de sexe" chez le garagiste !
Brèves considérations autour des représentations contemporaines du corps
OUI à la décriminalisation des personnes prostituées, NON à la décriminalisation de la prostitution
"Femmes, le pouvoir impossible", un livre de Marie-Joseph Bertini
L’AFEAS veut la représentation égalitaire à l’Assemblée nationale du Québec
Elles sont jeunes... eux pas
Dis-moi, « le genre », ça veut dire quoi ?
Quand donc les hommes ont-ils renoncé à la parole ?
Déconstruction du discours masculiniste sur la violence
Les hommes vont mal. Ah bon ?
La face visible d’un nouveau patriarcat
Quelle alternative au patriarcat ?
Le projet de loi du gouvernement Raffarin "relatif à la lutte contre les propos discriminatoires à caractère sexiste et homophobe" est indéfendable
L’influence des groupes de pères séparés sur le droit de la famille en Australie
Victoires incomplètes, avenir incertain : les enjeux du féminisme québécois
Retrouver l’élan du féminisme
Le droit d’éliminer les filles dans l’oeuf ?
Le système patriarcal à la base des inégalités entre les sexes
Des nouvelles des masculinistes
Masculinisme et système de justice : du pleurnichage à l’intimidation
Nouvelle donne féministe : de la résistance à la conquête
Les masculinistes : s’ouvrir à leurs réalités et répondre à leurs besoins
Nouvelles Questions féministes : "À contresens de l’égalité"
S’assumer pour surmonter sa propre violence
Sisyphe, que de rochers il faudra encore rouler !
Coupables...et fières de l’être !
Un rapport de Condition féminine Canada démasque un discours qui nie les inégalités de genre
De la masculinité à l’anti-masculinisme : penser les rapports sociaux de sexe à partir d’une position sociale oppressive
Les courants de pensée féministe
Quelques commentaires sur la domination patriarcale
Chroniques plurielles des luttes féministes au Québec
Qu’il est difficile de partir !
Deux cents participantes au premier rassemblement québécois des jeunes féministes
Le féminisme : comprendre, agir, changer
Le féminisme, une fausse route ? Une lutte secondaire ?
À l’ombre du Vaaag : retour sur le Point G
L’identité masculine ne se construit pas contre l’autre
Les hommes et le féminisme : intégrer la pensée féministe
La misère au masculin
Le Nobel de la paix 2003 à la juriste iranienne Shirin Ebadi
Hommes en désarroi et déroutes de la raison
Le « complot » féministe
Christine de Pisan au coeur d’une querelle antiféministe avant la lettre
Masculinisme et suicide chez les hommes
Le féminisme, chèvre émissaire !
L’autonomie de la FFQ, véritable enjeu de l’élection à la présidence
Les défis du féminisme d’aujourd’hui
Les arguments du discours masculiniste
Nouvelle présidente à la FFQ : changement de cap ?
La stratégie masculiniste, une offensive contre le féminisme
Le discours masculiniste dans les forums de discussion







2005 fut l’occasion pour les antiféministes québécois de se mobiliser sur plusieurs fronts. Le terrain avait été travaillé par des films carburant au mythe de l’homme victime des femmes, comme L’Homme en désarroi de Denise Bombardier et La machine à broyer les hommes de Serge Ferrand, auteur de la bande dessinée misogyne Les Vaginocrates. Dépeignant des hommes à l’identité fissurée et sans pouvoir, ces documentaires ont été diffusés sur les ondes de Radio-Canada. Suivront pendant l’hiver 2005 les mémoires présentés par des masculinistes devant la commission parlementaire étudiant la possible réforme du Conseil du statut de la femme, la parution du livre Échec et mâles de Mathieu-Robert Sauvé, le Congrès Paroles d’Hommes à l’Université de Montréal en avril, les actions directes de Fathers For Justice, dont le blocage du pont Jacques-Cartier et, à l’automne, la proposition d’un conseiller municipal d’instituer à Montréal une Journée de l’homme. L’année s’est terminée en beauté pour ce mouvement, avec un congrès anti-choix organisé par Campagne Québec-Vie, qui milite contre le droit des femmes à l’avortement et à la pilule du lendemain.

À celles et ceux qui se réconfortent en affirmant qu’il s’agit d’un phénomène marginal de peu d’influence, il convient de rappeler l’évidence : ce mouvement réactionnaire se déploie dans des lieux officiels et reçoit l’appui de politiciens fédéraux, provinciaux et municipaux, d’universitaires, d’intellectuels et de figures religieuses qui participent activement à ce mouvement. Ce discours antiféministe résonne à l’Université, à la télévision d’État, en commission parlementaire et à l’Hôtel de Ville. Ce n’est pas là le signe d’un phénomène marginal.

S’il n’y avait que cette présence visible dans des lieux d’influence… C’est sans compter l’agitation permanente sur des sites Internet consacrés au ressentiment de pères séparés, l’envoi massif de messages antiféministes dans des forums électroniques de discussion et le harcèlement individuel, incluant des menaces de mort adressées à des figures emblématiques du mouvement féministe. Il convient ici de mentionner le cas de Donald Doyle, reconnu coupable le 21 novembre de menaces de mort à l’endroit de groupes de femmes et d’entreposage hors normes de deux carabines et de munitions à son domicile. Les lettres envoyées aux femmes par Doyle se concluaient par cette phrase lourde de menace : « La réincarnation de Marc Lépine, je vais revenir et finir ce que j’ai commencé », et suivait une liste de 26 noms (25 femmes, un homme) de cibles potentielles. À toute cette agitation, il faut ajouter la multitude de discussions informelles entre hommes qui laissent aller leur grogne contre les femmes qui les ont blessés, et contre les féministes « extrémistes » par effet de généralisation simpliste.

Le mouvement masculiniste adopte un discours à la fois conservateur et réactionnaire : conservateur, parce qu’il espère bloquer toute nouvelle avancée de l’émancipation des femmes, réactionnaire parce qu’il valorise des valeurs qui semblent relever d’un passé qui aurait été caractérisé par une harmonie entre les hommes et les femmes. Ce mouvement valorise une conception de l’identité masculine très traditionnelle, c’est-à-dire fondée sur la force, l’action, la compétitivité, si bien que l’on pourrait parler d’un mouvement « musculiniste », en raison de cette ode à la virilité. Dans son livre Échecs et mâles, par exemple, Mathieu-Robert Sauvé se désole qu’il n’y aurait pas dans le cinéma québécois aujourd’hui d’« authentiques héros » tenant « sans complexe un rôle de protecteur courageux ». Son modèle d’homme qu’il appelle de ses vœux pour refonder l’identité masculine, selon lui, si mal menée : James Bond, Daniel Boone et des acteurs comme Alain Delon, Jean-Paul Belmondo, Lino Ventura, John Wayne, Sylvester Stallone, Arnold Schwarzenegger « et autres supergéniteurs » qui « ont contribué à renforcer l’image gagnante des justiciers ». Bref, des « héros agissants », « des hommes surpuissants ».

Le paradoxe, c’est qu’il n’y a nul besoin d’être « réactionnaire » et de rêver au passé pour retrouver une identité masculine valorisant la force, l’action et la compétitivité. Aujourd’hui encore, la domination des hommes dans notre société crève les yeux de qui sait regarder là où se concentre le pouvoir politique, économique et culturel : on retrouve uniquement des hommes ou presque à la tête des États, des provinces, des villes, des banques et grandes compagnies privées, des universités, des entreprises médiatiques et culturelles, des armées et des corps de police, des Églises de diverses religions. L’homme ne manque pas de modèles d’« hommes superpuissants », bien au contraire. Dès notre plus jeune âge, nous les hommes sommes encore fortement socialisés à valoriser la force, l’action, la compétition et la domination. Et nous sommes tous à notre manière des musculinistes à un moment ou un autre dans notre vie publique et privée. Nous - moi y compris - profitons collectivement des privilèges dont jouissent les hommes en tant que classe dominante.

Malgré l’inégalité patente qui désavantage les femmes, les mâles dominants cherchent à ronger la marge de liberté et d’égalité que les féministes ont arrachée aux hommes de haute lutte. De vieux arguments refont surface : il faut sauver la nation en péril face au déclin démographique et à la menace chinoise, contrer l’influence indue que les femmes exerceraient en coulisse (dans les garderies et à l’école primaire ou dans les téléromans, par exemples), revitaliser des valeurs traditionnelles qui stabilisent la société. L’histoire n’avance pas à sens unique : les droits se perdent comme ils se gagnent. La bourrasque antiféministe doit nous le rappeler. Même en position si évidemment privilégiée, les dominants aiment se draper dans le rôle de la victime quand des dominées exigent des droits et un peu d’égalité. Le drame personnel d’un dominant - un échec scolaire, un divorce qui finit mal - est facilement érigé en preuve d’une crise de civilisation, en crime de lèse-majesté.

C’est que l’identité masculine, aujourd’hui encore, se conjugue très mal avec l’échec - un homme est un gagnant, par définition. Un échec personnel d’un homme face à une femme est suffisant pour le rendre aveugle à tous les échecs et les affronts que vivent face aux hommes tant de femmes au Québec, et ailleurs. C’est que perdre, surtout face à une femme, reste l’ultime affront pour un homme dont la masculinité le définit précisément comme supérieur à la femme.

Francis Dupuis-Déri, associé au Centre de recherche en éthique de l’Université de Montréal.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 11 décembre 2005.


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Francis Dupuis-Déri, chercheur et professeur de science politique

Francis Dupuis-Déri est chercheur et professeur de science politique. Après avoir fait de la recherche au Département de science politique du Massachusetts Institute of Technology (Boston), il est maintenant professeur à l’Université du Québec à Montréal.



Plan-Liens Forum

  • > excellent aperçu !
    (1/4) 19 décembre 2005 , par

  • Les masculinistes plus présents que jamais !
    (2/4) 17 décembre 2005 , par

  • 2005, l’année de l’homme au Québec ?
    (3/4) 17 décembre 2005 , par

  • C’est toujours l’année de l’homme !
    (4/4) 12 décembre 2005 , par





  • > excellent aperçu !
    19 décembre 2005 , par   [retour au début des forums]

    Excellent aperçu d’éléments publics qui sont de bons exemples de la domination masculine et excellente initiative que ce bilan de l’année. J’y ajouterais deux éléments : 1) création officielle au Ministère de la santé et des services sociaux d’un poste de responsable à la condition masculine ; c’est une avancée significative pour les masculinistes et une attaque de plus contre le mouvement des femmes ; 2) la parution du volume de Richard Cloutier, « Les vulnérabilités masculines » qui risque d’empoisonner une génération d’apprentiEs psychologues dans les universités, ce qui n’est pas peu dire dans un contexte où cette discipline a le vent dans les voiles...

    • Excellent aperçu !
      21 décembre 2005 , par
        [retour au début des forums]
      > excellent aperçu !

      C’est plutôt décourageant comme bilan. Je ne comprends pas que des hommes veulent s’arroger "une condition masculine", ça me dépasse. Mais, il est vrai que plusieurs ont de sérieux problèmes : violence, violence dans les tentatives de suicide qui fait grimper ce taux pour les hommes, détresse, etc. Les femmes sont les grandes victimes du patriarcat mais s’il n’y a pas prise de conscience des hommes le processus de libération est voué à l’échec. Ils doivent prendre conscience de l’exploitation des femmes ... et de leur détresse, non ?

      Comment pensez-vous que ces hommes pourraient être aidés en dehors des deux exemples que vous donnez ?

      [Répondre à ce message]

      • > Chère internaute
        30 décembre 2005 , par
          [retour au début des forums]

        Chère internaute,
        c’est une drôle lecture de la réalité, je trouve, que de dire que ce sont les hommes qui ont des « sérieux problèmes » avec la violence, alors qu’on sait que ce sont les femmes qui en sont victimes. Par ailleurs, les tentatives de suicide sont un problème de société, pas des hommes en particulier. Quant à la « détresse » des hommes, il s’agit à mon avis d’une fabrication masculiniste, souvent reprise dans les médias, mais que la réalité ne confirme pas.
        Comment les aider ? Personnellement, ma perspective est conflictuelle et les avancés se font par des luttes ... il s’agirait peut-être de les brasser un peu, au sens figuré bien sûr !

        [Répondre à ce message]

    Les masculinistes plus présents que jamais !
    17 décembre 2005 , par   [retour au début des forums]
    > 2005, l’année de l’homme au Québec

    Depuis deux semaines dans "Le Soleil", on a la preuve de la présence très marquée de ces "musculinistes". Dans un commentaire, Monsieur Jacques Noël, énumurait un nombre de femmes faisant carrière dans les médias, en leur donnant, en plus une connotation qualitative pafois même raciste. Je n’ai pas compris l’intérêt du "Soleil" de publier ce commentaire sexite, misogyne. S’ennuit-il de Jeff Fillion ? Veut-il remplacer CHOI ?

    Quelques jours plus tard, en réponse aux nombreuses lettres de femmes et de groupes de femmes répliquant à Jacques Noël, c’était au tour de Monsieur André Gélinas de se plaindre de ces répliques affirmant qu’il n’y avait jamais lieu de critiquer les femmes. Monsieur Gélinas déplorait la loi de la discrimination positive envers les femmes, ces femmes n’ayant pas eu leur poste au mérite, dit-il. Monsieur Gélinas est inconscient 1) de la discrimination positive subtile envers les hommes 2) est inconscient de la discrimination négative subtile, consciente ou non, envers les femmes 3) que les choix d’employé-e-s se font toujours au mérite.

    De quoi ces hommes ont-ils peur ? Dans les 70 la peur était à l’invasion par les extra-terrestres. Dans les dernières années, les femmes ayant accumulé des gains, certains hommes ont-ils peur de l’envahissement des femmes ? On dirait bien.

    • > Les masculinistes plus présents que jamais !
      20 décembre 2005 , par
        [retour au début des forums]

      Les hommes, comme je le dis plus bas, voient les femmes comme des concurrentes dés qu’elles se défendent d’être comme ils le pensent, parce qu’ils sont habitués à la compétion entre eux. Leurs réactions bien que primaires sont donc habituelles sinon "normales", ce qui est grave c’est que des mouvements réactionnaires (religieux, pro-life, etc.) leur emboîtent le pas.

      Le monde est fait "par" les hommes "pour" les hommes comme il est fait pour les personnes valides ou les droitiers. Il faut appartenir à l’autre catégorie (femme, handicapés, gauchers, etc.) dont l’expresion est muselée, pour s’en rendre compte. Les hommes sont donc "naturellement" inconscients : le monde est fait pour eux.

      Les média sont généralement ultra ccnservateurs même quand ils prétendent être de gauche.
      Par exemple "Le Nouvel Observateur" en France taxe Ségolène Royal de "Jack Lang en jupons". Dirait-on d’un homme que c’est "une Ségolène Royal en pantalons" ?
      Sur RTL, une femme (!) ose poser la question "Qui va garder les enfants ?" dans le couple Royal-Hollande, parce que leur mère prétend faire de la politique. Devrait-elle plutôt garder ses enfants comme le fait "toute bonne mère" ?

      Le féminisme demeurera par conséquent toujours indispensable !

      [Répondre à ce message]

    2005, l’année de l’homme au Québec ?
    17 décembre 2005 , par   [retour au début des forums]

    Je serais un peu moins pessimiste, sans doute, que l’auteur de cet article. Les choses progressent comme le montrent les élections d’Angela Merkel en Allemagne ou de Ellen Johnson Sirleaf au Liberia, mais c’est vrai que cela va trop lentement, que cela se heurte à des résistances multiples et que rien n’est jamais définitivement acquis.

    Les mâles de l’espèce humaine sont habitués à la compétition comme dans toutes les espèces et ils voient les femmes comme des concurrentes qu’il faudrait, dans leur esprit primaire, éliminer. Cela ne serait pas grave et prèterait même à sourire, si d’une part, il ne s’agissait pas parfois d’individus très violents et si d’autre part, des mouvements réactionnaires comme religieux par exemple, ne venaient les "soutenir" et amplifier leurs réactions primaires.

    La plus grande vigilance reste malheusement, par conséquent, absolument nécessaire.

    • Au Québec justement
      17 décembre 2005 , par
        [retour au début des forums]

      Vous parlez de l’ascension des femmes en politique ailleurs, mais l’auteur parle de la situation au Québec. Et l’exemple récent de la course à la direction du PQ confirme ses propos. On ne veut pas de femmes à la tête des partis au Québec, c’est évident, même quand elles sont ultra-expérimentées et plus compétentes que leurs concurrents masculins. On trouve toute sorte de motifs pour camouffler ce refus des femmes au pouvoir - la société veut des changements, une nouvelle génération, la candidate est ceci, est cela. Le véritable changement, ce serait justement de confier la direction d’un parti et d’un gouvernement à une femme et de voir ce qu’elle peut apporter de nouveau. Sur ce plan, nous sommes moins avancés que certains pays du tiers-monde.

      [Répondre à ce message]

      • > Au Québec justement
        19 décembre 2005 , par
          [retour au début des forums]

        J’ai bien compris que c’était du QUEBEC que parlait l’auteur, mais je crois qu’il faut avoir une vision mondiale : l’ascencion politique des femmes est un mouveent irrésitible (heureusement !(Cf le Chili) et il faudra bien que les "mâles" qui mènent un combat d’arrière-garde dans tous les pays s’y fassent.

        Cependant, ce n’est facile nulle part (Cf la candidature de Ségolène Royal en France ) et le mouvement féministe est plus que jamais nécessaire

        [Répondre à ce message]

    C’est toujours l’année de l’homme !
    12 décembre 2005 , par   [retour au début des forums]
    > 2005, l’année de l’homme au Québec

    Quel texte ! Bravo ! pour cette analyse des "musculinistes" ! Elle nous aide à comprendre l’infiltration, souvent subtile, de leur "idéaux".

    La très grande tristesse que plusieurs éprouvent de la perte de l’homme "superhéros" est représentative de leur difficulté à vivre l’égalité avec les femmes.


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2005
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin