| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






jeudi 31 janvier 2013

Mensonges patriarcaux - Le mouvement des « droits des hommes » et sa misogynie sur nos campus

par Michael Laxer, libraire et collaborateur de Rabble.ca






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Lorraine Pagé trace un tableau de la situation des femmes dans le monde
Sexisme politique, sexe social
Révolution féministe : site féministe universaliste et laïc
Il faut abolir les prisons pour femmes
Le féminisme islamique est-il un pseudo-féminisme ?
Pour un féminisme pluriel
Cachez-moi ce vilain féminisme
Féminisme - Le Groupe des treize veut rencontrer la ministre à la Condition féminine Lise Thériault
Combattre le patriarcat pour la dignité des femmes et le salut du monde
Martine Desjardins parle du Sommet des femmes à Montréal
Banaliser la misogynie, c’est dangereux
Féminisme - Faut-il faire le jeu du "Diviser pour régner" ?
Je suis blanche et vous me le reprochez !
La pensée binaire du féminisme intersectionnel ne peut que mener à l’incohérence
Lutter contre la pauvreté des femmes et la violence des hommes envers elles
"Du pain et des roses" - Le 26 mai 1995, une grande aventure débutait
Portrait des Québécoises en 2015 - L’égalité ? Mon œil !
Je plaide pour un féminisme qui n’essaie pas de s’édulcorer
La Maison de Marthe, première récipiendaire du Prix PDF Québec
Ensemble, réussir la 4ième Marche Mondiale des Femmes ! Tant que toutes les femmes ne seront pas libres, nous resterons en marche !
Des "Déchaînées" aux genoux du patriarcat !
L’intervention féministe intersectionnelle – Troquer un idéal pour une idéologie trompeuse ?
Ce que révèle l’alliance de certains musulmans avec la droite réactionnaire
Au cœur de la division du mouvement féministe québécois : deux visions
Désaccord sur le virage de la Fédération des femmes du Québec
Féminisme islamique - Quand la confusion politique ne profite pas au féminisme
États généraux du féminisme - Des sujets importants écartés : "De qui ou de quoi avons-nous peur ?"
PDF Québec est lancé ! - Une voix pour les droits des femmes
États généraux et FFQ - Un féminisme accusateur source de dissension
Ignorer et défendre la domination masculine : le piège de l’intersectionnalité
Comment les hommes peuvent appuyer le féminisme
Le féminisme contemporain dans la culture porno : ni le playboy de papa, ni le féminisme de maman
Refuser d’être un homme. Pour en finir avec la virilité
Les micro-identités et le "libre choix" érigé en système menacent les luttes féministes
La misogynie n’a pas sa place dans le féminisme
L’écriture équitable - La féminisation des textes est un acte politique
Réfutation de mensonges au sujet d’Andrea Dworkin
Une éducation féministe donne de meilleurs fils
"Rien n’a encore pu me détruire" : entretien avec Catharine A. MacKinnon
France - La mainmise des hommes sur le monde de la radio
États généraux sur le féminisme au Québec/FFQ - Des exclusions fondées sur des motifs idéologiques et des faussetés
Le mouvement des « droits des hommes », la CAFE et l’Université de Toronto
Féministes, gare à la dépolitisation ! Les féminismes individualiste et postmoderne
"Les femmes de droite", une oeuvre magistrale d’Andrea Dworkin
"Je suis libre", une incantation magique censée nous libérer des structures oppressives
Trans, queers et libéraux font annuler une conférence féministe radicale à Londres
« Le féminisme ou la mort »
"Des paradis vraiment bizarres" - "Reflets dans un œil d’homme ", un essai de Nancy Huston
Quand les stéréotypes contrôlent nos sens
"Agentivité sexuelle" et appropriation des stratégies sexistes
Cessons de dire que les jeunes femmes ne s’identifient pas au féminisme !
Un grand moment de féminisme en milieu universitaire
Beauté fatale. Les nouveaux visages d’une aliénation féminine
Résistance au sexe en contexte hétérosexuel
La CHI - Un humour dégradant et complice de l’injustice sociale
"Heartbreak", une autobiographie d’Andrea Dworkin
Hockey, suicide et construction sociale de la masculinité
Polémique sur l’enseignement du genre dans les manuels scolaires en France
Le "Gender" à l’américaine - Un verbiage qui noie la réalité du pouvoir patriarcal
2011-2015 - Un plan d’action pour un Québec égalitaire
NousFemmes.org
L’égalité inachevée
Journée internationale des femmes 2011 - Briser le silence sur toutes les formes de sexisme
En France et ailleurs, 2010, une mauvaise année pour les femmes
Ce qu’est le féminisme radical
Polygamie - Le Comité de réflexion sur la situation des femmes immigrées et “racisées” appuie l’avis du CSF
Il y a trois ans, mon cher Léo...
La Fédération des femmes du Québec représente-t-elle toutes les femmes ?
Tout est rentable dans le corps des femmes... pour ceux qui l’exploitent
Incessante tyrannie
Comment le patriarcat et le capitalisme renforcent-ils conjointement l’oppression des femmes ?
Égalité ou différence ? Le féminisme face à ses divisions
Le "gender gap" dans les Technologies de l’information et de la communication
La Marche mondiale des femmes dix ans plus tard
Azilda Marchand : une Québécoise qui fut de tous les combats pour les femmes !
Les hommes proféministes : compagnons de route ou faux amis ?
Prostitution et voile intégral – Sisyphe censuré par le réseau féministe NetFemmes
Regard sur l’égalité entre les femmes et les hommes : où en sommes-nous au Québec ?
Féminisme en ménopause ?
Ce n’est pas la France des NOBELS !
Écarter d’excellentes candidates en médecine ? Inadmissible !
Trois mousquetaires au féminin : Susan B. Anthony, Elizabeth Cady Stanton et Matilda Joslyn Gage
La question des privilèges - Le réalisateur Patric Jean répond à des critiques
Lettre à Patric Jean, réalisateur de "La domination masculine", et à bien d’autres...
Une grande féministe, Laurette Chrétien-Sloan, décédée en décembre 2009
Le travail, tant qu’il nous plaira !
Comme une odeur de misogynie
La patineuse
Invasion du sexisme dans un lycée public
Magazines, anorgasmie et autres dysfonctions
"Toutes et tous ensemble pour les droits des femmes !"
Cent ans d’antiféminisme
MLF : "Antoinette Fouque a un petit côté sectaire"
Des femmes : Une histoire du MLF de 1968 à 2008
Qui est déconnectée ? Réponse à Nathalie Collard
Manifeste du rassemblement pancanadien des jeunes féministes
Pour une Charte des droits des femmes
Andy Srougi perd sa poursuite en diffamation
La lesbienne dans Le Deuxième Sexe
Le livre noir de la condition des femmes
La percée de la mouvance masculiniste en Occident
Procès du féminisme
Humanisme, pédocriminalité et résistance masculiniste
Une critique des pages sur le viol du livre "Le Plaisir de tuer"
Mise au point sur la suspension d’un article critiquant le livre du Dr Michel Dubec
Pour éviter de se noyer dans la (troisième) vague : réflexions sur l’histoire et l’actualité du féminisme radical
L’égalité des femmes au Québec, loin de la coupe aux lèvres !
Je suis féministe !
Écoféminisme et économie
Poursuite contre Barbara Legault et la revue "À Bâbord !" - Mise à jour
Biographie de Léo Thiers-Vidal
Vivement le temps de prendre son temps !
Séances d’information pour le projet d’une Politique d’égalité à la Ville de Montréal
Florence Montreynaud fait oeuvre d’amour et de mémoire
Magazines pour filles, changement de ton !
Un 30e anniversaire de la JIF sous la fronde conservatrice
L’égalité des femmes au Québec est-elle plus qu’une façade ?
Colloque sur Antigone
Prostitution et trafic sexuel - Dossier principal sur Sisyphe.org
Golf : "Gentlemen only, ladies forbidden" ?
Méchant ressac ou KIA raison ?
Dégénération de "Mes aïeux", un engouement questionnant
Les « Gender Studies », un gruyère confortable pour les universitaires
Réflexions "scientifiques" du haut du Mont Grey Lock
Madame, s’il vous plaît !
Annie Leclerc, philosophe
Des arguments de poids...
Pour hommes seulement
Andrea Dworkin ne croit pas que tout rapport sexuel hétéro est un viol
Peau d’Âme ou Beautés désespérées ?
Réflexions et questionnement d’une féministe en mutation
Mais pourquoi est-elle si méchante ?
Le concours « Les Jeudis Seins » s’inscrit dans le phénomène de l’hypersexualisation sociale
Aux femmes qui demandent - sans plus y croire - justice. Qu’elles vivent !
Jeux olympiques 2006 : félicitations, les filles !
7e Grève mondiale des femmes - Le Venezuela donne l’exemple
Évolution des droits des Québécoises et parcours d’une militante
2005, l’année de l’homme au Québec
Mes "problèmes de sexe" chez le garagiste !
Brèves considérations autour des représentations contemporaines du corps
OUI à la décriminalisation des personnes prostituées, NON à la décriminalisation de la prostitution
"Femmes, le pouvoir impossible", un livre de Marie-Joseph Bertini
L’AFEAS veut la représentation égalitaire à l’Assemblée nationale du Québec
Elles sont jeunes... eux pas
Dis-moi, « le genre », ça veut dire quoi ?
Quand donc les hommes ont-ils renoncé à la parole ?
Déconstruction du discours masculiniste sur la violence
Les hommes vont mal. Ah bon ?
La face visible d’un nouveau patriarcat
Quelle alternative au patriarcat ?
Le projet de loi du gouvernement Raffarin "relatif à la lutte contre les propos discriminatoires à caractère sexiste et homophobe" est indéfendable
L’influence des groupes de pères séparés sur le droit de la famille en Australie
Victoires incomplètes, avenir incertain : les enjeux du féminisme québécois
Retrouver l’élan du féminisme
Le droit d’éliminer les filles dans l’oeuf ?
Le système patriarcal à la base des inégalités entre les sexes
Des nouvelles des masculinistes
Masculinisme et système de justice : du pleurnichage à l’intimidation
Nouvelle donne féministe : de la résistance à la conquête
Les masculinistes : s’ouvrir à leurs réalités et répondre à leurs besoins
Nouvelles Questions féministes : "À contresens de l’égalité"
S’assumer pour surmonter sa propre violence
Sisyphe, que de rochers il faudra encore rouler !
Coupables...et fières de l’être !
Un rapport de Condition féminine Canada démasque un discours qui nie les inégalités de genre
De la masculinité à l’anti-masculinisme : penser les rapports sociaux de sexe à partir d’une position sociale oppressive
Les courants de pensée féministe
Quelques commentaires sur la domination patriarcale
Chroniques plurielles des luttes féministes au Québec
Qu’il est difficile de partir !
Deux cents participantes au premier rassemblement québécois des jeunes féministes
Le féminisme : comprendre, agir, changer
Le féminisme, une fausse route ? Une lutte secondaire ?
À l’ombre du Vaaag : retour sur le Point G
L’identité masculine ne se construit pas contre l’autre
Les hommes et le féminisme : intégrer la pensée féministe
La misère au masculin
Le Nobel de la paix 2003 à la juriste iranienne Shirin Ebadi
Hommes en désarroi et déroutes de la raison
Le « complot » féministe
Christine de Pisan au coeur d’une querelle antiféministe avant la lettre
Masculinisme et suicide chez les hommes
Le féminisme, chèvre émissaire !
L’autonomie de la FFQ, véritable enjeu de l’élection à la présidence
Les défis du féminisme d’aujourd’hui
Les arguments du discours masculiniste
Nouvelle présidente à la FFQ : changement de cap ?
La stratégie masculiniste, une offensive contre le féminisme
Le discours masculiniste dans les forums de discussion







J’ai rencontré le mouvement masculiniste canadien (dit des « droits des hommes ») en personne lors de mon passage à Peterborough (Ontario) en novembre dernier.

Je m’y étais rendu avec quelques amis et collègues, partant de Toronto, tôt le matin, pour assister à l’assemblée décisionnelle des politiques du Parti socialiste de l’Ontario, qui se tenait à l’Université Trent. Nous y attendait la panoplie habituelle d’affiches qui constellent les couloirs de n’importe quelle université, dont des dizaines d’affiches pour une nouvelle organisation présente sur le campus : l’« Association de sensibilisation aux problèmes des hommes ».

Ces affiches étaient simplistes d’allure et de contenu. On y lançait diverses allégations, totalement hors contexte, qui, pour faire court, tentaient de démontrer que non seulement les femmes n’étaient plus victimes de la moindre inégalité systémique, mais aussi que la discrimination avait maintenant changé de camp, que c’étaient les problèmes des hommes qui étaient « ignorés » et que c’étaient maintenant les hommes qui subissaient prétendument de la discrimination. On alléguait même que cette « discrimination » était tenue pour négligeable en raison de l’influence du féminisme dans notre société.

Ces prétentions sont bien sûr absurdes, un point sur lequel je reviendrai. Cependant, leur stupidité elle-même a eu pour effet de m’amener à prendre à la légère les groupes à l’origine de cette campagne d’affichage. C’est une erreur. Le « mouvement des droits des hommes » doit être pris très au sérieux, et bon nombre de ses adeptes et de ses principes sont très dangereux.

La Canadian Association for Equality

L’organisation qui téléguide ce genre de campagne menée sur les campus est la Canadian Association for Equality (CAFE). La CAFE est un groupe intéressant qui mérite un examen plus approfondi. Ses membres mènent depuis quelque temps une campagne agressive de recrutement sur les campus et l’association affiche déjà plusieurs groues affiliés dans des universités canadiennes.

Le principe de base de la CAFE est très simple : les hommes se heurtent aujourd’hui à des obstacles réels et fondamentaux à « l’égalité » et ils sont tout autant que les femmes empêchés de participer pleinement à la société. Spécifiquement, la CAFE prétend que cela est dû à la « misandrie », qu’ils allèguent être l’équivalent de la misogynie. On comprendra que cette misandrie est la prétendue « haine » à l’égard des hommes qui serait en train de devenir courante dans notre société.

CAFE se présente sous un jour non extrémiste. Elle se dit favorable à la mouvance LGBT et nous assure que son mandat est de « réaliser l’égalité pour tous les Canadiens – hommes, femmes, filles et garçons ». Elle affirme ne pas s’opposer au féminisme, en tant que tel, mais dit plutôt « avoir l’impression que la population doit être informée de l’existence et du détail des « Problèmes des Hommes » et du fait que ces problèmes ne sont pas isolés, mais plutôt reliés entre eux et faisant partie intégrante d’un vaste pattern social de discrimination, d’ignorance et de politiques sociales nuisibles qui, de bien des façons, désavantagent les garçons et les hommes ».

En d’autres termes, les hommes seraient victimes de discrimination, eux aussi.

Cette organisation ne ménage pas ses efforts pour se présenter comme incluant également des femmes. Elle a des vidéos de conférencières, a donné la parole lors de leurs activités publiques à des « lumières » comme Barbara Kay du National Post, et sa liste d’« Advisory Fellows » inclut deux femmes, y compris, apparemment, une « chargée de cours et coordonnatrice de recherche » au Département de sociologie de l’Université de Trent, dont le « travail a débuté par une exploration du “trouble” psychologique de dysmorphie musculaire, qu’elle a reconceptualisé comme une exploration sociologique de la connexion entre la masculinité et la muscularité ».

Mais même dans cette tentative on ne peut plus « grand public » de recruter des hommes et des femmes sur les campus, les mensonges et les distorsions font immédiatement surface.

La CAFE, dont la principale activité est l’activisme en milieu universitaire, a un « bulletin » que l’on peut télécharger pour distribution à ses camarades de classe.

On y trouve diverses affirmations, dont certaines particulièrement absurdes, des commentaires du genre « En dehors de quelques magazines traitant de santé et de bonne forme physique masculine, il n’existe pas grand-chose en termes de sensibilisation à la santé des hommes. Tout le monde semble avoir dans sa vie des hommes qui éprouvent des problèmes de santé. Mais bien peu semblent disposer d’outils et de connaissances quand il s’agit de relever les défis liés à la santé des hommes. » Ceci est apparemment dû au fait que les hommes travaillent très dur à des travaux que les femmes ne sont pas censés exercer, comme ils le prétendent ensuite.

Le problème est que ces enjeux ont en fait été longuement étudiés (et oui, les gars, il existe de nombreux magazines et publications entièrement consacrées à la santé des hommes) et que des mouvements entiers, tels le mouvement syndical, ont été fondés pour aborder ces questions et pour lutter au nom de ces hommes prétendument « oubliés ». En d’autres termes, il s’agit d’enjeux qui n’ont rien à voir avec le sexe, mais plutôt avec la classe et les conditions de travail. Si la CAFE se souciait réellement de meilleures conditions de travail pour les travailleurs de sexe masculin, elle les encouragerait à adhérer à des syndicats et à une fédération syndicale comme le Congrès du travail du Canada.

Le suicide

Certaines prétentions sont encore plus spécieuses. Ce bulletin insiste beaucoup – et c’est un thème auquel l’organisation revient encore et encore dans sa propagande – sur un prétendu « écart de suicide » censé démontrer que les hommes font face à de plus grandes pressions sociales que les femmes. On écrit ainsi que « les hommes se tuent trois fois plus souvent que les femmes dans toutes les catégories d’âge, mais le taux de suicide est particulièrement élevé pour les hommes dans l’adolescence et dans la vingtaine ».

Cette statistique est vraie mais elle semble beaucoup moins révélatrice d’un système lorsqu’on se rend compte que, selon l’Association canadienne de santé mentale, « les femmes font cependant 3 à 4 fois plus de tentatives de suicide que les hommes, et leur taux d’hospitalisation dans les hôpitaux généraux pour tentative de suicide est 1,5 fois celui des hommes. Des recherches indiquent une corrélation significative entre les antécédents d’abus sexuels et le nombre de tentatives de suicide faites au cours d’une vie, et cette corrélation est deux fois plus forte pour les femmes que pour les hommes. »

Comme pour beaucoup d’autres de leurs prétentions, c’est une distorsion.

Intimidation à l’école

Ils affirment également, avec une certaine hypocrisie, que les garçons souffrent plus d’intimidation que les filles. Ils en citent pour preuve l’Étude sur la sécurité à l’école menée par l’Association canadienne de santé publique (ACSP).

Pourtant, quand on lit cette étude, elle relate tout à fait autre chose que ce qu’en dit la CAFE.

Pour ce qui est du harcèlement des lesbiennes, gays, bisexuels et transgenre (LBGT), « en termes de proportions, les garçons étaient significativement plus susceptibles que les filles de subir cette forme de harcèlement, et ils identifiaient des groupes d’autres garçons comme les agresseurs dans la plupart des cas. Les groupes de garçons étaient aussi plus susceptibles de victimiser les filles de cette manière, même si les victimes de sexe féminin signalaient que les agresseurs étaient d’autre filles dans le quart des cas. »

En outre, cette étude nous apprend que « un élève sur treize a déclaré avoir subi environ une fois par semaine à l’école une remarque désagréable ou grossière à propos de son corps. Dans la majorité de ces incidents, les garçons ont été identifiés comme étant les agresseurs des victimes masculines et féminines, et les jeunes filles ont été beaucoup plus nombreuses que les garçons à signaler des cas de harcèlement. »

Franchement, ces données modifient complètement l’allure de leur « exposé ». La réalité est, comme nous le savons toutes et tous, que les hommes et les garçons sont les agresseurs dans l’immense majorité de ces incidents d’intimidation.

Et, à ce titre, ce problème en demeure un de violence et d’agression par des hommes et des garçons dans un régime patriarcal, un problème qui relève bien peu des femmes, sinon qu’elles en sont les principales victimes !

De plus, le fait que des garçons et des hommes sont les victimes de la violence des garçons et des hommes ne veut pas dire qu’ils sont victimes de quoi que ce soit d’autre que de l’agression masculine et des notions patriarcales de ce qui constitue la sexualité masculine.

Les gens de la CAFE minimisent également l’importance de l’inégalité des femmes en général. Ils lancent des allégations sur la montée des femmes dans les universités et les professions libérales, mais ne disent rien du fait que les femmes continuent de gagner, lorsqu’elles sont salariées à temps plein, près de 30 pour cent de moins que les hommes dans leur ensemble, et qu’elles gagnent moins de l’heure pour des emplois comparables dans presque toutes les professions étudiées au Canada.

Les clones de la CAFE

Alors que la CAFE joue le rôle de façade « modérée » pour l’activisme des « droits des hommes », les groupes qui en émanent ne mettent pas de gants. Ces organisations se montrent carrément extrémistes et anti-femmes, se servant des affiches et de la propagande que nous avons vues à Peterborough, et que la CAFE prend bien soin de ne pas afficher sur son site.

Le groupe Toronto Men’s Meetup est plus révélateur de ce dont il retourne en réalité.

Dès les premières lignes de la page d’accueil de son site*, e groupe ment avec des assertions comme, « Les hommes et les femmes s’infligent la violence conjugale à des taux à peu près égaux (pour chaque niveau de gravité), et pourtant il n’existe qu’un refuge destiné aux hommes dans tout le Canada. »

Cet argument fonctionne bien au plan de la propagande, mais il est faux. En fait, bien sûr, la violence masculine contre les femmes est considérablement plus élevée, et, comme le prouve Statistique Canada, au niveau ultime de « gravité », à savoir le meurtre, les hommes tuent leurs partenaires féminines à un taux bien supérieur à deux fois l’inverse.

Mais même à de faibles « niveaux de gravité », ce que les masculinistes affirment est tout simplement faux. Comme l’a indiqué Statistique Canada dans une étude toute récente, publiée en mai dernier : « Lorsqu’on examine les taux, on constate que le risque d’être victime d’une affaire de violence familiale déclarée par la police était plus du double chez les filles et les femmes que chez les garçons et les hommes (407 pour 100 000 par rapport à 180 pour 100 000). Ce risque accru chez les filles et les femmes s’appliquait quel que soit l’âge, mais il était plus marqué chez celles qui avaient entre 25 et 34 ans (graphique 1.3). Les femmes de ce groupe d’âge étaient plus de trois fois plus susceptibles que les hommes du même âge d’être victimes de violence familiale (709 pour 100 000 par rapport à 216 pour 100 000 habitants). Le risque accru de violence familiale chez les personnes de sexe féminin peut s’expliquer en majeure partie par leur représentation plus élevée parmi les victimes de violence conjugale. Les femmes de 15 ans et plus constituaient 81% de toutes les victimes de violence conjugale. »(1)

En outre, quand il s’agit de violence sexuelle, il n’y a tout simplement aucune comparaison. Selon Statistique Canada, « lorsque l’on examine les types particuliers d’infractions sexuelles, les données de la police indiquent que les différences dans les taux de victimisation entre les femmes et les hommes étaient également importantes pour toutes les catégories d’agression sexuelle. » En outre, « Bien qu’un nombre disproportionné de femmes soient les victimes d’infractions sexuelles, c’est aussi un nombre disproportionné d’hommes qui sont les auteurs présumés. Selon les données déclarées par la police en 2007, 97% des auteurs présumés d’une infraction sexuelle étaient de sexe masculin, ce qui est supérieur à la représentation des personnes de sexe masculin parmi les auteurs présumés dans tous les autres types de crimes violents (78%). »(2) En d’autres termes, les femmes et les filles sont beaucoup plus susceptibles d’être victimes d’agression sexuelle, et même lorsque les hommes et les garçons sont les victimes, ils sont en très grande majorité victimes d’autres hommes.

Les masculinistes ajoutent à leurs prétentions des sophismes comme celui-ci : « Alors que la mutilation génitale féminine est considérée comme une violation des droits humains par les Nations Unies, la mutilation génitale masculine est appuyée par des médecins et des éthiciens et elle est souvent la base de moqueries à la télévision ». Mais cela aussi est faux. Quoi qu’on puisse penser de la circoncision, elle est, elle aussi, un effet du patriarcat et de traditions et rituels sociaux et religieux masculins. En faire l’équivalent de la mutilation génitale féminine est tout simplement absurde.

Autre exemple : une émanation vancouvéroise de la CAFE offre sur son site Web des affiches à télécharger – également présentes sur d’autres sites Web masculinistes – pour suggérer que la culture pro-viol est un mythe (malgré les preuves du contraire, dont témoignent les statistiques précitées). Elles sont regroupées sous le slogan « Commencez-vous à en avoir assez de cette merde ? » (Had Enough of this Shit Yet ?). Ils affirment également que les hommes sont plus susceptibles d’être victimes de violence, de façon générale, sans, bien sûr, spécifier qu’ils sont susceptibles de l’être en raison des actions des autres hommes. En fait, comme nous l’avons vu, 78 pour cent de tous les crimes violents sont commis par des hommes.

Ce sont des exemples de l’idéologie de la CAFE en action.

Injustice systémique et oppression factice

Le mouvement des droits des hommes se montre astucieux dans ses choix de propagande puisque faire appel au sentiment d’une injustice constitue toujours un bon point de départ. C’est un choix habile que d’affirmer que les hommes font face à la même adversité que les femmes et que cette adversité est passée sous silence, même si c’est un mensonge. Cet argument facilite le recrutement d’hommes – et de certaines femmes – qui manquent d’un point de vue historique et social plus général sur la vraie nature du patriarcat. Leur posture me rappelle beaucoup celle des Blancs qui hurlent au « racisme à l’envers » face aux tentatives pour remédier à des siècles de discrimination systémique à l’endroit des gens de couleur vivant au Canada et des Autochtones et Premières nations du pays.

En réalité, il n’existe aucune commune mesure entre ce que vivent les femmes et les hommes en termes d’injustice sociale systémique. Dans le cas des hommes, il n’existe tout simplement pas d’injustice systémique. Nulle part. C’est une imposture totale. Ce qui existe réellement, ce sont les notions de pseudo-oppression et de victimisation factice, et elles offrent aux hommes une justification lorsqu’ils tentent de bloquer ou de combattre les idées de base du féminisme.

Cette attitude se résume à un effarement à l’idée de perdre le sentiment d’un droit perpétuel, pour citer l’historienne Stephanie Coontz qui écrivait récemment dans le New York Times : « Il y a cinquante ans, tous les mâles américains avait droit à ce que le sociologue RW Connell a appelé un “dividende patriarcal” – un programme durant toute leur vie d’action positive réservée aux hommes ».

Elle poursuit en notant : « La taille de ce dividende variait en fonction de l’origine ethnique et de la classe, mais tous les hommes pouvaient compter sur l’exclusion des femmes des emplois les plus convoités et des promotions dans leur secteur de travail, de sorte que pour un même nombre d’heures de travail, le diplômé masculin d’études secondaires gagnait plus que la diplômée moyenne de premier cycle. À la maison, le dividende patriarcal assurait au mari le droit de décider où vivrait la famille et de prendre à lui seul les décisions financières. Le privilège masculin avait même préséance sur le consentement des femmes aux rapports sexuels, de sorte que le viol conjugal n’était pas un crime. »

Le fait est que les hommes et les garçons grandissent encore dans une culture extrêmement imprégnée de l’idée qu’ils continuent à avoir droit à ce « dividende patriarcal ». Si d’aucuns peuvent percevoir comme marginales des organisations comme la CAFE et d’autres groupes masculinistes, l’effet d’entraînement de leurs idées rétrogrades et réactionnaires rend la marge beaucoup plus large que ce que l’on peut vouloir croire.

La colère et une hostilité extraordinaire à l’égard des femmes et du féminisme est dangereusement répandue sur Internet. Il me semble même que c’est un phénomène croissant. La plupart d’entre nous ont entendu parler du harcèlement épouvantable imposé à l’analyste des médias Anita Sarkeesian. Mais ce n’est que la pointe de l’iceberg.

Les hommes, souvent enhardis par l’impression d’être en quelque sorte « radicaux », de « dire les vraies affaires » ou de combattre ce bon vieil épouvantail de la « rectitude politique », tentent agressivement de renvoyer au silence les femmes qui s’expriment sur des forums en ligne. Ils vont jusqu’à utiliser un langage misogyne, des propos humiliants et des menaces de violence d’une manière très inquiétante et, comme le reconnaîtra quiconque utilise Internet, étonnamment répandue.

En outre, ces commentaires manifestent une politique de défense plus acharnée que je n’en ai jamais vue de ma vie d’adulte, lorsque des femmes (ou, plus rarement, d’autres hommes) remettent en question ce qui semble être des « institutions » masculines comme la porno, la prostitution, l’objectivation de femmes socialement « attrayantes », etc. C’est non seulement vrai dans les milieux de droite, mais ce l’est également dans les idées et commentaires exprimés par beaucoup d’hommes soi-disant « progressistes ». Ils s’indignent à l’idée que, par exemple, la sexualité qu’ils ont appris à embrasser pourrait être un instrument d’oppression sociale des femmes plutôt que simplement la « réalité » des choses et la « façon dont elles sont », comme ils ont toujours cru.

Mais loin d’être radicales, ces idées constituent un piétinement et même un retour complet à la misogynie et à l’attitude défensive des hommes que doivent affronter les femmes et le mouvement féministe depuis toujours. Ce n’est que maintenant où le mouvement des femmes a fait certains progrès que l’intensité de cette réaction s’aggrave et que les tyrans trouvent en Internet une chaire de taille sans précédent.

La réaction hostile au féminisme, à ses idées, à ses adeptes et à ses avancées existent depuis les débuts du mouvement des femmes. Les médias et la culture populaire n’ont cessé de chercher à émousser son tranchant radical à chaque étape.

C’est pourquoi nous devons tenir compte de la réémergence en ligne et sur nos campus d’un mouvement d’assertion des droits des hommes et de sa propagande. Ces activistes sont dangereux et les idées fausses qu’ils prônent risquent de séduire beaucoup de jeunes hommes dans nos universités. Elles peuvent même jeter les bases de la prochaine vague d’attaques apparemment incessantes contre la lutte féministe pour l’égalité des femmes.

Notes

1. http://www.statcan.gc.ca/pub/85-002-x/2012001/article/11643/11643-1-fra.htm
2. http://www.statcan.gc.ca/pub/85f0033m/2008019/findings-resultats/nature-fra.htm

Original : « Lies our fathers told us : The men’s rights movement and campus-based misogyny »

Version française : Martin Dufresne

Michael Laxer est libraire à Toronto et chroniqueur sur le site http://rabble.ca.

Mis en lire sur Sisyphe, le 15 décembre 2012


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Michael Laxer, libraire et collaborateur de Rabble.ca



Plan-Liens Forum

  • Mensonges patriarcaux - Le mouvement des « droits des hommes » et sa misogynie sur nos campus
    (1/2) 9 janvier 2013 , par Annabelle

  • Mensonges patriarcaux - Le mouvement des « droits des hommes » et sa misogynie sur nos campus
    (2/2) 15 décembre 2012 , par nemotyrannus

    rép: Sisyphe




  • Mensonges patriarcaux - Le mouvement des « droits des hommes » et sa misogynie sur nos campus
    9 janvier 2013 , par Annabelle   [retour au début des forums]

    Jusqu’à tout récemment, j’aurais rigolé en lisant cet article de M. Laxer. En fait, jusqu’à ce que je lise ceci sur le web : « Voyons ça vous prend des eunuques vous les Québécoises ». Croyez-le ou non, ces propos sont ceux d’un d’un bachelier, cadre pour le compte d’une grande firme québécoise de génie-conseil en Algérie. Comme pour les gens de la CAFE, on ne peut plaider l’ignorance pour excuser un discours aussi stupide, ni la culture, puisque l’auteur de cette ineptie est québécois de souche et a grandi parmi les valeurs québécoises. Et puis, comme peut-on en venir à percevoir les femmes (les Québécoises en particulier, parce qu’elles s’affirment davantage) comme menaçantes lorsque l’on travaille dans un milieu où elles sont encore si peu nombreuses ? Et, de surcroît, dans un pays où les femmes ont encore beaucoup de mal à faire valoir leurs droits (particulièrement dans la sphère privée). Je ne vois d’autre réponse qu’un relent d’antiféminisme !
    P.S. Pas plus tard qu’hier, j’ai lu encore ceci : “Regardez du coté de l’islam et vous allez voir c’est quoi la violence faites aux femmes. Ciboire, va tu faloir que les hommes se convertissent à l’islam pour vous faires fermer la geule ? ». Propos qui se passent de commentaires !

    Mensonges patriarcaux - Le mouvement des « droits des hommes » et sa misogynie sur nos campus
    15 décembre 2012 , par nemotyrannus   [retour au début des forums]

    Evidemment qu’il y a de la colère contre les féministes , vous êtes les premières à dire que la violence conjugale contre les hommes n’existe pas ou alors seulement entre personne homosexuelles ou en cas de légitime défense de la part de madame.
    Après il y a en effet les masculinistes purs et durs qui veulent revenir aux valeurs d’antan et il faut les combattre .
    Mais de là à dire que tout ce qu’ils disent est faux c’est ne pas vouloir voir la réalité en face. Acceptez le , une bonne partie d’entre vous dit n’importe quoi et se permet le sexisme le plus éhonté à notre égard en sachant que ça ne passerait pas en sens inverse.

    Je sais plus qui a dit que tous les hommes étaient des salauds ou violeurs en puissance , elle tenait un site je crois, peut-être celui là , mais si je disais que toutes les femmes étaient des menteuses et des salopes en puissance , je pense pas que ça passerait.


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2013
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin