| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






lundi 3 novembre 2003

Qu’il est difficile de partir !

par Michele Landsberg, journaliste






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


#8mars - Les "étincelles" de Sophie Grégoire Trudeau
Désolée, vous n’êtes pas égales
Élaine Audet et Micheline Carrier, récipiendaires du Prix PDF QUÉBEC 2016
Vous avez dit "mauvais genre" ?
Lorraine Pagé trace un tableau de la situation des femmes dans le monde
Sexisme politique, sexe social
Révolution féministe : site féministe universaliste et laïc
Il faut abolir les prisons pour femmes
Le féminisme islamique est-il un pseudo-féminisme ?
Pour un féminisme pluriel
Cachez-moi ce vilain féminisme
Féminisme - Le Groupe des treize veut rencontrer la ministre à la Condition féminine Lise Thériault
Combattre le patriarcat pour la dignité des femmes et le salut du monde
Martine Desjardins parle du Sommet des femmes à Montréal
Banaliser la misogynie, c’est dangereux
Féminisme - Faut-il faire le jeu du "Diviser pour régner" ?
Je suis blanche et vous me le reprochez !
La pensée binaire du féminisme intersectionnel ne peut que mener à l’incohérence
Lutter contre la pauvreté des femmes et la violence des hommes envers elles
"Du pain et des roses" - Le 26 mai 1995, une grande aventure débutait
Portrait des Québécoises en 2015 - L’égalité ? Mon œil !
Je plaide pour un féminisme qui n’essaie pas de s’édulcorer
La Maison de Marthe, première récipiendaire du Prix PDF Québec
Ensemble, réussir la 4ième Marche Mondiale des Femmes ! Tant que toutes les femmes ne seront pas libres, nous resterons en marche !
Des "Déchaînées" aux genoux du patriarcat !
L’intervention féministe intersectionnelle – Troquer un idéal pour une idéologie trompeuse ?
Ce que révèle l’alliance de certains musulmans avec la droite réactionnaire
Au cœur de la division du mouvement féministe québécois : deux visions
Désaccord sur le virage de la Fédération des femmes du Québec
Féminisme islamique - Quand la confusion politique ne profite pas au féminisme
États généraux du féminisme - Des sujets importants écartés : "De qui ou de quoi avons-nous peur ?"
PDF Québec est lancé ! - Une voix pour les droits des femmes
États généraux et FFQ - Un féminisme accusateur source de dissension
Ignorer et défendre la domination masculine : le piège de l’intersectionnalité
Comment les hommes peuvent appuyer le féminisme
Le féminisme contemporain dans la culture porno : ni le playboy de papa, ni le féminisme de maman
Refuser d’être un homme. Pour en finir avec la virilité
Les micro-identités et le "libre choix" érigé en système menacent les luttes féministes
La misogynie n’a pas sa place dans le féminisme
L’écriture équitable - La féminisation des textes est un acte politique
Réfutation de mensonges au sujet d’Andrea Dworkin
Une éducation féministe donne de meilleurs fils
"Rien n’a encore pu me détruire" : entretien avec Catharine A. MacKinnon
France - La mainmise des hommes sur le monde de la radio
États généraux sur le féminisme au Québec/FFQ - Des exclusions fondées sur des motifs idéologiques et des faussetés
Le mouvement des « droits des hommes », la CAFE et l’Université de Toronto
Mensonges patriarcaux - Le mouvement des « droits des hommes » et sa misogynie sur nos campus
Féministes, gare à la dépolitisation ! Les féminismes individualiste et postmoderne
"Les femmes de droite", une oeuvre magistrale d’Andrea Dworkin
"Je suis libre", une incantation magique censée nous libérer des structures oppressives
Trans, queers et libéraux font annuler une conférence féministe radicale à Londres
« Le féminisme ou la mort »
"Des paradis vraiment bizarres" - "Reflets dans un œil d’homme ", un essai de Nancy Huston
Quand les stéréotypes contrôlent nos sens
"Agentivité sexuelle" et appropriation des stratégies sexistes
Cessons de dire que les jeunes femmes ne s’identifient pas au féminisme !
Un grand moment de féminisme en milieu universitaire
Beauté fatale. Les nouveaux visages d’une aliénation féminine
Résistance au sexe en contexte hétérosexuel
La CHI - Un humour dégradant et complice de l’injustice sociale
"Heartbreak", une autobiographie d’Andrea Dworkin
Hockey, suicide et construction sociale de la masculinité
Polémique sur l’enseignement du genre dans les manuels scolaires en France
Le "Gender" à l’américaine - Un verbiage qui noie la réalité du pouvoir patriarcal
2011-2015 - Un plan d’action pour un Québec égalitaire
NousFemmes.org
L’égalité inachevée
Journée internationale des femmes 2011 - Briser le silence sur toutes les formes de sexisme
En France et ailleurs, 2010, une mauvaise année pour les femmes
Ce qu’est le féminisme radical
Polygamie - Le Comité de réflexion sur la situation des femmes immigrées et “racisées” appuie l’avis du CSF
Il y a trois ans, mon cher Léo...
La Fédération des femmes du Québec représente-t-elle toutes les femmes ?
Tout est rentable dans le corps des femmes... pour ceux qui l’exploitent
Incessante tyrannie
Comment le patriarcat et le capitalisme renforcent-ils conjointement l’oppression des femmes ?
Égalité ou différence ? Le féminisme face à ses divisions
Le "gender gap" dans les Technologies de l’information et de la communication
La Marche mondiale des femmes dix ans plus tard
Azilda Marchand : une Québécoise qui fut de tous les combats pour les femmes !
Les hommes proféministes : compagnons de route ou faux amis ?
Prostitution et voile intégral – Sisyphe censuré par le réseau féministe NetFemmes
Regard sur l’égalité entre les femmes et les hommes : où en sommes-nous au Québec ?
Féminisme en ménopause ?
Ce n’est pas la France des NOBELS !
Écarter d’excellentes candidates en médecine ? Inadmissible !
Trois mousquetaires au féminin : Susan B. Anthony, Elizabeth Cady Stanton et Matilda Joslyn Gage
La question des privilèges - Le réalisateur Patric Jean répond à des critiques
Lettre à Patric Jean, réalisateur de "La domination masculine", et à bien d’autres...
Une grande féministe, Laurette Chrétien-Sloan, décédée en décembre 2009
Le travail, tant qu’il nous plaira !
Comme une odeur de misogynie
La patineuse
Invasion du sexisme dans un lycée public
Magazines, anorgasmie et autres dysfonctions
"Toutes et tous ensemble pour les droits des femmes !"
Cent ans d’antiféminisme
MLF : "Antoinette Fouque a un petit côté sectaire"
Des femmes : Une histoire du MLF de 1968 à 2008
Qui est déconnectée ? Réponse à Nathalie Collard
Manifeste du rassemblement pancanadien des jeunes féministes
Pour une Charte des droits des femmes
Andy Srougi perd sa poursuite en diffamation
La lesbienne dans Le Deuxième Sexe
Le livre noir de la condition des femmes
La percée de la mouvance masculiniste en Occident
Procès du féminisme
Humanisme, pédocriminalité et résistance masculiniste
Une critique des pages sur le viol du livre "Le Plaisir de tuer"
Mise au point sur la suspension d’un article critiquant le livre du Dr Michel Dubec
Pour éviter de se noyer dans la (troisième) vague : réflexions sur l’histoire et l’actualité du féminisme radical
L’égalité des femmes au Québec, loin de la coupe aux lèvres !
Je suis féministe !
Écoféminisme et économie
Poursuite contre Barbara Legault et la revue "À Bâbord !" - Mise à jour
Biographie de Léo Thiers-Vidal
Vivement le temps de prendre son temps !
Séances d’information pour le projet d’une Politique d’égalité à la Ville de Montréal
Florence Montreynaud fait oeuvre d’amour et de mémoire
Magazines pour filles, changement de ton !
Un 30e anniversaire de la JIF sous la fronde conservatrice
L’égalité des femmes au Québec est-elle plus qu’une façade ?
Colloque sur Antigone
Prostitution et trafic sexuel - Dossier principal sur Sisyphe.org
Golf : "Gentlemen only, ladies forbidden" ?
Méchant ressac ou KIA raison ?
Dégénération de "Mes aïeux", un engouement questionnant
Les « Gender Studies », un gruyère confortable pour les universitaires
Réflexions "scientifiques" du haut du Mont Grey Lock
Madame, s’il vous plaît !
Annie Leclerc, philosophe
Des arguments de poids...
Pour hommes seulement
Andrea Dworkin ne croit pas que tout rapport sexuel hétéro est un viol
Peau d’Âme ou Beautés désespérées ?
Réflexions et questionnement d’une féministe en mutation
Mais pourquoi est-elle si méchante ?
Le concours « Les Jeudis Seins » s’inscrit dans le phénomène de l’hypersexualisation sociale
Aux femmes qui demandent - sans plus y croire - justice. Qu’elles vivent !
Jeux olympiques 2006 : félicitations, les filles !
7e Grève mondiale des femmes - Le Venezuela donne l’exemple
Évolution des droits des Québécoises et parcours d’une militante
2005, l’année de l’homme au Québec
Mes "problèmes de sexe" chez le garagiste !
Brèves considérations autour des représentations contemporaines du corps
OUI à la décriminalisation des personnes prostituées, NON à la décriminalisation de la prostitution
"Femmes, le pouvoir impossible", un livre de Marie-Joseph Bertini
L’AFEAS veut la représentation égalitaire à l’Assemblée nationale du Québec
Elles sont jeunes... eux pas
Dis-moi, « le genre », ça veut dire quoi ?
Quand donc les hommes ont-ils renoncé à la parole ?
Déconstruction du discours masculiniste sur la violence
Les hommes vont mal. Ah bon ?
La face visible d’un nouveau patriarcat
Quelle alternative au patriarcat ?
Le projet de loi du gouvernement Raffarin "relatif à la lutte contre les propos discriminatoires à caractère sexiste et homophobe" est indéfendable
L’influence des groupes de pères séparés sur le droit de la famille en Australie
Victoires incomplètes, avenir incertain : les enjeux du féminisme québécois
Retrouver l’élan du féminisme
Le droit d’éliminer les filles dans l’oeuf ?
Le système patriarcal à la base des inégalités entre les sexes
Des nouvelles des masculinistes
Masculinisme et système de justice : du pleurnichage à l’intimidation
Nouvelle donne féministe : de la résistance à la conquête
Les masculinistes : s’ouvrir à leurs réalités et répondre à leurs besoins
Nouvelles Questions féministes : "À contresens de l’égalité"
S’assumer pour surmonter sa propre violence
Sisyphe, que de rochers il faudra encore rouler !
Coupables...et fières de l’être !
Un rapport de Condition féminine Canada démasque un discours qui nie les inégalités de genre
De la masculinité à l’anti-masculinisme : penser les rapports sociaux de sexe à partir d’une position sociale oppressive
Les courants de pensée féministe
Quelques commentaires sur la domination patriarcale
Chroniques plurielles des luttes féministes au Québec
Deux cents participantes au premier rassemblement québécois des jeunes féministes
Le féminisme : comprendre, agir, changer
Le féminisme, une fausse route ? Une lutte secondaire ?
À l’ombre du Vaaag : retour sur le Point G
L’identité masculine ne se construit pas contre l’autre
Les hommes et le féminisme : intégrer la pensée féministe
La misère au masculin
Le Nobel de la paix 2003 à la juriste iranienne Shirin Ebadi
Hommes en désarroi et déroutes de la raison
Le « complot » féministe
Christine de Pisan au coeur d’une querelle antiféministe avant la lettre
Masculinisme et suicide chez les hommes
Le féminisme, chèvre émissaire !
L’autonomie de la FFQ, véritable enjeu de l’élection à la présidence
Les défis du féminisme d’aujourd’hui
Les arguments du discours masculiniste
Nouvelle présidente à la FFQ : changement de cap ?
La stratégie masculiniste, une offensive contre le féminisme
Le discours masculiniste dans les forums de discussion







Cette dernière chronique est la plus difficile à écrire. Une foule de souvenirs affluent - luttes gagnées et perdues, luttes encore en cours - entremêlés d’émotions désespérément contradictoires. Côté bonheur, j’aurai enfin le temps d’écrire ces livres qu’un patient éditeur attendait il y a deux ans ou même, pour une fois, de pailler mon jardin avant le dégel du printemps.

Mais, même si je reviendrai de temps à autre publier ici un article de fond, je trouve particulièrement pénible de refermer pour de bon la porte sur le cadre régulier de ma vie de travail : le bureau, les collègues, le tic-tac des " deadlines ", le pouvoir et le salaire d’un poste de chroniqueure dans le plus important journal au pays, la chance de me faire entendre sur les enjeux chers à mon âme féministe

La semaine dernière encore, lors d’une série de conférences à l’Université de Windsor, j’ai entendu à plusieurs reprises un cliché dépassé : " Je ne suis pas féministe parce que je ne hais pas les hommes " ou " Je ne dis pas que je suis féministe parce que je ne veux pas que les gens croient que je hais les hommes ". J’ai traité pour la première fois de ce problème en 1978, au moment où j’ai commencé à écrire quotidiennement pour le cahier Famille du Toronto Star.

Dans notre culture, aujourd’hui comme il y a 25 ans, le fait de réclamer autant de droits et de pouvoir que les hommes est tenu pour équivalent à haïr chacun d’entre eux. C’est un mensonge idiot mais une tactique efficace pour faire taire les jeunes filles et les femmes qui se laisseraient bâillonner plutôt que de risquer l’isolement social.

Il peut même arriver que des femmes engagées dans la lutte contre le sexisme fassent des pieds et des mains pour se distancier de l’image donnée au féminisme. Une de mes premières chroniques déplorait le double langage d’une garde de sécurité de 20 ans qui, enceinte, avait été chassée de son emploi à l’édifice de l’assemblée provinciale. " Je ne suis pas une féministe enragée ", disait-elle, reprenant le vocabulaire culpabilisant de l’époque, " mais je crois réellement à un salaire égal pour un travail égal. "

J’avais été engagée par feu Martin Goodman, alors rédacteur en chef du Star, après qu’il m’eût enseigné, dans son spacieux bureau, ce qu’il entendait par " la page des femmes ".

" Vous voyez la Tour du CN, là-bas ? Eh bien, si je la regarde et que je vois un homme en train de l’escalader, c’est une nouvelle à mettre en première page. Si je regarde et que je vois une femme escalader cette tour, il s’agit d’une nouvelle pour la page des femmes, " m’avait-il expliqué solennellement.

J’ai souri et accepté l’emploi. Et le Star, porté par une lame de fond de soutien populaire, n’a jamais failli une fois, au cours de toutes ces années, dans son ferme appui à mon journalisme militant.

C’était une époque passionnante pour un mouvement des femmes qui venait de trouver sa force. Nous faisions tomber les lois inéquitables comme autant de quilles un soir de chance. Cédant aux pressions de la population, les gouvernements ont commencé à financer nos organisations militantes, nos groupes de recherche et nos organismes de pression.

Lorsque la Cour suprême du Canada a cristallisé l’injustice que vivaient les femmes avec son infamant arrêt Murdoch de 1973 (en refusant à une agricultrice des Prairies la moindre part du ranch où elle avait travaillé également aux côtés de son mari durant 25 ans), le tollé populaire a été tel que presque toutes les administrations provinciales ont promptement réformé leur législation sur les biens du mariage.

Avec cinq chroniques par semaine, j’avais suffisamment d’espace pour m’amuser, parler de mes propres histoires et continuer à scruter l’actualité avec un regard féministe. J’aimais particulièrement extraire la " perspective " d’une femme à propos d’une nouvelle que tous les autres chroniqueurs en ville traitaient avec condescendance.

À mes yeux, le féminisme embrassait tous les aspects de l’autodétermination de la vie des femmes, des recettes de soupe au poulet jusqu’au boycottage de Nestlé et aux luttes menées d’arrache-pied pour empêcher la déportation de réfugiées politiques vers des maris ou des gouvernements assassins.

Le Star s’est impliqué dans bon nombre de ces luttes en m’accordant de l’espace supplémentaire, des photos, parfois même des éditoriaux, et nous avons gagné bon nombre de batailles. Des femmes sont vivantes aujourd’hui parce que le Star m’a aidée à monter au front pour leurs droits.

Quelques critiques occasionnelles, publiées sous la rubrique Courrier du Star, ont amené une partie de mon public à croire que je suscitais une implacable levée de boucliers. La vérité était toute autre. Dès le début, les femmes et beaucoup d’hommes ont réagi à mon message avec énormément d’encouragements.

Certains de mes affrontements les plus pénibles ont été intérieurs. Quelques lectrices et lecteurs indignés m’ont appris à accroître mes sentiments d’empathie pour y inclure toutes sortes de sensibilités encore négligées. J’ai appris que mes écrits ne devenaient que meilleurs et plus riches lorsque je m’imposais de ressentir la souffrance que vivaient d’autres personnes dans des domaines glauques que j’aurais préféré ignorer, comme l’inceste et la violence psychologique.

J’ai vécu de façon continue et parfois avec réticence, une véritable éducation du cœur.

Il y avait des semaines où je recevais et lisais longuement plusieurs centaines de lettres, où j’ai trouvé des leçons exceptionnelles sur les vies des mères assistées sociales, des personnes handicapées ou marginalisées au nom de leur origine ethnique. Je rangeais ces lettres dans des classeurs débordants, réticente à jamais me défaire de ces legs de vie, offerts en toute confiance.

À ses débuts les mouvements féministe et communautaire avaient un tel élan que mes lectrices et lecteurs répondaient par milliers et même par dizaines de milliers aux campagnes lancées dans le Star.

J’invitais mon public à venir en aide à des centres de femmes menacés, des maisons d’hébergement, des services pour enfants, des troupes de théâtre, des librairies - et votre réaction a été magnifique, personnelle, sous forme de dons d’argent et de lettres passionnées adressées aux gouvernements.

Quelle vie privilégiée j’ai eue : je n’ai jamais eu à couvrir un problème qui ne m’intéressait pas ou à écrire un seul mot dont je n’étais pas absolument convaincue.

Par contre, certains récits toxiques m’ont profondément habitée et ne m’ont jamais vraiment quittée. J’étais hantée par les horreurs infligées aux femmes violées et battues. Il m’est arrivé de ne pouvoir trouver le sommeil à la pensée des jeunes victimes d’agression sexuelle et de leur trahison si courante aux mains de l’appareil judiciaire. Je connais les noms de dizaines de médecins, de prêtres et de psychothérapeutes qui ont exploité sexuellement des femmes et des enfants et qui n’ont jamais eu de comptes à rendre. J’ai entendu ces récits de la bouche de leurs victimes, qui devaient trouver une oreille sympathique.

Les gens me demandent souvent pourquoi, malgré ses réussites passées, le mouvement des femmes semble actuellement si dormant et pourquoi les jeunes femmes, héritières des libertés remportées par les féministes, semblent si passionnées par l’industrie du mariage, le "marchandisage" de la sexualité et les autres entreprises rétrogrades qui piègent les femmes dans un genre de bulle spatio-temporelle antiféministe.

Je crois connaître la réponse. Le féminisme s’est imposé dans la culture dominante, il a bâti de nouvelles libertés et de nouveaux droits. En nommant certains crimes secrets et en les traînant au grand jour, il a mis sur pied toute une panoplie de services (refuges, centres de crise et counseling féministe) qui demeurent absolument indispensables. Mais la réaction masculiniste - la crainte qu’éprouvent les hommes face à la montée des droits des femmes - a nourri le triomphe de gouvernements de droite. Aujourd’hui, nous sommes submergés de grossiers stéréotypes sexuels générés par les médias populaires de masse, qui appartiennent tous à quelques grandes entreprises ultra-conservatrices. Le pire coup de Jarnac porté au militantisme des femmes a été l’ensemble des restrictions gouvernementales. Le harcèlement des conservateurs et le scalpel de Paul Martin ont privé les organisations féministes de leur financement de base, les condamnant au silence.

Aujourd’hui, la totalité des énergies du mouvement vont à préserver les services aux femmes que nous avons créés avec autant d’espoir et que nous soutenons maintenant au prix d’un tel épuisement. Un triste exemple parmi d’autres : la semaine dernière, le personnel déjà surchargé d’un centre local d’aide aux victimes d’agression sexuelle a dû faire de longues heures supplémentaires pour préparer et faire cuire 175 tartes aux pommes afin de lever des fonds essentiels.

J’ai confiance que les femmes reprendront la lutte féministe lorsque leurs droits chèrement gagnés seront visiblement menacés. Nous savons reconnaître l’injustice. Nous avons nommé des oppressions qui étaient autrefois invisibles, l’inégalité de salaire et le harcèlement sexuel, par exemple. Et nous possédons aujourd’hui des instruments juridiques et constitutionnels pour nous défendre. Les jeunes féministes - et il y en a plusieurs - déploieront nos luttes dans de nouvelles directions. Le mouvement est aujourd’hui mondialisé ; nous devons maintenir la pression sur les médias pour qu’ils rendent compte de cette réalité.

Au revoir, chères lectrices et lecteurs du Star. Durant toutes ces années, vous avez été les " confidentes secrètes " à qui j’ai narré l’éducation de mes trois enfants, mes problèmes de poids, de tabagisme et de cancer du sein, ma manie du jardinage, mon long et heureux mariage, ainsi que des passions et des imbroglios politiques trop nombreux pour que je les énumère. Les mots manquent pour vous dire à quel point j’aurai la nostalgie de ce contact nourrissant avec autant d’entre vous.

P.S. : N’envoyez pas de fleurs ; votez plutôt pour David Miller…

(Traduction : Martin Dufresne)

Publié dans le Toronto Star, 1er novembre 2003

Mis en page sur Sisyphe le 3 novembre 2003


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Michele Landsberg, journaliste

JPEG - 10.2 ko
Photo : Toronto Star


Michele Landsberg est columnist principalement dans The Star Saturday et le Sunday.



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2003
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin